Yogi avec la tête dans le cul!

10 maladies spirituellement transmissibles !

Si à bien des niveaux le monde moderne ressemble à une jungle, le petit monde de la spiritualité n’est malheureusement pas épargné. Peut-on vraiment être sur qu’une personne qui a médité pendant 5 ans dans un ashram ou pratiqué le yoga intensément, est ipso-facto immunisée contre les névroses modernes ? Je n’en étais pas certaine du tout !

C’est pour cette raison que j’ai passé près de 15 ans de ma vie à faire des recherches et écrire des livres sur ces sujets. J’ai eu l’occasion de rencontrer des centaines d’enseignants  au cours de mes travaux et je ne cessais d’être étonnée par la façon dont notre compréhension des vérités spirituelles peut être affectée par des  « contaminants conceptuels » aussi insidieux et invisibles que des maladies sexuellement transmissibles.

Les 10 catégories qui suivent n’ont pas pour intention d’être exhaustives ou d’épuiser le sujet, mais forment une liste des maladies spirituellement transmissibles les plus courantes. Bien sûr elles se retrouvent chez nous tous, à différents degrés. Apprenons  à les reconnaître pour appliquer, selon les besoins, les antidotes nécessaires.

1. La spiritualité Fast-food: Mixez l’aspiration spirituelle a une culture qui célèbre la vitesse et le plaisir immédiats et il y a de grandes chances que le résultat donne de la spiritualité Fast-Food. Dans le spiritual fast-food, l’idée en vogue est que se libérer des souffrances de notre condition humaine peut être facile, rapide et s’obtenir après une petite retraite de quelques jours. Néanmoins, une chose est claire on ne devient pas un bouddha en un coup de cuillère à pot ! Ce serait trop simple !  Et le chemin n’est pas pour les fainéants.

2. Singer l’Éveil:  Qui n’a jamais rencontré un disciple qui parle, s’habille et agit exactement comme son gourou et devient, de fait, la voix de son maître ? S’inspirer de quelqu’un de respectable est une chose, mais singer l’Éveil en est une autre. Il ne suffit pas de répéter les mêmes mots ou de soutenir les mêmes silences pour devenir un sage. Cette maladie donne souvent des caractères lisses au manque de naturel évident.

3. Les motivations profondes et inconscientes: Même si notre désir d’éveil et de liberté intérieure est véritable, il est souvent étroitement mélangé à d’autres motivations nettement plus « mondaines » : Le besoin d’être aimé, d’être spécial et reconnu par les autres ou de remplir un vide. Si l’on ajoute à cela le fait que la communauté et l’ashram sont des territoires où toutes les névroses  familiales peuvent se projeter et interférer comme dans un jeu de miroir grossissant, cela donne un obstacle puissant. Une introspection sans concession, et l’aide d’un enseignant expérimenté, sont souvent nécessaires pour reconnaître ses motivations inconscientes.

4. L’identification  : Avec cette maladie, l’Ego s’identifie à nos expériences les plus positives et remarquables, pour les faire siennes. Nous devenons convaincus que nous sommes l’incarnation de la sagesse dont nous avons fait, temporairement l’expérience le long du chemin. Ces expériences sont, pourtant, passagères et ne survivent que dans l’esprit de ceux qui se croient pleinement éveillés.

5. L’ego spirituel: Cette maladie s’attrape quand la structure profonde de l’égo s’entremêle de concepts et d’idées spirituels.
Le résultat est une personnalité égotiste à l’abri des balles. Quand l’égo se justifie par la spiritualité, il devient imperméable à toutes critiques constructives ou feed-back venus de l’extérieur. Sa prédominance sur notre existence nous empêchent toutes possibilité d’évoluer. Et tout cela, mais oui, au nom de la spiritualité !

courbe de l'égo

6. Production en masse de « Maîtres »: De nombreux courants spirituels à la mode, produisent une foule de prétendants qui se croient déjà éveillées et pensent être au niveau des plus grands maîtres. Bien entendu,ils se fourvoient et en sont, la plupart du temps bien loin!  Un instant de paix intérieure, une belle réalisation, et —bam!–les voilas transformées en Bouddhas vivants,tout prêts à enseigner l’humanité. Le problème n’est pas que ces personnes enseignent les autres, mais qu’elles se présentent comme des êtres totalement accomplis et donc au delà de l’erreur…

7. L’orgueil spirituel: Le plus souvent, l’orgueil se fait jour dans l’esprit du pratiquant, qui, après des années d’ascèses et d’efforts assidus est parvenu à une compréhension bien réelle mais qui va l’utiliser, inconsciemment, pour s’empêcher de parvenir plus haut encore.
La rupture avec les gens « lambda » jointe au doux sentiment de sa supériorité sont d’autres symptômes de cette maladie spirituellement transmissible. Elle se manifeste aussi, par le réconfortant sentiment d’être au dessus des autres, d’être meilleur, plus sage, car spirituel! O yeah!

8. L’esprit de groupe:  Aussi appelé l’esprit de corps, esprit sectaire ou la « maladie des ashrams ». L’esprit de groupe est un virus insidieux qui contient de nombreux éléments dépendants les uns des autres. Si chaque groupe promeut sa vision du monde dans un langage qui lui est propre, il arrive aussi que ses « sollicitations » soient non verbales ou non formulées. Ce qui n’empêchent nullement les sympathisants de bien savoir ce qu’il faut dire, penser agir pour bien « cadrer » avec l’esprit du groupe. L’esprit sectaire est quasiment inévitable au début du chemin, il faut être un peu « fanatique » pour suivre une voie qui va à l’encontre des soucis du monde moderne. Il devient néanmoins un signe évident de stagnation ou de frilosité idéologique chez le chercheur plus expérimenté.

9. Le complexe du peuple élu: Le complexe du peuple élu n’est pas réservé aux Juifs. C’est la croyance que  » notre groupe/école/gourou est plus spirituel, plus grand, et dit simplement, tellement mieux que tous les autres.
Suivre un chemin plutôt qu’un autre,c’est penser qu’il est le meilleur POUR NOUS, mais il ne l’est pas forcément pour les autres. Le complexe du peuple élu commence quand notre chemin devient le seul véritable pour tout le monde et que tous les autres sont,plus ou moins, dans l’erreur. A terme tout cela conduit au fanatisme.

10. Le virus mortel du « J’y suis arrivé »: Cette maladie est tellement efficace qu’elle peut être mortelle et mettre un point final  à notre évolution spirituelle. L’ego, si puissant, peut arriver à nous convaincre que nous sommes arrivés et qu’il n’y a plus rien à faire. Le piège est retors et difficile à éviter car de nombreuses expériences peuvent venir corroborer cette fausse intuition. L’aide d’un  maître véritable , est ici,  souvent nécessaire pour recadrer l’aspirant.Le plus souvent avec un tendre mais viril coup de pied au derrière et l’injonction ferme de continuer la pratique.

Voir le très bon livre de Gilles Farcet sur le sujet:
Manuel de l’anti-sagesse : Traité de l’échec sur la voie spirituelle

 

Librement traduit et adapté à partir de l’article de Mariana Caplan disponible ici dans sa version anglaise.
Avons nous oublié quelque chose d’important ou vous avez quelque chose à ajouter? Dites le dans les commentaires.



'10 maladies spirituellement transmissibles !' have 21 comments

  1. 20 septembre 2014 @ 19 h 04 min camus renaud

    Merci beaucoup pour cet article intéressant, j’ai reconnu pas mal de « maladies » et autres maladies égotiques rencontré lors de divers stages et autres … Il faut dire que le petit monde du Yoga n’est pas épargné par ses dérives, elles sont aussi présentes en nous si on sait les reconnaitre. Il y a du boulot !

    Répondre

  2. 22 juillet 2015 @ 11 h 20 min Denis Billo

    Il y a aussi toutes les idées étranges qui fleurissent sur net et qui sont véhiculées très rapidement par lui.
    Une grande partie de l’humanité se laisse aller à croire à des complots de tout ordre, on entend des choses sur les Francs-maçons, les illuminatis, des cérémonies sataniques, le WTC, les chamtrails et j’en passe…
    Amusant de voir que ces histoires n’ont souvent rien de rationnel, tout nourrit la rumeur et rien ne l’arrête, comme pour les chamtrails qui existent depuis plus de 20ans, et toujours la même rengaine de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, la bonne blague !

    On doit regarder avec un petit sourire l’effervescence de débilités en tout genre qui a poussé les gens à faire, dire, croire, acheter n’importe quoi et se comporter comme des fous à Bugarach pour le 21/12/2012 et à la lumière de cette fumeuse histoire se rendre compte que la manipulation de masse n’est pas forcément voulue et orientée par de soi-disant élites déterminées à éradiquée l’humanité, mais que nous sommes tous très fort pour monter au paroxysme la moindre idée un peu originale…
    Il semble d’ailleurs que plus c’est gros et plus c’est facile de convaincre un grand nombre déjà tout acquis à la rêverie de masse.
    Voici l’ère de l’accélération du temps, de l’émergence d’énergies sublimes (mais cela dur depuis des années), de guides en tout genre qui viennent nous parler de l’avenir du monde mais parlent aussi de politique un peu politicienne, quel beau monde, tout bien rose bonbon !
    Certains trouvent même là une idée de l’évolution spirituelle de ce monde, il semble qu’il nous faut croire à des choses les plus folles pour trouver un peu de sens à cette existence mais que la simplicité d’une bonne respiration, d’un dos droit, de la ferveur, de l’humilité, d’un sourire et de vouloir simplement le bien de tous soit complètement désuet…
    Ce qui est assez effarant c’est de voir que des gens croient et polluent leur mental avec toutes ces idées au point parfois d’en devenir malade, dépressif, noir et par contre ont du mal à croire en leur Esprit…

    Répondre

    • 11 décembre 2016 @ 15 h 11 min Daniel

      Bonjour Denis

      Pour les dangers de la spiritualité

      Excellent article à méditer !!!

