3e77d7f3bc7ee4bfd771f98e41be9501

9 manières simples et efficaces de se gâcher l’existence

Personne ne veut arriver à la fin de son existence sur cette terre et expérimenter des regrets. Au contraire,  nous devrions ressentir de la satisfaction et de la gratitude envers  cette vie qui nous a été offerte. En fait, nous voulons tous vivre une histoire digne d’être racontée.

Malheureusement  le monde moderne est plein de pièges et il n’est que trop facile d’expérimenter l’inverse. Notre société chérit des valeurs et des buts qui sont souvent des mirages et nous passons le plus clair de notre précieuse existence à les poursuivre quitte à se retrouver les mains vides quand le temps est venu.

Le chemin le plus facile est rarement le plus sage et ce n’est pas parce que tout le monde autour de nous  semblent poursuivent ses chimères qu’ils y trouvent la paix intérieure et l’épanouissement.Nous avons répertorié 9 des erreurs les plus communément partagées voir encouragées par la société moderne qui sont sûres de vous gâcher l’existence.

1)Faites de vous-mêmes le centre du monde : L’univers rétrécit considérablement quand on se place soi-même au centre. Les gens qui ne pensent qu’à  eux-mêmes sont généralement les plus insatisfaits. Au contraire, ceux qui voient leur existence comme une opportunité unique de créer de la joie pour les autres la trouve rapidement eux-mêmes. Pour être heureux, il faut s’oublier un peu…

Mon ego

2)L’argent doit devenir un but en soi : Le culte du veau d’or est de nouveau à la mode, la fascination pour l’argent et la richesse est encouragée dans notre société et pour beaucoup devenir riche est devenu le but ultime de l’existence. Je n’ai absolument rien contre le fait de travailler dur et de recevoir une juste récompense de son labeur. Mais de là à faire de l’argent le but de nos vie ou simplement le but de cette journée qui s’annonce, il y a un pas que nous ne devrions pas franchir.
La plupart du temps la poursuite du fric se fait au détriment de choses largement plus satisfaisantes surtout que cette quête est sans fin.
Quand on demandait au millionnaire américain Rockefeller : « A partir de quelle somme peut-on estimer qu’on est assez riche ? »,  il répondait : « Encore juste un petit peu ! ».

15

3)Faites du plaisir votre principale motivation : Reliées à la poursuite de l’argent, nos motivations profondes sont souvent sacrifiées sur l’autel du plaisir immédiat (ou du confort, du luxe etc…).
Nous sommes souvent prêts à sacrifier un travail de longue haleine  pour se faire un petit plaisir. Alors bien sûr, une vie satisfaisante est souvent aussi une vie pleine de choses qui nous donnent du plaisir mais nous ne devrions pas sacrifier nos buts à long terme pour de petites compensations passagères. La pratique du yoga et de la méditation nécessitent une discipline et une capacité à bien organiser nos priorités de vie.
Avant d’en ressentir les immenses bénéfices, nous passons souvent par une phase difficile par laquelle notre mental va essayer de nous détourner de notre but par toutes sortes de fausses bonnes raisons. Vigilance et constance sont des qualités à cultiver.

 Une discipline de vie ? Je m'y met demain, promis !

Une discipline de vie ? Je m’y met demain, promis !

4)Rejetez toute les responsabilités sur les autres : il est très confortable de rejeter la faute sur les autres. Nous accusons nos parents, nos époux et épouses, nos employés, nos enseignants, le gouvernement, notre éducation, notre environnement et notre condition financière (pour n’en nommer que quelques-uns). Nous accusons les autres pour nos fautes et notre mal de vivre. A chaque fois que nous le faisons, nous « perdons » car ce comportement nous maintient dans un immobilisme intérieur qui nous empêche de faire les changements dont nous avons tellement besoin.
Prenons donc nos responsabilités pour tout ce qui nous arrive car après tout, ce que nous expérimentons n’est que notre karma en action.

