matthieu-ricard méditation
3

Matthieu Ricard : « La pratique de la méditation m’a changé »

En Occident, c’est l’autre grand nom du bouddhisme après le dalaï-lama. Moine et chercheur en génétique cellulaire, Matthieu Ricard parcourt le monde pour transmettre les vertus de la pratique méditative, placée sous le signe de la bienveillance. Qu’est-ce que la méditation, pour un moine bouddhiste? En Orient, les termes employés pour désigner la pratique méditative signifient:…

pratiquer le yoga dans le désert
15

Du yoga, des voyages et autres merveilles…

Essai sur la magie du yoga, ou l’art de transformer nos catastrophes intérieures en cadeaux merveilleux Il y a des années, quand j’étais au Collège (l’équivalent du Lycée en Suisse), Mme Resasco, ma professeur de français bien aimée, m’avait dit alors que j’avais de la peine à écrire un devoir, d’écrire justement sur cette difficulté……

En quete de sens, le film
1

« En quête de sens » le film-documentaire. Oui un autre monde est possible !

Marc de La Ménardière, 26 ans, tout juste sorti d’une école de commerce, arrive à Manhattan pour exporter l’eau en bouteille d’une grande multinationale. Il y retrouve son ami Nathanaël Coste, réalisateur de films sur l’environnement. Mais un accident cloue Marc au lit pendant plusieurs semaines, qu’il occupe en découvrant les documentaires laissés par son…

Dhanurasana posture correcte
6

Autopsie symbolique d’une posture (IV) : Dhanurâsana, tend ton arc, vise ta cible, détend tout et atteins le Cœur

Curieusement, dès lors qu’il est question de Yoga, la culture occidentale offre une place prépondérante à l’Asana (la posture) alors même que les Yoga-Sutra, le texte traditionnel qu’elle choisit d’étudier le plus (si ce n’est exclusivement…), n’en fait qu’une discrète mention (seulement 3 aphorismes sur les 195 sutra). Soucieux d’aller à l’essentiel, Patanjali – à…

docteur ayrvédique en massage
1

Mon docteur Indien. A la découverte de la vision indienne de la maladie et de la guérison.(doc)

Une ancienne patiente entraîne son cancérologue français dans un centre de soins en Inde du Sud. Dans “Mon docteur indien”, un film empreint d’humanisme, Simon Brook suit le périple de cet étrange duo au cœur de la médecine ayurvédique. Atteinte d’un cancer, Marinella Banfi a refusé la seule approche occidentale des soins et a trouvé en Inde…

Centre de Yoga à Mysore
10

Pratiquer à Mysore, une expérience incontournable pour les aficionados du Ashtanga Yoga

C’est une ville calme et belle, dans le sud de l’Inde. Les apprentis yogis s’y ruent, pour s’initier, entre autres, aux techniques de l’ashtanga, une version très physique – et spectaculaire – de la discipline. Le soleil ne s’est pas encore levé. Dans la grande salle éclairée aux néons, une vingtaine d’élèves déroulent déjà leur…

Ego content, pas content
0

Le jeu du « je », des goûts et dégoûts de l’ego

अविद्याअस्मितारागद्वेषाभिनिवेशः क्लेशाः avidyā-asmitā-rāga-dveṣa-abhiniveśaḥ kleśāḥ – Yoga-Sutra II.3 –   Les afflictions (kleśāḥ) faisant obstacle à notre cheminement spirituel sont l’ignorance (avidyā) de notre nature véritable, l’identification à notre ego (asmitā), l’attachement au plaisir (rāga), l’aversion (dveṣa) à la souffrance et la peur de la mort (abhiniveśaḥ).     Tout gagner sans rien perdre. Jouir à…

la déesse Kali
6

Qui est Kali ?

Profitons de ce temps propice de la Navaratri (ce printemps, la navaratri est du 8 au 17 avril, pour plus d’information sur la Navaratri, consultez mon article sur la question) pour explorer un peu ce symbole mystérieux et fascinant du tantrisme indien, la Déesse Mère Kali. Introduction au symbolisme de la tradition indienne: Le panthéon…

500_F_61202978_uWIB6uS1JnHZ6LJq34L7UByoKQ9ojUpU
39

Comment meurent les studios de Yoga.