      Merci pour les coordonnées du livre : manuel de l’ Anti -Sagesse.

      Dans la même ligne :

      Les dévots du bouddhisme :

      https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=Les+dévots+du+bouddhisme+

      « Il semble d’ailleurs que plus c’est gros et plus c’est facile de convaincre un grand nombre déjà tout acquis à la rêverie de masse. »

      Le diable mène la danse !!
      Une citation ancienne dit : « le diable séduit l’homme par des images »
      Mais nous sommes en plein dedans avec tous nos écrans !!
      Tout dépend de l’usage qu’on en fait, comme le Yoga ou toute autre « technique d’éveil ».
      Pour être précis « on fait » et puis « on est fait » par le Yoga mais cela peut aussi s’appliquer dans le sens « je suis fait » attrapé par une « mauvaise technique », si douce en apparence .

      « Apprenons à les reconnaître (ces maladies spirituelles) pour appliquer, selon les besoins, les antidotes nécessaires. »

      « Certains trouvent même là une idée de l’évolution spirituelle de ce monde, il semble qu’il nous faut croire à des choses les plus folles pour trouver un peu de sens à cette existence mais que la simplicité d’une bonne respiration, d’un dos droit, de la ferveur, de l’humilité, d’un sourire et de vouloir simplement le bien de tous soit complètement désuet…
      Ce qui est assez effarant c’est de voir que des gens croient et polluent leur mental avec toutes ces idées au point parfois d’en devenir malade, dépressif, noir et par contre ont du mal à croire en leur Esprit… »

      Simplicité, simplicité, simplicité !!!!!
      Mais que c’est ennuyant se dit l’ego ii

      Des repères pour ne pas s’égarer :

      Les textes de base des Traditions sont à lire et méditer à petite dose, selon nos affinités, pour murir notre compréhension intérieure, comme une asana qui murit avec notre pratique de l’extérieur vers l’intérieur, de plus en plus profondément.
      Méditons avec un feu doux, de la patience, de la persévérance.
      Dans le cas du Message Retrouvé de Louis Cattiaux, méditer sur un verset tiré le soir avant de s’endormir nous donne une réponse à une question et aussi des indications de notre guide .Avec cette « pratique » quotidienne le Livre devient « vivant « entre nos mains et nous oriente imperceptiblement vers « la chose » vivante et intérieure dont parle le livre.
      Mais je n’impose pas « cette pratique » qui m’est personnelle et qui me convient parfaitement .
      Impossible de s’égarer avec le livre !!
      Cependant, soyons aimant, attirons notre guide qui nous conduira dans le labyrinthe apparent de tous les divers textes complémentaires qui nous parlent toujours de « la même chose » sous des langages différends.
      Mais attention aux pièges, nous ne devons jamais imposer notre point de vue actuel aux autres, cultivons la tolérance, la compassion. Nous voyons quotidiennement les ravages de l’intolérance, du fanatisme et de l’ignorance.
      Il est bien entendu que l’étude et la méditation de ces textes divers ne nous fait pas évader « ailleurs ».
      Il faut oser descendre dans nos profondeurs intérieures avec un guide, un maitre , un thérapeute, un psychanalyste, impossible de pénétrer dans l’inconscient sans leur protection.

      « L’aide d’un maître véritable, est ici, souvent nécessaire pour recadrer l’aspirant.
      Le plus souvent avec un tendre mais viril coup de pied au derrière et l’injonction ferme de continuer la pratique. »

      Ce que dit aussi le professeur de Yoga aux élèves qui « se croient arrivés  »

      C’est complémentaire à notre quête.

      Affronter avec courage notre côté sombre ou Notre Propre Nature gît endormie et silencieuse.
      Réveillons –la avec l’aide de la Bénédiction (1) Divine et les conseils de Notre Guide

      Note : 1 : Bénédiction : cf bene dicere, bien dire, de là vient aussi le prénom de Bénédicte.

      Le Goraksha-Paddhati : Chapitre I :

      « Les textes sacrés sont comme l’arbre qui exauce tous les désirs, et celui qui pratique le yoga peut en goûter les fruits. Cet arbre est fréquenté par les plus grands sages, il guide chacun dans les vicissitudes de l’existence »

      Nous ne pouvons pas entreprendre l’étude, la méditation sur le Seigneur Patanjali sans faire intervenir tous les liens entre les différentes approches, pratiques, philosophiques (ect) des textes classiques « du Yoga » et aussi des textes des autres Traditions.

      Le Message Retrouvé Livre II/82 :

      82. C’est en confrontant les doctrines de tous les livres saints qu’on peut découvrir la vérité de l’Unique.

      82′. Le Père au centre
      Le Fils à la périphérie
      L’Esprit Saint entre deux
      Tout en Un, toujours.

      Note : lire un verset à côté de l’autre .

      « Le témoignage des Ecritures nous apprend que la connaissance de la lumière divine doit procéder, non de l’extérieur, mais du dedans ; réveillée et excitée par son Origine libre, cette lumière enfouie germe alors ‘et’ devenant « la juste mesure » et la source de nos jugements, elle, « paraît ensuite au dehors et resplendit pleinement dans l’union »
      Réf : Le Message Retrouvé : préface p 12, E.C. D’Hooghvorst

      Répondre

    • 27 mai 2017 @ 0 h 14 min onigetoc

      Il y a des recherches et preuvent très solides sur tout cela, il suffit de chercher. C’est un passage obligé de voir la réalité même si elle est très désagréable afin d’avancer, d’évoluer et de ce libérer de tout cela.

      Répondre

  3. 22 juillet 2015 @ 16 h 29 min camusrenaud

    Denis, ce que vous dites n’est pas faux, sur internet on trouve de tout et de n’importe quoi. Néanmoins la limite entre vérité et paranoïa est ténue et il faut admettre que certaines théorie du complot se révèlent justes avec le temps.
    Par exemple, j’avais lors de mes lectures entendu parlé de MK-ultra, une cellule de la CIA spécialisée dans la manipulation mentale et dont le travail consiste à prendre des hommes et des femmes lambdas et à les transformer en tueurs où en terroristes pour servir les buts obscurs de la politique américaine.
    J’avais vite fait de rejeter cela sur le compte d’une paranoïa conspirationniste jusqu’à ce que je tombe sur ce documentaire de France 3 sur une jeune fille (à l’époque des faits) à qui ont a fait subir un tel traitement et qui a eu gain de cause face à la justice américaine. C’est ici et c’est stupéfiant: http://www.dailymotion.com/video/x2xsuyr_mk-ultra-le-temoignage-de-karen-wetmore-france-3-2015_news?start=195
    Récemment il y a eu un reportage sur l’histoire de Pont Saint Esprit où la CIA aurait fait des essais de LSD sur la population. Là encore seulement les « conspirationnistes » en parlaient il y a quelques années…

    Quand à la version officielle du 11 Septembre, il faut vraiment mal connaitre le dossier pour lui accorder du crédit… Bref, je ne sais pas ce que tout cela à avoir avec le yoga mais il vaut mieux garder son discernement et avoir le troisième œil bien ouvert car nous vivions dans une époque ou le mensonge est partout. Samsara vous me direz….