Citation d'epitecte sur le fait d'accuser les autres de son malheur

5)Définissez-vous seulement par vos problèmes :

Comme le dit Jack Kornfield, « Tous les matins nous naissons à nouveau, ce que nous faisons aujourd’hui est la chose la plus importante qui soit ». C’est une vérité importante et une promesse. Nos vies ne sont pas mesurables à l’aune des circonstances négatives du passé, et nous sommes responsables de ce que nous en faisons. Bien sûr, le passé influe sur la trajectoire que prend notre vie mais il n’écrit pas le chapitre final. Nous avons le stylo en main alors acceptons cette responsabilité sans peur et sans excuse.

moi et mes problemes

« Mes problèmes me semblent tellement énormes et importants que cela me fait du mal »- « Mais en réalité tes problèmes sont tout petits et insignifiants » –  » C’est encore plus douloureux »

6)Cachez soigneusement votre être véritable :
Il n’y a rien à gagner à vivre une vie sans authenticité. C’est mauvais pour les autres autour de nous et pour nous-mêmes. Essayer de vivre dans l’ouverture et l’authenticité en admettant nos fautes et nos faiblesses inspire les autres à en faire de même. C’est spécialement important dans une voie spirituelle, que vous soyez maîtres ou disciples, il faut faire tomber le masque et n’avoir rien à cacher.

Se cacher derrière un masque

Tombons les masques…!

7)Laissez-vous guider par la fierté et l’orgueil :

L’orgueil influence nos vies d’une manière si subtile qu’il est difficile de le reconnaître. C’est souvent un effet secondaire indésirable du succès, peu importe lequel.
Il est pourtant bien mauvais conseiller, il nous prive trop souvent des merveilleuses opportunités qui s’offrent à nous. D’ailleurs c’est le propre des grands hommes de cumuler talent et simplicité.
Apprenons donc à prendre du recul sur nous-mêmes, dans l’échec mais aussi et surtout dans la victoire.

 

8) Abandonnez le voyage pour le but :

Ceux qui ont eu la chance de partir en voyage ou en pèlerinage vous le diront : Il est bon d’avoir un but vers lequel marcher mais c’est le voyage qui compte, pas notre destination.
Nous vivons des vies obnubilées par la poursuite d’objectif. Nous regardons en arrière et nous nous définissons par les buts que nous avons atteint comme des bornes routières indiquent les kilométrages d’un chemin : mon diplôme, un nouveau travail, une belle histoire ou une tragédie…
Si on regarde attentivement et de manière ouverte, on se rend vite compte que notre  vie est bien plus large et fascinante qu’une marche journalière vers une prochaine destination à atteindre.
Sachons apprécier le chemin, la beauté du voyage, plutôt que d’être toujours obnubilés par des buts lointains choisis par un ego insatisfait et insatiable.

 

9) Toujours essayez de porter plus que ce que vous pouvez vraiment porter :
Tous les excès sont des obstacles sur le chemin et pourtant nous continuons à accumuler bien plus que ce qui est vraiment nécessaire. Nous sommes comme des pèlerins qui s’acharneraient à marcher avec un sac trop lourd de choses inutiles et qui peineraient sous le poids en se demandant pourquoi le chemin est si difficile.
De la même manière, nous portons des rêves, des attentes et des peurs qui pèsent sur nous et sur nos vies.
Une grande partie du travail « spirituel » consiste justement à se débarrasser et à s’alléger des choses inutiles qu’elles soient mentales, émotionnelles ou matériels.

Porter trop lourd

Et vous qu’en pensez vous ? D’accord, pas d’accord ? Faites en nous part dans les commentaires.



'9 manières simples et efficaces de se gâcher l’existence' have 9 comments

  1. 15 mars 2017 @ 22 h 02 min Daniel

    Bonjour

    « Au contraire, nous devrions ressentir de la satisfaction et de la gratitude envers cette vie qui nous a été offerte »

    Le Message Retrouvé : Livre VIII Upographes :

    Seul celui qui n’est pas exclusivement accaparé par la lutte pour l’existence, peut sagement apprécier la vie.
    LAO T’SEU

    1) Faites de vous-mêmes le centre du monde : l’ego

    « L’inflation du moi n’a pas besoin d’apprentissage .Ecoutez donc ceci :
    Dominique choisit un disque : je vous préviens, dit-il, je n’ai rien inventé, c’est l’enregistrement d’une conversation mondaine, après coupure des inutilités.
    Et le disque parla :

    – Moi je suis effrayé du nombre d’accidents.
    – Moi je suis étonnée qu’il n’y en ait pas davantage.
    – Moi je ne cours pas après la gloire.
    – Moi je ne peux pas dormir seule dans un lit.
    – Moi je trouve que l’Abbé X a des mains ravissantes.
    – Moi je trouve que l’existence n’est pas supportable sans agent.
    – Moi je dis que sans argent, un homme est un cadavre ambulant.
    – Moi je choisis mes protégés judicieusement.
    – Moi je vois venir la guerre atomique ;
    – Moi je suis renseigné mais chut ! ect