Alors que la mode du Yoga bat son plein, aux Etats-unis et au Canada de plus en plus de studios de Yoga ferment et disparaissent.  Comment expliquer ce paradoxe ?     Cela arrive doucement et le mal est là bien avant que les étudiants arrêtent de venir en classe. En fait, les studios de yoga…

utthita-trikonasana-yogavedas
1

7 postures pour se libérer du mal de dos

Qu’est ce que la colonne vertébrale ? Ce ne sont pas seulement des vertèbres, des disques vertébraux et de la moelle épinière. La colonne vertébrale, c’est aussi le tunnel énergétique qui conditionne notre existence même : notre santé, notre état mental, notre équilibre émotionnel, notre volonté, notre intelligence et le contact avec le Soi, avec notre Etre…

YogaNova, le magazine francophone du Yoga et de la Spiritualité en ligne. Faites comme Shiva, lisez Yoganova !

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

Le dalai lama juge qu’il y a trop de réfugiés en Europe

31 mai 201631 mai 2016
Dalai lama trouve qu'il y a trop de réfugiés en EuropeLe dalaï-lama a estimé qu'il y avait à présent "trop" de réfugiés en Europe après la vague d'arrivée l'an dernier et que ces migrants cherchant protection ne devaient rester que provisoirement sur place, dans une interview publiée aujourd'hui en Allemagne. "Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent" en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. "L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne", a-t-il ajouté, en référence au fait qu'une majorité des migrants vient de pays arabes comme la Syrie ou l'Irak. "Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays", a estimé le dalaï-lama, qui vit lui-même en exil en Inde depuis plus de 50 ans. L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre record d'un million de réfugiés. Source Le Figaro

Ringard et trop calme le yoga ? Essayez le yoga de la rage….

19 avril 201619 avril 2016
le yoga de la rage

Dans le studio de Linsday Istace, praticienne de yoga à Calgary, au Canada, vous n'entendrez pas une seule fois "namasté", mais préparez-vous à un assortiment de mots un peu plus colorés! Et accrochez-vous bien, au "rage yoga", on ne s'embarrasse pas de cérémonies…

C'est une approche à des années lumières de la pratique traditionnelle que propose la praticienne de yoga Lindsay Istace, contorsionniste et cracheuse de feu professionnelle. Déjà, les séances se tiennent dans un bar de la ville de Calgary, dans la province canadienne de l'Alberta. De quoi piquer une certaine curiosité.
Ici, les mélodies de musique planante et sereine qui agrémentent les cours de yoga traditionnel font place à un heavy metal ravageur. Certains vont même jusqu'à pratiquer un verre de bière à la main. Toutefois, les caractéristiques les plus distinctives du "rage yoga" sont les gros mots, les gestes offensants et les cris utilisés comme moyen de relâcher le stress et d'ajouter une touche d'humour aux vieilles postures de yoga.

"Quand tu te crées un espace pour te mettre en colère, pour crier et jurer, tout à coup il devient difficile de te prendre au sérieux. On passe assez vite de la colère aux rires. Et nous en avons beaucoup ici", explique Mme Istace.

Initialement, la praticienne assistait à des cours de yoga traditionnel afin de restaurer son équilibre intérieur suite à une rupture très douloureuse, mais elle a vite réalisé l'inefficacité de ses sessions pour traiter la grande colère qu'elle éprouvait alors.

"Quand j'ai commencé mes cours de yoga, je sentais que je ne cadrais pas, en fait, dans plusieurs studios. J'ai voulu créer une pratique où je me sentirais à l'aise, et je savais que je n'étais pas la seule", raconte-t-elle dans une interview à la chaîne CBS.

Afin d'adapter le yoga à ses besoins, Mme Istace modifie les postures du yoga classique et troque la gentille musique pour du heavy metal. Très vite elle a compris que cette approche novatrice fonctionnait et d'autres praticiennes l'ont rejointe.