    Répondre

    • 29 mai 2016 @ 0 h 22 min Emmanuelle Cabau

      Je partage votre avis Renaud, et ce qui est très éclairant sur l’état de la société actuelle est que le moindre discours critique, la moindre demande d’explications se fait immédiatement taxer de « théorie du complot ». Cela en dit très long sur le degré réel de liberté… Alors oui l’éveil permet en effet de sortir de l’illusion, seule difficulté : on ne peut pas le provoquer. La seule chose que le yoga et la pratique permettent est de « nous amener au carrefour où l’accident de l’éveil a le plus de chance de se produire », image qu’emploie isabelle Padovani dont j’ai découvert les vidéos il y a peu.
      Il y a 20 ans les donneurs d’alerte parlaient déjà des ondes électro-magnétiques, du danger des téléphones portables et du micro-onde, du wi-fi, des écrans, etc. Aujourd’hui on nous rajoute toujours plus d’ondes et de rayonnements au quotidien avec les compteurs linky, les antennes relais, etc, et le maillage ne cesse de s’intensifier. Et nos cerveaux dans tout ça ? Que devient la capacité à analyser et discerner justement ? Nos cerveaux sont victimes de cette pollution et du zapping et peu d’entre nous sont capables de maintenir ce qu’on appelle une pensée raisonnante, un discours soutenu, plus de quelques minutes, sans parler d’une lecture attentive, sans tomber dans le piège des émotions et de la passion. Il faut tout de suite être pour ou contre, avoir une opinion aimer ou détester. Bref, il faut saisir, s’approprier, s’identifier et entretenir encore l’illusion…Avec les modifications de l’air ambiant, de l’eau et de la nourriture industrielle, il deviendra bientôt très difficile, en l’absence de toute pratique, de sortir de l’illusion et s’éveiller véritablement. Un film comme Matrix est très éclairant, combiné à 1984, cela décrit très bien le monde qui se profile. Même nos révoltes sont conditionnées, formatées, encadrées…
      A côté de cela heureusement d’autres mondes aussi se créent, d’autres modes de vie, des initiatives, comme le montrent certains films, aujourd’hui plus nombreux qu’hier, qui sortent sur le sujet, « En quête de sens », « les gardiens de la terre », entre les deux une course de vitesse semble engagée…
      Et pour répondre à Denis, je dirai que l’ego spirituel se délecte des textes védiques et des Upanishads, mais que la véritable sagesse dit « rien de ce qui est humain ne m’est étranger » et que l’éveil final n’existe pas sans l’amour et la compassion. Le désir de s’opposer, juger et dénigrer l’autre dans son discours n’est qu’un reflet de la dualité qui envahit cet univers et à laquelle je crois échapper par ma pratique.
      Om shantih

      Répondre

  4. 22 juillet 2015 @ 18 h 26 min Denis

    Hahahahaha !!!
    A oui, j’avais oublié, dans l’histoire c’est forcément les américains les méchants, hahahahaha…
    Forcément il y a toujours une jeune fille, une personne qui semble si sincère et qui est certaine d’avoir vu l’homme qui a vu l’homme qui a entraperçu l’ours, à moins que c’était un chat, oui mis il existe des chats méchants aussi, la preuve elle a une marque de griffure, elle !!!
    Hahahahahaha !!!!

    Que de temps passé à lire, écouter, tenter de comprendre des choses qui n’ont au finale aucune réalité concrète, juste des liens sur des liens sur du vent et des hypothèse étayées de vide et de liens sur des liens, mais surtout d’aucune importance…
    Aucune !
    Après cette fumeuse histoire il en viendra 20 autres et j’attends avec grand délice le prochain 21/12/2012 qui fera vendre et bouger tant de monde perdus dans cette humanité…
    Dans chaque dossier il existe toujours des zones qui semblent étranges et force est de constater que beaucoup ne cherchent que ça et appliquent une démarche toute tendue vers le sensationnel (rappelez vous les rétroviseurs de l’affaire de Charlie Hebdo). Un peu comme en mathématique, on écrit une grande équation, voila l’histoire du WTC et hop, au milieu une petite chose cloche ou est incompréhensible alors on applique la vision des maths et on réfute tout, tout en bloque pour un grain de sable, c’est grotesque !
    Mais beaucoup plus important et qu’importe la réalité de ces faits !
    La réalité c’est surtout perdre son temps et sa vie à écouter, chercher, lire, écrire des choses qui ne servent à rien, ni à personne…
    On va me dire, tu fais l’autruche, ou tu es un bisounours, et je répondrais à cela par une phrase de je ne sais plus qui mais qui explique si bien cette perte de temps radicale : « Vous passez votre temps à chercher des clés dans une pièce, en sachant qu’elle sont dans une autre ! »…

    Se pose alors la question de savoir combien de temps on passe devant un écran à écouter ces délires et combien de temps on passe dans un état de paix, de méditation, à faire du Yoga, ou a étudier des textes traditionnels, nos structures énergétiques, notre esprit, regardez bien en vous, l’effet de toutes ces choses sur vous ?
    Il y a urgence dans nos vies, car elle est courte et le bûcher de crémation n’a rien de beau, délirant ou d’irréel, il sera là très vite dans notre existence, alors désolé, certainement que les avions qui passent dans le ciel polluent et que certaines sociétés dans le monde ont des comportements pas très glorieux, mais là dans mon entourage directe, dans ma sphère d’influence directe je dois dire que cela tout simplement n’existe pas et ne me concerne pas !
    La réalité de la difficulté de certains amis ou amies est bien plus concrète !
    Je suis en vie et ce corps sorti de la mort y retournera bien vite, alors avant que mes énergies ne peuvent plus me permettre de travailler sur moi, je donne mon temps au Yoga et laisse de coté toutes ces « distractions stériles » du monde, attention elles sont infinies !
    Dans 90 ou 110 ans tous les gens en vie aujourd’hui ne seront plus, cela est l’impermanence, nos vies sont trop courtes et trop fragiles pour charger notre mental de toutes ces choses, d’autant qu’ils en existe 4 nouvelles par jour, alors je laisse tout ça à ceux qui pensent trouver le sens de leur existence là dedans.
    Je crois que nous avons bien mieux à faire avec notre cerveau, notre cœur, nos énergies et la vie spirituelle est mille fois plus extraordinaire que toutes ces vidéos faites par on en sait qui dans un but qu’on ignore complétement….
    En sachant que ces vidéos noires servent aussi les causes noires de notre monde et en particulier les jeunes perdus qui partent dans le djaïnisme, alors je ne prendrais pas 10 mn de ma vie, de mon temps pour regarder la vidéo que vous avez mis en lien, car rien que le nom et votre synthèse tout à la gloire de la haine et de la calomnie me donne la nausée, mais je peux vous proposer de lire ce texte dans mon lien, il parle de vous, vous donne un chemin d’évolution et une méthode pour votre existence et ce n’est pas une hypothèse sociétale stérile…
    http://www.pratique-du-yoga.com/forum/viewtopic.php?f=15&t=771

    Répondre

  5. 23 juillet 2015 @ 11 h 53 min camusrenaud

    Bonjour, au delà de vos commentaires sarcastiques sur mes motivations et sur ce que vous percevez comme étant mon opinion (ma synthèse tout à la gloire de la haine…etc..) j’aimerais revenir sur le fond de votre premier message et répondre à la question qu’il sous-entendait: « Une personne sur le chemin spirituelle doit-elle s’embarrasser et s’occuper des folies du monde qui l’entoure ? ».

    La réponse à cette question est double, d’un coté non nous n’avons pas besoin de nous occuper spécialement du monde qui nous entoure,bien au contraire, celui ci étant vu comme maya (une illusion), samsara et une vallée de larmes (Jésus),il convient même de prendre les jambes à son coup et de le quitter le plus vite possible pour éviter la corruption inhérente à ce monde plein de tentations . Les monachismes de toutes les religions partagent grosso modo ce point de vue même si loin d’être une fuite égocentrique,cette démarche est promut par de nombreux maîtres spirituels, de Bouddha à Jésus, qui tous insistaient sur les effets positifs et subtils de la pratique spirituelle sur le monde qui nous entoure. Du coup la question est réglée, droite ou gauche, complot ou non peu importe, essayer de décrypter le monde qui nous entoure est futile et une perte de temps et une source de confusion pour notre vie intérieure.

    En revanche, d’autres penchent plus vers une présence au monde et conseillent de se confronter à la réalité par un travail de discernement, un peu à l’image de Gandhi qui était un être d’une haute spiritualité et qui considérait l’action politique comme un Karma yoga, un yoga de l’action en vérité. Il appellera d’ailleurs son auto-biographie « my experiments with truth ».
    Vous auriez pu lui dire: « Gandhi, relaxe toi un peu avec ton combat pour l’indépendance de l’Inde, après tout n’es tu pas une personne spirituelle? Alors pourquoi perdre ton temps pour un combat bassement politique? ».
    On lui a d’ailleurs souvent fait cette remarque et il a toujours répondu que quand il voyait une injustice, il ne pouvait qu’agir pour essayer de la changer. Ce sont des remarques typiques d’un Karma Yogi.

    Votre message sous-entend clairement que vous appartenez à la première catégorie et je le respecte mais du coup, je vous prie ne pas jouer pas les docteurs la morale en émettant des jugements à l’emporte pièce sur des sujets que vous ne maîtrisez pas et que vous n’avez pas l’intention de creuser ( voir votre refus de regarder les documents que j’ai partagé et qui ne viennent en aucun cas de sources « conspirationnistes »). Replongez vous dans les textes anciens, méditez en silence et rejetez tout cela comme étant pure maya et pure samsara et Be Happy !

    En revanche si vous avez une âme de karma yogi et que vous ne supportez ni les mensonges intérieurs (ceux de notre mental) ni les extérieurs (ceux venant des « système » politiques,médiatiques et autres) alors il faudra bien commencer un long et fastidieux travail de discernement sur ce que l’on nous a appris et que nous tenons pour vrai. En ce sens là, cette recherche de la vérité peut d’après moi devenir aussi une voie de connaissance si elle est accompagnée d’un vrai lâcher-prise par rapport à ce que l’on croit connaitre et d’un vraie détachement intérieur pour ne pas tomber dans le pessimisme et le désespoir.