    Belle litanie du Moi-je.
    Oui mon ami, mais nous y sommes si habitués que nous n’en voyons plus le ridicule odieux. Evoquez donc la danse macabre de tous ces « Moi » obnubilés par leurs petits buts personnels et qui se laissent pousser par ces forces instinctives, que celles -ci aient figures de démons ou d’anges. Regardez défiler le cortège des opinions et voyez chaque spectateur leur coller une étiquette
    « Mal » ou « Bien » selon son opinion.
    Opinions ! , Opinions ! Réf. La Lumière du Chemin :

    https://www.amazon.fr/Lumière-chemin-Isha-Schwaller-Lubicz/dp/2903965048/ref=sr_1_7?s=books&ie=UTF8&qid=1489606282&sr=1-7&keywords=la+lumière+du+chemin

    Voir aussi les réponses :
    http://www.yoganova.fr/le-jeu-du-je-des-gouts-et-degouts-de-lego/

    2 : L’argent doit devenir un but en soi :

    « Le culte du veau d’or est de nouveau à la mode, la fascination pour l’argent et la richesse est encouragée dans notre société et pour beaucoup devenir riche est devenu le but ultime de l’existence. »

    Voir à ce sujet le lien : travailler pour des gens hyper friqués !! :
    Après le maquillage des stars à partir de 33 min

    https://www.youtube.com/watch?v=jGXLkl05jRc

    « Un autre oiseau dit à la huppe (1) : « J’aime l’or, l’amour de l’or est en moi comme l’amande dans sa pellicule .Tant que je n’aurai pas de l’or dans ma main comme j’aurais une rose , je ne pourrais m’épanouir délicieusement comme cette fleur.
    L’amour du monde et de l’or m’a rempli de vains désirs et m’a privé de l’intelligence des choses spirituelles ».
    La huppe (1) répondit : « Ô toi qui es dans l’ébahissement par l’effet d’une forme extérieure ! Toi dont le cœur ne vit jamais l’aurore de la valeur réelle des choses ! Apprends que tu n’as jamais cessé d’être nyctalope et que tu es resté comme la fourmi, étreint par une vaine apparence. Attache -toi au sens des choses et ne t’inquiète pas de la forme .Le sens est l’essentiel, la forme n’est qu’embarras.
    Sans la couleur l’or ne serait qu’un métal ordinaire .Cependant tu es séduit par sa couleur comme un enfant.
    S’il te détourne de Dieu, il est pour toi une idole.
    Ah ! Rejette-la loin de toi, suis mon avis ». Réf. Le Langage des Oiseaux p 144

    Note 1 : le Roi but de la Quête dont la Huppe est le guide désigné lors de la réunion de tous les oiseaux.

    Le Message Retrouvé , Livre II

    3. Il y a un travail qui lie dans la mort, c’est celui du monde.
    Il y en a un autre qui délie de la mort, c’est celui de Dieu.

    4. Le premier s’accomplit difficilement et ne produit que la tristesse et la mort.
    Le second s’exécute facilement et engendre la joie et la vie éternelle.

    « La voie qui peut être exprimée par la parole n’est pas la Voie éternelle ; le nom qui peut être nommé n’est pas le Nom éternel.
    (L’être) sans nom est l’origine du ciel et de la terre ; avec un nom, il est la mère de toutes choses.

    C’est pourquoi, lorsqu’on est constamment exempt de passions, on voit son essence spirituelle. Lorsqu’on a constamment des passions, on le voit sous une forme bornée. »

    Lao Tseu pdf : http://julienthierry.u.j.f.unblog.fr/files/2011/06/tao_te_king.pdf

    Répondre

  2. 16 mars 2017 @ 15 h 58 min Daniel

    Bonjour

    voici la suite :

    3) Faites du plaisir votre principale motivation 

    « Reliées à la poursuite de l’argent, nos motivations profondes sont souvent sacrifiées sur l’autel du plaisir immédiat »
    Avez-vous remarqué que nous sommes dans l’immédiateté :
    Immédiateté des communications diverses
    Immédiateté de l’alimentation : des fraises en hivers !!
    Immédiateté des résultats du Yoga, ect
    Immédiateté des plaisirs.
    Immédiateté de l’amour.
    Tout est quik, rapid, express, surtout ne pas attendre, ne pas murir avant d’apprécier au moment juste, méditation avec effets immédiats, ect
    Nous voici sortis des rythmes planétaires, toujours plus vite, plus loin du « Centre » de notre être, plus de racines profondes, nous planons , nous sommes devenus des âmes errantes . Nous errons sans orientation, sans repères, vite encore plus de plaisir.