Lire la suite 

Tendance: le yoga en moumoute et chaussures de ski…

6 avril 20166 avril 2016
ski_yoga_poseLe murmure du torrent et le chant des oiseaux dans les bouleaux apaisent déjà. Dans le décor vivant du Plan de l’Eau, aux Menuires, se déroule la randonnée «yoga et raquettes», encadrée par Brigitte Ruff, accompagnatrice en montagne, et Anita Thevenot, masseuse ayurvédique. Après une première marche dans la poudreuse, telle une page blanche, une première pause est consacrée à des exercices d’étirement. Le groupe, limité à douze personnes maximum, forme un petit cercle. Raquettes aux pieds, on tend et on étire ses bras vers le ciel. Profonde inspiration, puis on relâche totalement son buste et ses membres supérieurs jusqu’à frôler la neige. Pendant une quinzaine de minutes, Anita aide chacun à prendre conscience de son corps. «La montagne, avec son paysage somptueux et son air pur, offre un cadre idéal pour pratiquer le yoga pranayama, qui met l’accent sur la respiration», précise-t-elle. On repart ensuite plus détendu, attentif aux empreintes d’animaux et au silence, seulement rompu par le bruit feutré des raquettes. Plus loin, c’est la posture de la salutation au soleil. Un long et ressourçant déroulement du corps, pratiqué plusieurs fois, après avoir déchaussé et s’être installé sur un petit tapis de yoga, prêté par Anita. Les deux autres pauses zen sont consacrées à des exercices respiratoires et à de la méditation, assis en tailleur. Lancées l’an dernier au départ de la station de Val Thorens, ces randonnées bien-être hebdomadaires, de trois heures, affichent complet. Les clients? Souvent des femmes, n’ayant jamais pratiqué le yoga ou même les raquettes, mais curieuses de découvrir cette balade hybride. Morzine mise aussi sur l’engouement autour du yoga. Probablement inspirée par la station suisse d’Engadin St. Moritz qui lançait en 2014 la première piste de yoga du monde, Morzine propose cet hiver la piste des yogis, un itinéraire bleu de 2400 mètres jalonné de dix emplacements pour pratiquer des postures relaxantes, sans forcément ôter ses skis. Enfin, sous le nom de marche afghane, évocateur de montagne loitaine, la station de Samoëns invite à une sortie en raquettes accompagnée par un professionnel. Durant cette randonnée, le travail constant sur la respiration facilite la gestion de l’effort en altitude et relaxe. Les activités bien-être en montagne ne se résument plus à des papouilles et des bains bouillonnants dans des centres aqualudiques mais tirent parti, enfin, d’un environnement unique. Voir l'article sur le site de Libération

Je me souviens d’un matin au tibet. Par Mathieu Ricard

6 avril 2016
matthieu-ricardjpgDe la terrasse de mon ermitage, j’embrasse le cercle presque parfait de l’horizon. Dominant l’échelonnement des contreforts, la majestueuse chaîne himalayenne se déploie sur plus de deux cents kilomètres. En contrebas, à l’ouest, s’ouvre une verdoyante vallée, avec ses hameaux disséminés dans les rizières en terrasses et, au sud-ouest, la colline d’un lieu saint couronné d’un monastère qui émerge à l’aube des brumes dormantes étirées par le vent qui se lève. L’immensité et la beauté de ce paysage sublime imprègnent l’être comme un élixir. À chaque instant, les jeux de lumières, les configurations nuageuses, et les pensées de l’observateur émerveillé changent. La montagne est immuable. Sous la clarté argentée de la pleine lune, enflammée de rose et d’orange par les premiers rayons du soleil, aujourd’hui comme lors de mon premier voyage, voilà bientôt un demi-siècle, la montagne demeure. En sa présence apaisante, les pensées sauvages du méditant novice font peu à peu place à la sérénité, la présence attentive, la bienveillance et la liberté intérieure. Le plus souvent, le silence est si parfait que l’on entend les voix des paysans à plus d’un kilomètre ainsi que le crépitement sourd du front de pluie qui se rapproche et augmente lentement en intensité avant de nous atteindre. On comprend qu’une telle situation favorise l’épanouissement de la méditation et de l’observation des pensées qui surgissent de nulle part et se dissolvent comme le son d’une cloche qui s’estompe. La montagne est ainsi un havre de paix où l’apprenti ermite peut s’initier en toute quiétude à la pratique spirituelle. Chaque instant vaut son pesant d’or et rapproche le pratiquant de la nature ultime des choses. La fraîcheur du moment présent nourrit le cœur du méditant de qualités bienfaisantes. Lire la suite sur le site Libération