    Maintenant pour finir j’aimerais revenir sur votre dernier message, je ne vous cache pas que votre ton sarcastique et supérieur m’a un peu déplu mais passons… Ce que je regrette le plus c’est le manque d’honnêteté intellectuelle.
    J’ai eu le malheur de partager des vidéos troublantes parfaitement sourcées, et vous n’avez même pas daigné les regarder. Elles étaient apparemment trop « anti-américaine » pour vous Denis et votre vision du monde aurait pu en être changé, je reconnais que c’est un processus pénible mais nécessaire quand on cherche la vérité.
    Pourtant vous aurez pu constater que la justice américaine a donné raison à la victime du programme MK-Ultra, reconnaissant qu’elle a bien été torturé par la CIA mentalement et physiquement et avec usage de drogues variées alors qu’elle n’était qu’une enfant. C’était d’ailleurs un reportage de France 3, une chaîne hautement conspirationniste….

    Je sais que c’est déplaisant d’entendre des choses comme cela et qu’il vaut mieux regarder ailleurs. Peut-être que si cela avait été Daesh au lieu de la CIA vous auriez été un peu plus ouvert au témoignage de la victime…

    Pour résumé, je pense qu’il faut avoir du courage quelques soit le choix que vous faites:
    Le courage de suivre le chemin des anciens yogis et de se désintéresser des histoires du monde pour ce consacrer pleinement à la recherche intérieure, c’est infiniment respectable.
    Ou alors le courage de la vérité pour connaitre les tenants et les aboutissants de ce qui se passe dans le monde pour y apporter un remède et une solution et pour cela un discernement et une honnêteté intellectuelle à toute épreuve sont nécessaires…

    Répondre

  6. 23 juillet 2015 @ 12 h 00 min camusrenaud

    Petites mains de Yoganova, si vous pouviez ajouter un mode edit aux commentaires ce serait extra! Merci d’avance. 😉

    Répondre

    • 23 juillet 2015 @ 14 h 46 min Denis

      Oui, j’ai déjà demande le mode « édit », ce serait parfait…

      En premier je tiens à vous présenter toutes mes excuses si vous vous sentez blessé ou agressé par mes propos, le but n’est pas là, je dis simplement ce que je pense et ne vous connaissant pas, les remarques sur la vidéo ne concerne qu’elle et pas vous !
      Comprenez aussi qu’Il n’y a rien de déplaisant, pénible, ou je ne sais quoi d’autre dans ce que vous dite pour moi, et que vous ne pouvez pas me dire que je manque d’honnêteté intellectuelle, puisque pour moi cela n’a aucun intérêt et surtout rien de troublant puisque cela n’a pas de sens du point de vu de notre évolution spirituelle…

      Sur ma remarque sur les Américains, ha, je vous laisse entrevoir aussi ce que vous voulez, je suis amusé par le fait qu’ils représentent pour beaucoup de Français le mal absolu et je me dis, bien naïvement, que le jour où les Intégristes ou les Chinois remplaceront les américains beaucoup les regretteront ! 😉
      Mais mon inculture dans la matière s’arrête là, car je n’ai pas de temps à perdre avec ces idées et ces choses qui du fond de ma pratique me laisse même croire que tout cela ne pourrait très bien ne pas exister…

      Mais revenons, si vous le voulez bien, à votre motivation de trouver « la vérité »…
      Vous n’êtes pas sans savoir comment un journal télévisé se monte sur une chaîne télévisée, quelle qu’elle soit? Des gens font un documentaire et le vendent à la TV, très rarement la TV fait elle même ses émissions. Alors la vérité est où, qui la détient ?
      Vaste programme !
      Pensez vous vraiment trouver la vérité dans une masse d’informations toutes plus ou moins déformées et cela en regardant Youtube ou en lisant tous les sites qui copient et recopient les même âneries ?
      Je vais juste prendre un exemple, si vous le permettez, dans le Yoga tout le monde parle des « Chakras », ces fameux centres d’énergies, mais prenez le temps de lire ce trouve sur le web, personne ne parle par connaissance réelle, tout le monde recopie les même erreurs et des centaines de livres sont publiés chaques années avec les même erreurs…
      Ainsi est associé les couleurs de l’arc en ciel aux centres, et manipura se trouverait dans le plexus solaire, c’est à en pleurer pour celui qui fait l’expérience directe de cette réalité profonde, mais elle est si rare…
      Supposons que vous rencontriez en personne cette jeune femme de votre vidéo, même là pensez vous qu’elle racontera la vérité vraie, la connait-elle même ?
      Combien de gens ont été victimes d’eux même, de leur croyance les plus vraies et absolues ?
      Alors désolé, tout cela me laisse froid, très froid, je ne vois aucun sens à perdre mon temps à lire ou écouter les délires des uns et des autres, tous convaincus que le monde est laid et emplie de je ne sais quoi et que forcément on leur a fait du tord…

      Alors sur la « vérité » et si vous aviez pris le temps de lire la première partie du texte que je vous ai mis en lien, vous aurez lu cela et désolé de vous ramener dans le Yoga, car c’est quand même le thème central de ce blog…

      « 10. Au commencement, l’Âme universelle qui transcende toutes formes d’existence et dont l’essence est faite de connaissance se mouvait sur les eaux comme une brise légère, en Elle se manifesta d’abord l’Ego, racine de toutes choses, en quoi s’équilibraient les trois qualités de Lumière, d’Energie et d’Inertie;
      11. De là naquirent les cinq éléments subtils et les cinq éléments grossies, évoluant à partir de l’oeuf originel; et lorsque un tel ensemble est affecté par les heurs et malheurs de l’existence, on le nomme jîva c’est à dire âme individuelle !
      Ainsi donc l’âme individuelle qui dans chaque être est captive du monde, retrouve sa vraie nature d’ãtman lorsqu’elle est libérée des entraves
      12. que sont le désir, la colère, la peur, l’égarement, la concupiscence, l’orgueil, la passion, le fait de naître et le fait de mourir,
      13. la misère et la douleur, la paresse, la faim et la soif, la honte, la crainte, le malheur, la désolation
      et l’horreur.
      14. Je vais donc te dire comment délivrer l’âme de ses liens. Sans la pratique du Yoga comment la connaissance pourrait-elle assurer la libération de l’âme?
      Inversement, comment la pratique seule non étayée de connaissance assurerait-elle cette libération ?
      15. L’adepte avisé, s’il désire la libération doit s’efforcer à la fois d’acquérir la connaissance et de pratiquer le Yoga comme il convient car la source du malheur est dans l’ignorance
      16. Le savoir au contraire délivre. On l’acquiert en s’exerçant d’abord au raisonnement logique par lui on distingue tout ce qu’il convient vraiment de connaître.
      Par le raisonnement, on se rend compte que l’objet de la connaissance est le brahman suprême et sans second.
      17. D’évidence, on le perçoit comme Seigneur, indivis et sans tâche, Être, Conscience, Béatitude, qui transcende les trois moments cosmiques création, conservation, dissolution et toute manifestation et toute connaissance
      Savoir cela mérite seul le nom de connaissance. »

      Si vous cherchez la vérité, pour moi elle est écrite là, à la ligne 16 et 17 :
      « Par le raisonnement, on se rend compte que l’objet de la connaissance est le brahman suprême et sans second. »
      « Savoir cela mérite seul le nom de connaissance. »

      Savoir cela mérite seul le nom de connaissance !

      Désolé dans le Yoga on ne parle pas des USA et encore moins de la CIA…

      Voila, la vérité se trouve dans le fait de chercher en nous la possibilité de rencontrer l’universel et de sortir des dualités de notre existence, de notre culture, de notre histoire, de l’humanité et surtout de nos croyances…

      Mais finalement en relisant votre message je pense que vous n’êtes pas un pratiquant, alors tout cela ne vous intéresse pas, comme vos vidéos ou vos idées sur le monde ne m’intéressent pas un seul instant moi non plus…

      Pour autant vous êtes en vie, pour pas très longtemps comme nous tous, et je crois que regarder au fond de soi pour trouver le Soi n’est pas une erreur avant de disparaitre, mais il vous faudra laisser un peu de coté ces distractions assez nauséeuses…

      Pour clore ce débat je vous fais un cadeau :
      « Curée, plombier député, esprit aigu, vivants, âme cartonneuse, esprit cultivé, homme en friche, homme de rigueur, tricheur, tous dormants, tous évanouis au même degré, et privés de Conscience de la même façon exactement.
      Car ce sommeil métaphysique est sans graduation, sans nuance, est un unique niveau auquel on appartient tout à fait ou pas du tout.
      Comment leur faire comprendre qu’ils dorment !
      Ils admettraient volontiers que le degré de la conscience qu’ils ont d’eux-mêmes n’est pas ultime, que cette saisie de soi pourrait quantitativement être amélioré comme on rendrait plus clair plus intense un jour qui serait déjà levé, mais comment leur faire croire comment simplement leur faire poser l’hypothèse que précisément ici le jour n’est pas encore levé, que la question se pose réellement de savoir si la lueur qu’ils connaissent participe du fait diurne.
      Comment leur faire savoir qu’en cette vigilance extrême qui est la conscience de soi habituelle, ils dorment, qu’en son essence le phénomène appelé état de veille dort. »
      Stephen Jourdain