Canada, Madame la présidente est prof de Yoga

21 mars 201621 mars 2016
022ac6b5a2974ab506f4f1cf7675cdecLes femmes de politiciens ne naissent pas dans un moule. Sophie Grégoire en est la preuve. La femme de Justin Trudeau et ex-animatrice a quitté la télé pour élever ses enfants, enseigner le yoga, donner des conférences sur la boulimie et, à l'occasion, chanter en sanskrit. Entre-temps, elle avait rejoint le monde du bénévolat, le circuit des conférenciers et surtout elle avait découvert la paix intérieure avec le yoga. «J'adore le côté spirituel du yoga qui est proche du bouddhisme. Maintenant je l'enseigne une fois par semaine, mais rassurez-vous, je ne suis pas dans le New Age ni l'ésotérisme», offre-t-elle en réponse aux critiques qui ont fusé après une conférence où elle a vanté le sacré féminin et chanté en sanskrit, façon Margaret Trudeau au plus fort du flower power. La comparaison la fait sourire. Elle rappelle que Margaret est entrée dans la vie de Trudeau à 22 ans, sans carrière et sans grande expérience de la vie. «Margaret et moi, c'est deux mondes», dit-elle. Reste que les critiques qui pleuvent sur elle, mais surtout sur son mari, la heurtent.
Lire la suite sur lapresse.ca

Le Dalai-Lama viendra à Strasbourg en 2016

16 janvier 201616 janvier 2016
Dalai lama trouve qu'il y a trop de réfugiés en EuropeLa visite du dalaï lama est annoncée du 15 au 18 septembre prochain. Il participera à un week-end d'enseignement organisé par la fédération du bouddhisme tibétain. Le dalai Lama est âgé de 80 ans, il est déjà venu trois fois dans la capitale alsacienne et sa dernière visite remonte à 2011. En savoir plus...

Le paradoxe Vegan de la femme branchée.