      Répondre

  7. 23 juillet 2015 @ 15 h 36 min Denis

    J’ai essayé de regarder la « vidéo », mais à la première image on lit :
    Une production : « Piments Pourpres Productions », ha ?
    Mince alors tu n’as pas vu que ce n’est pas la grande chaine FR3 qui elle ne dit que la vérité qui a fait la chose ?
    Comme tu disais, ha oui : « honnêteté intellectuelle » ?
    Puis au bout de 20mn, j’ai arrêté, je dois avouer avoir un peu envie de vomir, comment croire et regarder des choses choses pareilles, ça sent très mauvais non ?
    Toutes les 5 minutes le procédé est si basique, si simple à comprendre, on dirait les livres pour la propagande Chrétienne des années 50, où on trouve une page avec un enfant tout triste et maigre et à la page d’après une belle photo d’une belle maison un peu comme celle de beaucoup dans laquelle on vit et juste après, une fois qu’on t’a bien culpabilisé, bien manipulé on te demande de faire un don…
    De partout des gens viennent raconter des choses, on ne sait pas qui ils sont, on ne sait pas d’où ils viennent, ils ont tous, TOUS, des intérêts à raconter leurs vomissures, ils ont tous écrit des livres et sont psychiatres et font des conférences, ils sont tous en conflit d’intérêt direct, ne l’as tu pas vu, ou préfères tu ne pas le voir ?
    A chaque fois pour étayer quelque chose, on n’apporte aucune preuve, juste des mots, des témoignages de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, ils créent des liens là où rien n’existe, mais surtout pendant 10 minutes avant la fumeuse preuve qui ne viendra jamais ils essayent par tous les moyens de décrédibiliser l’organisme soit disant mis en faute. Alors pour cette démarche bien basse tout y passe ils vont chercher n’importe quoi, ils ressassent des histoires à dormir debout, du fond de l’histoire et pensent apporter des preuves mais il n’y a rien, c’est vide et ça donne la gerbe tant les calomnies sont omniprésentes…

    Bref, comme à chaque fois dans toutes ces vidéos, ils crées des liens l’à où il n’existe rien ou pire des rumeurs, sérieux, c’est pour moi l’antichambre de l’ombre la plus noire, la plus vile, la plus sale des visions de notre monde…
    Pour supporter ces délires et y croire il faut avoir quelque chose d’un peu tordu en soi, aimer ce qui est malsain…
    En regardant cette « chose » sans aucun fondement tu as envie de devenir djihadiste et je pense que cela doit permettre à Daesh de recruter beaucoup de monde !
    C’est aller regarder le monde par le trou du cul et se plaindre qu’il sent mauvais, mais au moins le trou du cul est une réalité !
    Et vraiment ta vidéo n’est rien d’autre qu’un déchet de cet orifice…

    Je passe mon chemin, A Dieu !!!

    Répondre

  8. 25 juillet 2015 @ 10 h 51 min Nagesh

    C’est assez amusant de voir Denis rejeter des sujets qu’il ne connait pas en fait, tout en professant à qui veut l’entendre que c’est une perte de temps que de s’intéresser à toute ces choses ! tout comme pour moi c’est une perte de temps pour un apprenti yogi d’animer un forum qui est chronophage au possible et qui ne peut accompagner une démarche de yoga authentique… Denis quand on connaît pas tous ces sujets conspirationnistes, on n’en parle pas sinon on risque de tomber dans le risible comme vos propos au-dessus..

    Répondre

    • 25 juillet 2015 @ 20 h 06 min Denis

      Ha mon cher Khavan, ou Ghavan, ou Ganesh, comment faut-il qu’on appelle, dis le moi ?

      Je crois que tu devrais une fois de plus relire ce que je dis et tu verras que mon idée n’est pas sur le fait de savoir si la conspiration est vraie ou pas, cela je veux bien te laisser patauger avec, nos expériences passées m’ont montrées combien tu aimes ça !
      Le fait est de savoir si cela à du sens de regarder le monde par son orifice nauséabond, ou de le regarder avec le cœur et de voir que ce monde est le fruit de la dualité la plus belle, la plus divine et de laisser de coté ce qui nous tire vers la bas, car comme le dit l’Upanishad :
      16 . Par le raisonnement, on se rend compte que l’objet de la connaissance est le brahman suprême et sans second.
      17. D’évidence, on le perçoit comme Seigneur, indivis et sans tâche, Être, Conscience, Béatitude, qui transcende les trois moments cosmiques création, conservation, dissolution et toute manifestation et toute connaissance
      Savoir cela mérite seul le nom de connaissance. »
      Tu vois on fait une étude de cette Upanishad sur le forum et tu devrais la lire, ça te ferais le plus grand bien…
      Mais merci de ne plus revenir sur mon forum car il est évident que si des gens mal intentionnés comme toi pouvaient passer leur chemin, cela serait bien moins difficile et bien plus constructif, juste question d’honnêteté intellectuelle, comme disait camusrenaud , c’est évident…

      Le reste je te le laisse toi qui aime te cacher derrière des pseudos, c’est ci facile…

      Répondre

      • 25 juillet 2015 @ 22 h 45 min Nagesh

        La question qui demeure est de dire que le monde construit par les hommes n’est ni complètement vrai, ni complètement conspirationniste, et que la vérité se trouve dans les nuances qui d’emblée t’échappent car par la négation systématique tu es incapable d’avoir une réflexion salvatrice à la hauteur de l’investigation demandée. Quant à sortir tes citations upanishadiques, tout cela reste des réflexions hors sujets que tu n’appliquent nullement dans ton approche de la vie ne serait-ce que par ta réaction à ce sujet, de ce fait chacun tirera les conclusions qui s’imposent… Ensuite je ne suis pas mal intentionné mais il est certain que je fais ressortir le négatif quand la « façade » me parait bien fragile et prétentieuse…

        Répondre

        • 25 juillet 2015 @ 23 h 49 min Denis

          Je ne sais où tu vois de la négation, mais je te laisse y croire, comme je te laisse m’insulter bien cacher derrière tes pseudos toi qui parle de façade, c’est si facile et si lâche.
          Ceux qui veulent juger de mon implication dans le Yoga peuvent me rendre visite

          Répondre

  9. 26 juillet 2015 @ 14 h 01 min Nagesh

    Je viens de me rendre compte que le commentaire de Denis de départ n’a rien à voir avec le sujet des 10 plaies spirituelles présentés ici. Mais pourquoi s’étonner autant de toutes les dérives qui sont esquissées dans cet article ? L’être humain au stade de son évolution actuel est névrosé et l’on retrouve cette névrose aussi chez ceux qui se prétendent spirituels ou qui naviguent dans ses eaux pourtant pourvoyeuses d’évolution. Hors on ne fait que déplacer ses propres névroses dans un autre secteur – dit spirituel – dans les mots ou en apparence car on final on y retrouve toujours les mêmes éternels conflits d’égos et de malhonnêteté que partout ailleurs. Donc pour moi, ceux qui se disent dans la spiritualité sont souvent tout aussi « ordinaires » que ceux qui suivent une vie laïque basée sur un matérialisme reconnu. Mais au moins ces derniers sont honnêtes avec eux-mêmes et avec les autres…

    Répondre

    • 12 décembre 2016 @ 0 h 09 min Daniel

      Bonjour Nagesh

      « Hors on ne fait que déplacer ses propres névroses dans un autre secteur – dit spirituel »

      Tout à fait exact !!

      Nous lisons dans Guérir l’Esprit : p213, 214

      « Un cheminement spirituel peut être facilement récupéré par l’ego et ses névroses, il peut alors contribuer à nourrit l’ego plutôt qu’à le dépasser.
      C’est l’une des raisons pour lesquelles l’accompagnement d’un guide est nécessaire sur la voie. Il est normal qu’au départ d’un cheminement on ait une névrose « normale » , une normose si vous voulez .La normose est prise en charge par le cheminement spirituel , par sa dynamique et son accompagnement .Elle est canalisée par celui-ci , intégrée et y trouve une solution .
      Mais il existe aussi de « méchantes « névroses »qui sont très fortes et qui provoquent une relation névrotique à l’enseignement et à sa pratique telle que ceux-ci s’en trouvent déviés, pervertis .La frontière entre « normose » et « a-normose » , vous le sentez bien , est très floue.
      Le critère est finalement de savoir si c’est la voie qui intègre la névrose, ou si c’est la névrose qui intègre la voie.
      La névrose intégrant la voie conduit à des approches spirituelles névrotiques, des impasses.

      Au niveau personnel, il est une façon d’évaluer la qualité se son cheminement : si l’on devient moins arrogant, attaché, fermé, égoïste, et passionnel et qu’on développe à l’inverse plus de compassion, de bienveillance, d’ouverture et d’humilité, ce sont de bons signes.Dans le cas contraire, ce sont clairement de mauvais signes.

      Répondre

  10. 25 novembre 2015 @ 17 h 08 min Suzanne

    Le livre de Gilles Farcet devrait être lecture obligatoire pour tous ceux qui fréquentent ashrams et autres centres spirituels. C’est tellement bien croqué (on voit qu’il en a vu défiler!) et on rit souvent jaune!

    Répondre

    • Yoganova

      27 novembre 2015 @ 10 h 17 min Yoganova

      Oui c’est vrai, c’est un très bon livre. C’est très parlant pour qui connait un peu le milieu. 😉

      Répondre

  11. 14 février 2016 @ 18 h 20 min Akshaya

    Que la Sainte Lucidité qui a inspiré l’auteur de ce livre daigne éclairer notre lanterne pour éviter les multiples pièges sur le chemin. Amen !

    Les points : 8 « l’esprit de groupe » et 9 « le complexe du peuple élu », me parlent particulièrement.
    Lorsque j’en ai pris conscience, cela a été pour moi comme un frein à main que l’on serre en pleine conduite et qui vous faire un tête à queue magistral. Complètement désorienté, j’ai mis beaucoup, beaucoup de temps avant de reprendre mon bâton de pèlerin.

    Répondre

  12. 12 décembre 2016 @ 16 h 57 min Daniel

    Bonjour

    Je ne trouve pas le texte de Denis d’ou j’ai extrait cette phrase !!

    23 juillet 2015 @ 14 h 46 min
    Denis :

    « Comment leur faire comprendre qu’ils dorment ! »

    Laissons les (hiboux) dormir, ils croient vivre, alors qu’ils s’installent confortablement dans un monde mort, thème constant dans le Message Retrouvé de Louis Cattiaux.
    Celui ou celle qui veut pratiquer le Yoga par exemple, doit prendre la décision de quitter son appartement douillet pour franchir la porte de la salle de Yoga.
    A ce moment il est sous la protection du professeur, il doit suivre ses indications et se prendre en charge, ce qui n’a rien de douillet !! Et se diriger ainsi peu à peu vers la Lumière Intérieure qui alors resplendit peu à peu à l’extérieur.

    D’autre part :
    Nous avons savasana, la posture « du cadavre » en relaxation.
    Expression très intéressante, sommes nous des morts -vivants qui dorment ??
    Shava : le cadavre et Shiva, nous voyons que c’est le i qui donne la vie à Shava !!

    Sur les voiles, les nuées :
    Voir aussi la Nuée sur le Sanctuaire : http://www.lesconfins.com/nuee.pdf

    Texte essentiel, toujours d’actualité.

    Bhagavad Gita III/ 38,39
    « Comme la fumée recouvre la flamme, et la poussière le miroir, comme les membranes recouvrent l’embryon, ô fils de Kunti, ainsi ce ennemi persistant du sage, dont la forme est le désir, feu insatiable recouvre et cache la connaissance. »

    Comme la nuée recouvre le sanctuaire !!

    Conte de Sohravardi (1155 – 1191)

    « A la tombée du jour, une huppe entra par hasard dans la demeure des hiboux.
    Ils s’étonnèrent fort de leurs différences et toute la nuit, ils échangèrent sur toutes sortes de sujets.
    Ce fut si passionnant que les hiboux en oublièrent de sortir cette nuit-là.
    Au lever du jour, la huppe voulut prendre congé de ses hôtes en les remerciant.
    Mais ceux-ci furent fort effrayés :

    Comment ? Tu veux sortir alors que le soleil brille ! Ignores-tu que les oiseaux ne peuvent sortir durant le jour ?
    C’est trop dangereux… Le soleil est l’ennemi des oiseaux ; il les aveugle.
    Je vous assure qu’il n’en est pas ainsi pour moi, tempéra la huppe.
    Je ne suis pas semblable à vous. Je peux fort bien sortir sans danger durant le jour…
    Non, dirent en chœur les hiboux ; c’est impossible.
    Tous les oiseaux sont pareils et pour ton bien, nous ne pouvons te laisser sortir.
    Le soleil te rendrait aveugle et nous serions responsables de ce malheur !
    Les hiboux barrèrent violemment la sortie du nid à la huppe… Ils lui auraient même crevé les yeux à coups de bec … pour empêcher justement (voyez leur folie) que le soleil ne l’aveugle !

    En un éclair, la huppe jugea la situation – elle savait qu’il est dangereux de contrarier les fous.
    Ces insensés croient vraiment que tous les oiseaux sont comme eux et refusent d’écouter un avis différent du leur. Il est inutile de les contrarier, cela ne fait que les rendre plus agressifs.
    Se pliant aux circonstances, la sage huppe contrefit la raisonnable :
    Vous avez raison ; je me range à votre avis… Les oiseaux ne peuvent sortir que la nuit ! « Merci à vous d’avoir ainsi pris soin de moi !
    Enfin tu es raisonnable ! Nous savions bien que tu étais comme nous que le soleil aveugle, et qui ne pouvons sortir qu’à la nuit tombée.
    La huppe passa la journée dans la demeure des hiboux, à méditer sur la folie de ceux qui se croient sages.
    A la nuit tombée, échappant à ses geôliers, elle regagna d’un coup d’aile un buisson proche pour y passer la nuit à dormir et attendre le lever du soleil…

    Cela n’est pas d’aujourd’hui que les hiboux qui ne peuvent supporter l’éclat du soleil de la vérité s’en prennent, « pour leur bien », à ceux dont les yeux sont ouverts sur un réel qui leur échappe… Combien de fois avons-nous dû faire comme la huppe, à l’école, dans la famille, à l’armée, dans l’entreprise ou ailleurs ? La folie des gens ordinaires exerce une telle pression qu’il n’est pas toujours facile d’attendre la nuit pour s’envoler vers le véritable Soleil… »

    Sohravardi :

    « Par sa philosophie de l’illumination (ishraq), Sohrawardi a renouvelé la mystique islamique. Il interprète le monde comme l’effusion hiérarchisée des lumières immatérielles, tombant sur l’écran ténébreux de la matière. Il unit l’héritage d’Aristote et d’Avicenne à une gnose visionnaire inspirée des sages grecs et des religions de l’ancien Iran. Son Livre de la sagesse orientale a décidé du destin de la philosophie iranienne, et, en particulier, du shi‘isme spirituel (école d’Ispahan, école de Qomm, aux XVIIe et XVIIIe s.). Son influence s’est fait connaître jusqu’en Andalousie et dans la pensée juive du Moyen Âge. «

    Réf. : http://manicheism.free.fr/maniblog/sohravardijambet.pdf

    Evangile de Thomas :
    17
    a dit jésus
    je vous donnerai ce que l’œil n’a pas vu
    et ce que l’oreille n’a pas entendu
    et ce que la main n’a pas touché
    et qui n’est pas monté au cœur de l’homme

    28
    a dit jésus
    au milieu du monde je me suis tenu
    en chair je leur suis apparu
    tous je les ai trouvés ivres
    personne parmi eux qui soit assoiffé
    et mon moi intérieur (psychè) a souffert pour les enfants des hommes
    car aveugles ils sont dans leur cœur
    et ils ne voient pas que vides ils sont venus au monde
    et qu’ils chercheraient à quitter le monde étant vides
    si ce n’est que maintenant ils sont ivres
    quand ils auront rejeté leur vin alors ils changeront de mentalité

    Evangile de Thomas

    http://www.arsitra.org/yacs/files/article/145/evangile_de_thomas.pdf

    Répondre


Laisser un commentaire

YogaNova, le magazine francophone du Yoga et de la Spiritualité en ligne. Faites comme Shiva, lisez Yoganova !

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

Attention ! Le yoga n’est pas sans risque

25 novembre 201625 novembre 2016
15566474-Levitation-by-Indian-businessman-in-lotus-pose-in-the-office-near-the-wall-with-clock-and-his-shoes--Stock-Photo

Ouvrez vos chakras et ayez conscience de vos limites.

C'est l'une des études les plus conséquentes disponibles à ce jour sur la pratique du yogae t les blessures qui peuvent en résulter. Menée par deux chercheurs en traumatologie et épidémiologie de l'université d'Alabama de Birmingham, il en ressort que le yoga n'est évidemment pas le sport le plus traumatogène du répertoire, mais qu'il n'est pas pour autant dénué de risques. Et que les yogistes ayant dépassé les 65 ans doivent redoubler de prudence, car ce sont eux les plus vulnérables aux entorses, élongations et autres fractures. Le travail de Thomas A. Swain et Gerald McGwin, rassemblant quatorze ans de données récoltées aux États-Unis, montre aussi que le yoga a gagné en popularité sur la période, et que la fréquence des blessures s'en ressent. En moyenne, elle était de 10 pour 100.000 participants en 2001 et grimpe à 17 pour 100.000 en 2014. Après 65 ans, cette incidence –58 pour 100.000– est bien plus élevée, avec trois fois plus de fractures que pour les autres classes d'âge. Pour les individus âgés de 45 à 64 ans, elle est de 18 pour 100.000 et de 12 pour 100.000 pour ceux de 18 à 44 ans.
«Les blessures liées au yoga sont relativement rares, explique Swain, et comme on aurait s'en douter, l'incidence a tendance à monter avec l'âge du participant. Nous avons aussi observé que le taux de blessures augmente sur la période, ce qui pourrait traduire une plus grande popularité du yoga, avec davantage de personnes inexpérimentées qui ne prennent pas les précautions d'usage pour éviter les problèmes.»
Swain recommande de «consulter son médecin avant de débuter le yoga, d'être prudent et de connaître ses limites personnelles». Des limites que bon nombre de pratiquants débutants sont à même d'ignorer car «le yoga est bien plus difficile et exigeant qu'on le pense», précise McGwin. Au total, ce sont 29.590 blessures que les chercheurs ont répertoriées. Près de la moitié (45%) sont des entorses et le haut du corps est visiblement la zone la plus fragile.