2 novembre 20152 novembre 2015
83241
Assez régulièrement ( et de plus en plus ) je vois des gens arriver à un mode de vie vegan ( ce qui en soit est plutôt bien ) mais ce que je trouve étrange c’est souvent le paradoxe éthique assez flagrant et parfois cliché.
Pour commencer, beaucoup des végan avec qui j’ai les échanges les plus houleux sont souvent des filles, entre 20 et 30 ans, « converties » depuis assez peu de temps.
Autant je crois sincèrement aux bienfondés de ce mode de vie lorsqu’il est choisi et pensé de bout en bout, autant je suis souvent confronté à des situations de fort malaise lors de nombreux échanges.
Cela se manifeste par plusieurs choses récurrentes : le prosélytisme, la suffisance et l’incohérence.
Je vais dresser un portrait caricatural pour essayer de bien faire comprendre ça … ( pour ce faire je ne vais que juxtaposer des éléments issus de posts ayant défilé sur mon fil d’actualité perso )
Faisant la queue pour avoir son café-pumpkin starbuck, elle attend en faisant un petit selfie marrant pour montrer son nouveau bonnet en coton bio.
Elle poste ça en ligne avec son nouvel iphone.
Un peu plus tard elle rentre chez elle, se fait un petit smoothie banane, mangue et lait de coco, le tout dans un super blender trouvé sur amazon.
Un petit tour sur son compte instagram nous fera découvrir sa garde robe pour constater que toutes les fringues sont bio. Comme tout est bio, le label "équitable" est apposé sur son chocolat, son café et ses épices.
Plus tard, un passage sur son compte facebook nous montrera de nombreux partages militant où on voit combien l'industrie agro-alimentaire est trash (les vidéos le montrent très bien assurément … (ne pas aller sur une page d'une végan à l'heure du repas !).
On la verra également se réjouir de la fermeture d'un abattoir, voyant le signe d'un réel progrès pour "la cause".
Elle prend soin d'elle, les statistiques publiées sur ses joggings grâce à l'application embarquée dans ses nike en sont la preuve ! Et après une bonne douche avec un savon Lush elle sent super bon le fruit de la passion.
Et ce soir après cette belle journée elle se fait un petit plaisir : un steak végétal. Tellement bien fait qu'on dirait trop de la viande (mais sans la souffrance animale) ! Un petit bout de "Faux-mage" à base de noix de cajou et un avocat. Et en dessert un petit bout de chocolat équitable.
Elle a le sourire en préparant ses vacances en Thaïlande en achetant sont billet en ligne sur son macbook, avec son chat sphinx qui ronronne sur ses genoux et peux enfin aller se coucher, en paix avec elle-même et ses convictions … aujourd'hui encore, elle n'a été la cause d'aucune souffrance animale.
Et là je vous vois venir avec un "Heuuu mais Samten, il est où le problème, je ne vois pas trop où tu veux en venir … elle a l'air plutôt cool la nana là … non ?"
Oui oui elle est cool ! Et c'est vraiment chouette que par son véganisme elle se sente impliquée dans la cause animale, le progrès et l'évolution de l'humanité à des hautes sphères de conscience et d'empathie !
MAIS … Et hélas c'est là que le bât blesse…
Son café est issu de la souffrance des hommes, d'une production qui détruit l'environnement dans lequel il est produit et contribue au déséquilibre nord-sud où la domination occidentale est vécue de plein fouet par les producteurs-esclaves.
Son téléphone est issu d'une production où les métaux rares sont également issus de productions où les hommes sont traités en esclaves dans des mines aux conditions abominables. En plus l'obsolescence perçue fait qu'elle changera de téléphone alors même que ce dernier sera encore tout à fait fonctionnel.
Elle se réjouit de la fermeture d’un abattoir sans réaliser que le nombre d’animaux abattus restera inchangé ... le seul changement sera que ces pauvres bêtes devront parcourir encore plus de distance dans le transport final ... l’élément souvent le plus traumatisant pour l’animal (mais aussi pour l’éleveur qui respecte ses animaux).
La banane de son smoothie provient d'équateur, issue d'une terra-formation imposée par les États-Unis pour que ces pays ne viennent pas concurrencer la production de maïs OGM. La mangue provient d'Inde et a peut-être véhiculé des parasites qui détruisent nos vergers. L'avocat provient d'Israël et le lait de coco de Thaïlande, finançant les deux des régimes politiques discutables. Les transport “bio” n’existe pas ... les bateaux délestent en pleine mer, les camions brulent du gasoil et dans les deux cas il y a un paquet de dommages collatéraux. Ben oui, combien de dauphins pris dans les pales des bateaux, de biches , d’oiseaux, de hérissons percutées, écrasés pour que nos fruits exotiques arrivent à bon port ?
Son blender vient de chine, assemblé dans une usine où les gens sont traités comme de la marchandise et payés une misère et acheté sur un site qui bafoue le droit du travail à longueur de temps.
Ses habits, comme sa nourriture, ont parcouru des milliers de kilomètres pour être parfois produit avec des produits chimiques (malgré les labels bios affichés) et cousu par des enfants, au même titre que ses nikes.
Sa fausse viande et son faux fromage sont issus de productions industrielle et chimique pas forcément très saine et de loin pas locale
Son chat provient d'un élevage de croisements génétiques et nourrit avec des boites industrielles (et là autre paradoxe : doit-on imposer le véganisme aux animaux … ah ben non ce serait aller à l'encontre de leur nature, dans ce cas là c'est pas pareil)
Son billet d'avion compensera le bilan carbone de son véganisme.
A côté de ça j'essaie d'imaginer une personne qui consommera bio, local, de saison avec, certes de la viande de temps en temps (mais qui vient d'un paysan qui connaît toutes ses bêtes) qui portera ses fringues jusqu'à l'usure, n'aura que le strict nécessaire chez lui, pas de robots ménagers dans tous les sens, pas d'ordi, pas de fruits exotiques … et qui pourtant sera la "cible" des végans en raison de son manque de conscience et de sensibilité… et là je me dit qu'il y a un soucis dans la manière qu'ont les végans de mener leur "combat" …