Du yoga au travail….

21 septembre 201621 septembre 2016
yoga au bureauVous pouvez aller travailler ! » La séance d'une heure est terminée. Paula Taylor, professeur de yoga du réseau de coachs sportifs Fizix, libère ses douze élèves. Du chef sommelier à la femme de ménage, les 550 salariés du Bristol peuvent participer gratuitement à ce cours. Organisé dans une petite salle climatisée réservée aux employés, il coûte entre 80 € et 120 € au Comité d'Entreprise du palace. « Le point fort, c'est qu'il y a une homogénéité des groupes et ça crée une dynamique », se félicite son secrétaire adjoint Damien Largeau.   Collé serré   « On peut rencontrer des collègues d'autres services », renchérit Lucie Demai, hôtesse d'accueil. Allongé à sa gauche sur un tapis, Tony Le Douigou, dont elle n'a jamais été aussi proche, en est à son deuxième cours. « C'est plus apaisant que d'aller courir, observe le demi-chef de rang. Idéal pour se détendre avant de commencer le travail, de 16 heures à minuit ».   Debout depuis 7 heures du matin, le directeur d'achats Thomas Trucheret est en nage à la fin du cours, mais il savoure cette coupure en milieu d'après-midi : « J'aborde sereinement la deuxième partie de journée, sur le plan profesionnel et à la maison avec mes trois enfants ». Et de conclure, sourire en coin : « Le stress retombe. C'est parfait  : avec notre clientèle exigeante, il faut être très réactifs. » Voir l'article

Musculation et yoga, nouvelle mode made in US

23 août 201623 août 2016
reverse-ab-crunch

De nombreux hommes adeptes de musculation délaissent les poids et haltères pour des matelas de yoga, prenant le pas de l'intérêt grandissant pour une variante plus virile du yoga traditionnel, le «broga».

Le yoga, activité vieille de plusieurs millénaires, était autrefois pratiqué exclusivement par des hommes. L'activité physique «mâle» de l'ère moderne est aujourd'hui tout autre. «Le yoga se résume à bien plus qu'à des femmes qui se contorsionnent tels des bretzels végans», a lancé l'entrepreneur qui a fondé les cours de Jock Yoga, Michael DeCorte. Le centre d'entraînement Equinox de Toronto offre ces séances d'entraînement qui unissent les salutations au soleil à la musculation. De plus en plus de professeurs de yoga tentent d'attirer davantage d'hommes dans leurs classes en proposant des exercices qui misent sur la force plutôt que la flexibilité. Les adeptes de yoga sont constitués à 70% par des femmes, selon une étude de l'institut Ipsos publiée en 2016. M. DeCorte estime malgré tout que 50 à 85% des sportifs qui assistent à ses ateliers de Jock Yoga sont des hommes. D'autres centres de type «broga» essaiment un peu partout au pays. Jo-ga, à Halifax, Yoguy, à Vancouver, et le studio montréalais Mudraforce - où l'activité se pratique en toute nudité- ont notamment vu le jour. Une compagnie basée au Massachusetts, Broga yoga, détient un brevet sur l'emploi du mot-valise. L'entreprise se vante d'avoir plus de 12 000 clients et 500 professeurs à travers le monde, notamment par ses cours offerts par le biais de vidéo en ligne. Selon l'instigateur du «broga», Robert Sidoti, nombre d'hommes sont attirés par les bienfaits du yoga, mais craignent d'avoir un air efféminé en prenant la position du lotus.
En lire plus ...

Le dalai lama juge qu’il y a trop de réfugiés en Europe

31 mai 201631 mai 2016
Dalai lama trouve qu'il y a trop de réfugiés en EuropeLe dalaï-lama a estimé qu'il y avait à présent "trop" de réfugiés en Europe après la vague d'arrivée l'an dernier et que ces migrants cherchant protection ne devaient rester que provisoirement sur place, dans une interview publiée aujourd'hui en Allemagne. "Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent" en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. "L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne", a-t-il ajouté, en référence au fait qu'une majorité des migrants vient de pays arabes comme la Syrie ou l'Irak. "Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays", a estimé le dalaï-lama, qui vit lui-même en exil en Inde depuis plus de 50 ans. L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre record d'un million de réfugiés. Source Le Figaro

Tendance: le yoga en moumoute et chaussures de ski…

6 avril 20166 avril 2016
ski_yoga_poseLe murmure du torrent et le chant des oiseaux dans les bouleaux apaisent déjà. Dans le décor vivant du Plan de l’Eau, aux Menuires, se déroule la randonnée «yoga et raquettes», encadrée par Brigitte Ruff, accompagnatrice en montagne, et Anita Thevenot, masseuse ayurvédique. Après une première marche dans la poudreuse, telle une page blanche, une première pause est consacrée à des exercices d’étirement. Le groupe, limité à douze personnes maximum, forme un petit cercle. Raquettes aux pieds, on tend et on étire ses bras vers le ciel. Profonde inspiration, puis on relâche totalement son buste et ses membres supérieurs jusqu’à frôler la neige. Pendant une quinzaine de minutes, Anita aide chacun à prendre conscience de son corps. «La montagne, avec son paysage somptueux et son air pur, offre un cadre idéal pour pratiquer le yoga pranayama, qui met l’accent sur la respiration», précise-t-elle. On repart ensuite plus détendu, attentif aux empreintes d’animaux et au silence, seulement rompu par le bruit feutré des raquettes. Plus loin, c’est la posture de la salutation au soleil. Un long et ressourçant déroulement du corps, pratiqué plusieurs fois, après avoir déchaussé et s’être installé sur un petit tapis de yoga, prêté par Anita. Les deux autres pauses zen sont consacrées à des exercices respiratoires et à de la méditation, assis en tailleur. Lancées l’an dernier au départ de la station de Val Thorens, ces randonnées bien-être hebdomadaires, de trois heures, affichent complet. Les clients? Souvent des femmes, n’ayant jamais pratiqué le yoga ou même les raquettes, mais curieuses de découvrir cette balade hybride. Morzine mise aussi sur l’engouement autour du yoga. Probablement inspirée par la station suisse d’Engadin St. Moritz qui lançait en 2014 la première piste de yoga du monde, Morzine propose cet hiver la piste des yogis, un itinéraire bleu de 2400 mètres jalonné de dix emplacements pour pratiquer des postures relaxantes, sans forcément ôter ses skis. Enfin, sous le nom de marche afghane, évocateur de montagne loitaine, la station de Samoëns invite à une sortie en raquettes accompagnée par un professionnel. Durant cette randonnée, le travail constant sur la respiration facilite la gestion de l’effort en altitude et relaxe. Les activités bien-être en montagne ne se résument plus à des papouilles et des bains bouillonnants dans des centres aqualudiques mais tirent parti, enfin, d’un environnement unique. Voir l'article sur le site de Libération

Le paradoxe Vegan de la femme branchée.