Je me dois de rajouter un GROS P.S. à ce texte : je ne me considère absolument pas comme étant moi-même éthiquement irréprochable, loin de là ! J'essaie de faire au mieux ma part en restant un maximum cohérent entre mes convictions et mes capacités de consommation. Mais par contre l'issue de mes réflexions, de mes pensées, mes idées, je les PARTAGE. J'espère que parfois ma vision des choses en convainc certain mais je considère toujours que les choix éthique sont personnels et que nous ne pourrons jamais être irréprochables sans devenir extrêmes et sans s'extraire totalement du système, ce qui n'est pas ma volonté, au contraire, j'espère pouvoir être le témoin d'évolutions du système dans "mon" sens quitte à devoir faire des compromis, mais que je choisis.
EDIT : suite à l’engouement et aux nombreux comm qu’a suscité cet article aux différents endroits où il a été partagé et comme ça a dépassé le cercle des gens qui me connaissent, je me dois de me présenter pour permettre de contextualiser éventuellement cet article. Pour commencer je dois moi-même faire face à de nombreux paradoxes de consommation lié à mon choix de travail : étant photographe j’ai en effet beaucoup de matériel technologique ( ordinateurs, tablette, appareils photos ... ) qui ont un cout éthique important. Je n’ai pour le moment pas trouvé de solution pour ce pan là. J’ai passé plusieurs période de ma vie à appliquer un régime végétarien et un mode de vie assez proche des principes végétaliens sous pas mal d’aspects. Je me considère comme étant assez impliqué dans les domaines de la réflexion sur nos modes de vies, nos interactions avec l’environnement. J’ai un très grand intérêt pour la permaculture, les productions équitables ( je ne parle pas des labels qui spolient le terme ). Suite à de nombreuses réflexions j’en suis venu à avoir un mode de vie où les choix alimentaires et de consommation générale sont souvent mis dans la balance du pour et du contre au moment de l’acte d’achat. J’ai également un régime alimentaire qui est aussi très “fashion” car j’ai une alimentation principalement axée sur les principes du Dr Seignalet, à savoir sans gluten, sans produits laitiers, sans sucres raffinés ( mais je n’en fais pas un dogme, je m’accorde des exceptions si je n’ai pas le choix ou même si simplement j’en ai envie), je suis venu à ce régime il y a plus de 7 ans pour des raisons de santé et il m’a apporté beaucoup de choses ( j’en discute volontiers avec ceux qui s’y intéressent ). D’autres principes alimentaires font également parti de mes convictions, principalement le fait de consommer local, de saison et bio ( et dans ma région ça veux dire qu’il faut aimer le choux et les poireaux ). Je porte avec moi un assez lourd bilan carbone car j’ai beaucoup voyagé, mais ces voyages m’ont permit en contre partie d’apprendre énormément de choses sur l’humain, la nature, les interactions entre les deux, mais surtout pour réaliser qu’il n’existe pas de valeurs “universelles” ... partout les gens ont des convictions qu’ils sont parfois prêt à défendre avec armes et sang ! J’ai aussi vu qu’il y a un réel angélisme de la part des gens qui vivent leur conviction depuis le fond de leur canapé ikéa ... car à travers le monde j’ai été témoin de la violence , partout sous un nombre inimaginable de formes ! Les seuls moments où j’ai eu la sensation de m’en extraire on été ceux où j’ai été seul face à la nature, loin du fait des Hommes ! J’ai vu plus d’amour et de respect chez une productrice de bœuf bio en France qu’envers des vaches “sacrées” au Népal. J’ai recommencé à manger de la viande en voyage, lorsque j’ai été reçu par des gens qui n’avaient rien d’autre à me proposer et qu’il aurait été plus que déplacé de dénigrer ce geste pour mon petit confort intellectuel. Et puis j’ai appris à reconnaitre qu’il y a de réelles différences entre les modes de production et que cela impact directement nos valeurs et notre environnement, j’y suis de plus en plus attentif et rencontre des gens merveilleux depuis. Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, je trouve merveilleux que de plus en plus de gens s’intéressent aux modes alimentaires “alternatifs” ( qu’ils soient végan, végétariens, sans gluten, bio ... ) car ça montre que les gens ne prennent plus tout pour argent comptant. Mais je prône également la coexistence et l’évolution douce. C’est souvent en ça que mes avis divergent avec les militants ( végan ou autre) sur les manières d’agir : Les études en neuroscience montrent que face à une démonstration de la violence (vidéo d’un abattoir par exemple), le cerveau d’une personne non préparée, vivra ça comme une agression ... mais au lieu d’obtenir un électrochoc contre le système, le trauma sera dirigé contre la personne qui lui aura fait vivre ce trauma... avec un effet inverse à celui désiré... mais je m’égare à parler de ça.
Bref, je tente juste de faire avec les outils à ma disposition pour rester le plus cohérent possible entre mes choix, mes croyances, mes moyens et mes aspirations. Jonglant moi-même avec certains paradoxes.
EDIT 2 :
Je n’ai hélas rien inventé pour créer ce personnage fictif ! juste pris quelques éléments sur différents posts de mes contacts ... j’ai même été assez soft pour qu’on ne pense pas que j’exagère le trait ! Et pour celles et ceux qui me font la critique d’avoir choisi une femme plutôt qu’un homme c’est pour la même raison ( qui n’est pas lié à une réalité statistique et objective ) : je n’ai pas eu autant d’occasion de voir ce type de posts et de profils dans mon fil d’actualité.