2 novembre 20152 novembre 2015
83241
Assez régulièrement ( et de plus en plus ) je vois des gens arriver à un mode de vie vegan ( ce qui en soit est plutôt bien ) mais ce que je trouve étrange c’est souvent le paradoxe éthique assez flagrant et parfois cliché.
Pour commencer, beaucoup des végan avec qui j’ai les échanges les plus houleux sont souvent des filles, entre 20 et 30 ans, « converties » depuis assez peu de temps.
Autant je crois sincèrement aux bienfondés de ce mode de vie lorsqu’il est choisi et pensé de bout en bout, autant je suis souvent confronté à des situations de fort malaise lors de nombreux échanges.
Cela se manifeste par plusieurs choses récurrentes : le prosélytisme, la suffisance et l’incohérence.
Je vais dresser un portrait caricatural pour essayer de bien faire comprendre ça … ( pour ce faire je ne vais que juxtaposer des éléments issus de posts ayant défilé sur mon fil d’actualité perso )
Faisant la queue pour avoir son café-pumpkin starbuck, elle attend en faisant un petit selfie marrant pour montrer son nouveau bonnet en coton bio.
Elle poste ça en ligne avec son nouvel iphone.
Un peu plus tard elle rentre chez elle, se fait un petit smoothie banane, mangue et lait de coco, le tout dans un super blender trouvé sur amazon.
Un petit tour sur son compte instagram nous fera découvrir sa garde robe pour constater que toutes les fringues sont bio. Comme tout est bio, le label "équitable" est apposé sur son chocolat, son café et ses épices.
Plus tard, un passage sur son compte facebook nous montrera de nombreux partages militant où on voit combien l'industrie agro-alimentaire est trash (les vidéos le montrent très bien assurément … (ne pas aller sur une page d'une végan à l'heure du repas !).
On la verra également se réjouir de la fermeture d'un abattoir, voyant le signe d'un réel progrès pour "la cause".
Elle prend soin d'elle, les statistiques publiées sur ses joggings grâce à l'application embarquée dans ses nike en sont la preuve ! Et après une bonne douche avec un savon Lush elle sent super bon le fruit de la passion.
Et ce soir après cette belle journée elle se fait un petit plaisir : un steak végétal. Tellement bien fait qu'on dirait trop de la viande (mais sans la souffrance animale) ! Un petit bout de "Faux-mage" à base de noix de cajou et un avocat. Et en dessert un petit bout de chocolat équitable.
Elle a le sourire en préparant ses vacances en Thaïlande en achetant sont billet en ligne sur son macbook, avec son chat sphinx qui ronronne sur ses genoux et peux enfin aller se coucher, en paix avec elle-même et ses convictions … aujourd'hui encore, elle n'a été la cause d'aucune souffrance animale.
Et là je vous vois venir avec un "Heuuu mais Samten, il est où le problème, je ne vois pas trop où tu veux en venir … elle a l'air plutôt cool la nana là … non ?"
Oui oui elle est cool ! Et c'est vraiment chouette que par son véganisme elle se sente impliquée dans la cause animale, le progrès et l'évolution de l'humanité à des hautes sphères de conscience et d'empathie !
MAIS … Et hélas c'est là que le bât blesse…
Son café est issu de la souffrance des hommes, d'une production qui détruit l'environnement dans lequel il est produit et contribue au déséquilibre nord-sud où la domination occidentale est vécue de plein fouet par les producteurs-esclaves.
Son téléphone est issu d'une production où les métaux rares sont également issus de productions où les hommes sont traités en esclaves dans des mines aux conditions abominables. En plus l'obsolescence perçue fait qu'elle changera de téléphone alors même que ce dernier sera encore tout à fait fonctionnel.
Elle se réjouit de la fermeture d’un abattoir sans réaliser que le nombre d’animaux abattus restera inchangé ... le seul changement sera que ces pauvres bêtes devront parcourir encore plus de distance dans le transport final ... l’élément souvent le plus traumatisant pour l’animal (mais aussi pour l’éleveur qui respecte ses animaux).
La banane de son smoothie provient d'équateur, issue d'une terra-formation imposée par les États-Unis pour que ces pays ne viennent pas concurrencer la production de maïs OGM. La mangue provient d'Inde et a peut-être véhiculé des parasites qui détruisent nos vergers. L'avocat provient d'Israël et le lait de coco de Thaïlande, finançant les deux des régimes politiques discutables. Les transport “bio” n’existe pas ... les bateaux délestent en pleine mer, les camions brulent du gasoil et dans les deux cas il y a un paquet de dommages collatéraux. Ben oui, combien de dauphins pris dans les pales des bateaux, de biches , d’oiseaux, de hérissons percutées, écrasés pour que nos fruits exotiques arrivent à bon port ?
Son blender vient de chine, assemblé dans une usine où les gens sont traités comme de la marchandise et payés une misère et acheté sur un site qui bafoue le droit du travail à longueur de temps.
Ses habits, comme sa nourriture, ont parcouru des milliers de kilomètres pour être parfois produit avec des produits chimiques (malgré les labels bios affichés) et cousu par des enfants, au même titre que ses nikes.
Sa fausse viande et son faux fromage sont issus de productions industrielle et chimique pas forcément très saine et de loin pas locale
Son chat provient d'un élevage de croisements génétiques et nourrit avec des boites industrielles (et là autre paradoxe : doit-on imposer le véganisme aux animaux … ah ben non ce serait aller à l'encontre de leur nature, dans ce cas là c'est pas pareil)
Son billet d'avion compensera le bilan carbone de son véganisme.
A côté de ça j'essaie d'imaginer une personne qui consommera bio, local, de saison avec, certes de la viande de temps en temps (mais qui vient d'un paysan qui connaît toutes ses bêtes) qui portera ses fringues jusqu'à l'usure, n'aura que le strict nécessaire chez lui, pas de robots ménagers dans tous les sens, pas d'ordi, pas de fruits exotiques … et qui pourtant sera la "cible" des végans en raison de son manque de conscience et de sensibilité… et là je me dit qu'il y a un soucis dans la manière qu'ont les végans de mener leur "combat" …
Je me dois de rajouter un GROS P.S. à ce texte : je ne me considère absolument pas comme étant moi-même éthiquement irréprochable, loin de là ! J'essaie de faire au mieux ma part en restant un maximum cohérent entre mes convictions et mes capacités de consommation. Mais par contre l'issue de mes réflexions, de mes pensées, mes idées, je les PARTAGE. J'espère que parfois ma vision des choses en convainc certain mais je considère toujours que les choix éthique sont personnels et que nous ne pourrons jamais être irréprochables sans devenir extrêmes et sans s'extraire totalement du système, ce qui n'est pas ma volonté, au contraire, j'espère pouvoir être le témoin d'évolutions du système dans "mon" sens quitte à devoir faire des compromis, mais que je choisis.
EDIT : suite à l’engouement et aux nombreux comm qu’a suscité cet article aux différents endroits où il a été partagé et comme ça a dépassé le cercle des gens qui me connaissent, je me dois de me présenter pour permettre de contextualiser éventuellement cet article. Pour commencer je dois moi-même faire face à de nombreux paradoxes de consommation lié à mon choix de travail : étant photographe j’ai en effet beaucoup de matériel technologique ( ordinateurs, tablette, appareils photos ... ) qui ont un cout éthique important. Je n’ai pour le moment pas trouvé de solution pour ce pan là. J’ai passé plusieurs période de ma vie à appliquer un régime végétarien et un mode de vie assez proche des principes végétaliens sous pas mal d’aspects. Je me considère comme étant assez impliqué dans les domaines de la réflexion sur nos modes de vies, nos interactions avec l’environnement. J’ai un très grand intérêt pour la permaculture, les productions équitables ( je ne parle pas des labels qui spolient le terme ). Suite à de nombreuses réflexions j’en suis venu à avoir un mode de vie où les choix alimentaires et de consommation générale sont souvent mis dans la balance du pour et du contre au moment de l’acte d’achat. J’ai également un régime alimentaire qui est aussi très “fashion” car j’ai une alimentation principalement axée sur les principes du Dr Seignalet, à savoir sans gluten, sans produits laitiers, sans sucres raffinés ( mais je n’en fais pas un dogme, je m’accorde des exceptions si je n’ai pas le choix ou même si simplement j’en ai envie), je suis venu à ce régime il y a plus de 7 ans pour des raisons de santé et il m’a apporté beaucoup de choses ( j’en discute volontiers avec ceux qui s’y intéressent ). D’autres principes alimentaires font également parti de mes convictions, principalement le fait de consommer local, de saison et bio ( et dans ma région ça veux dire qu’il faut aimer le choux et les poireaux ). Je porte avec moi un assez lourd bilan carbone car j’ai beaucoup voyagé, mais ces voyages m’ont permit en contre partie d’apprendre énormément de choses sur l’humain, la nature, les interactions entre les deux, mais surtout pour réaliser qu’il n’existe pas de valeurs “universelles” ... partout les gens ont des convictions qu’ils sont parfois prêt à défendre avec armes et sang ! J’ai aussi vu qu’il y a un réel angélisme de la part des gens qui vivent leur conviction depuis le fond de leur canapé ikéa ... car à travers le monde j’ai été témoin de la violence , partout sous un nombre inimaginable de formes ! Les seuls moments où j’ai eu la sensation de m’en extraire on été ceux où j’ai été seul face à la nature, loin du fait des Hommes ! J’ai vu plus d’amour et de respect chez une productrice de bœuf bio en France qu’envers des vaches “sacrées” au Népal. J’ai recommencé à manger de la viande en voyage, lorsque j’ai été reçu par des gens qui n’avaient rien d’autre à me proposer et qu’il aurait été plus que déplacé de dénigrer ce geste pour mon petit confort intellectuel. Et puis j’ai appris à reconnaitre qu’il y a de réelles différences entre les modes de production et que cela impact directement nos valeurs et notre environnement, j’y suis de plus en plus attentif et rencontre des gens merveilleux depuis. Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, je trouve merveilleux que de plus en plus de gens s’intéressent aux modes alimentaires “alternatifs” ( qu’ils soient végan, végétariens, sans gluten, bio ... ) car ça montre que les gens ne prennent plus tout pour argent comptant. Mais je prône également la coexistence et l’évolution douce. C’est souvent en ça que mes avis divergent avec les militants ( végan ou autre) sur les manières d’agir : Les études en neuroscience montrent que face à une démonstration de la violence (vidéo d’un abattoir par exemple), le cerveau d’une personne non préparée, vivra ça comme une agression ... mais au lieu d’obtenir un électrochoc contre le système, le trauma sera dirigé contre la personne qui lui aura fait vivre ce trauma... avec un effet inverse à celui désiré... mais je m’égare à parler de ça.
Bref, je tente juste de faire avec les outils à ma disposition pour rester le plus cohérent possible entre mes choix, mes croyances, mes moyens et mes aspirations. Jonglant moi-même avec certains paradoxes.
EDIT 2 :
Je n’ai hélas rien inventé pour créer ce personnage fictif ! juste pris quelques éléments sur différents posts de mes contacts ... j’ai même été assez soft pour qu’on ne pense pas que j’exagère le trait ! Et pour celles et ceux qui me font la critique d’avoir choisi une femme plutôt qu’un homme c’est pour la même raison ( qui n’est pas lié à une réalité statistique et objective ) : je n’ai pas eu autant d’occasion de voir ce type de posts et de profils dans mon fil d’actualité.