    « La pratique du yoga et de la méditation nécessitent une discipline et une capacité à bien organiser nos priorités de vie.
    Avant d’en ressentir les immenses bénéfices, nous passons souvent par une phase difficile par laquelle notre mental va essayer de nous détourner de notre but par toutes sortes de fausses bonnes raisons. Vigilance et constance sont des qualités à cultiver. »

    Oui, tout à fait !!

    4 : « Ostentation, orgueil, colère, dureté et ignorance aussi tels sont, ô Fils de Prithâ (1) les traits de celui qui naît avec une nature Asourique (2).
    1 : Arjuna = une nature dévique
    2 : Une nature d’asura

    7 : Les êtres asouriques n’ont pas la vraie connaissance de la voie de l’action ni celle de l’abstention de l’action.
    On ne trouve en eux ni vérité, ni pureté, ni observance fidèle.

    8 : « l’univers est sans Dieu, sans vérité, sans fondement, disent-ils, composé uniquement de phénomène qui se poussent l’un l’autre, il est causé par le désir et par rien d’autre ».

    9 : Enfoncés dans ces convictions ces êtres de peu d’intelligence, âmes perdues, commettent des actions cruelles et se dressent en ennemis du monde pour le détruire.

    13,15 : « Voici disent-ils, ce que j’ai gagné au jour d’Hui. Je satisferai ce désir-là.
    Cette richesse est mienne, celle-là le sera aussi. J’ai tué cet ennemi, je tuerai les autres aussi. Le Seigneur c’est moi. A moi la jouissance. A moi le succès, la puissance, le bonheur. Je suis riche et bien né. Qui est donc semblable à moi ?
    J’offrirai des sacrifices. Je ferai des largesses, je serai heureux »
    Ainsi parlent-ils égarés par l’ignorance

    16 : Préoccupés de la sorte par de nombreux desseins et pris dans les filets de l’illusion, ils se livrent à l’assouvissement de leurs désirs et tombent dans un enfer sordide.

    19 : Et Moi, je pend ces êtres haineux et cruels, les pires des hommes , et je les jette sans répit dans des matrices asouriques du monde de la naissance et de la mort.

    20 : Tombés dans des matrices asouriques, égarés de naissance en naissance, ils ne viennent pas vers Moi, ô Fils de Kunti (1), mais s’enfoncent dans la condition la plus basse.
    Note : 1 : Kunti est la mère d’Arjuna

    21 : L’enfer a trois portes par ou l’âme se perd : la volupté, la colère, et la cupidité.
    Que l’homme renonce dont a toutes trois.

    22 : L’homme qui a su échapper à ces trois portes de ténèbres ô Fils de Kunti, agit pour le bien de son âme et se dirige ainsi vers la destinée suprême.

    23 : Mais l’homme qui se soustrait aux préceptes des Ecritures sacrées pour suivre les impulsions de ses désirs, n’atteint ni la perfection, ni le bonheur, ni l’état suprême.

    Réf. Le Yoga de la Bhagavad Gita Chant XVI : Deva et Asuras

    Le Yoga de la Bhagavad Gita chant II

    1 : Tandis qu’Arjuna, envahi par la pitié, les yeux pleins de larmes, succombait au découragement, Madhusûdana lui dit :

    2 : « D’ où te vient à l’heure du péril cette détresse indigne d’un Aryen ?
    Elle ne vient pas du ciel, ô Arjuna, et n’apporte pas la gloire.

    7 : Une faiblesse sentimentale m’a dépouillé de ma vraie nature .J’ai perdu la notion du devoir. Je te demande ce qui peut être le mieux .Dis – le moi nettement.
    Je suis ton disciple et te supplie, éclaire-moi.

    48 : «  Fermement établi dans le yoga (1), accompli ton action libre de tout attachement, égal dans l’échec et dans le succès ô Conquérant des richesses, car le Yoga c’est l’équanimité »
    1 : l’union avec le moi suprême, le Brahman

    Le Message Retrouvé , Livre XI

    12. Une vie de travail, de plaisir, de repos, de souffrance, de résignation ou de révolte ne vaut pas une minute consacrée à chercher Dieu en soi-même.

    Livre XVII

    16. Les plaisirs du monde vont disparaissant pour celui qui vieillit, car le corps diminué ne peut plus les supporter.
    Mais la douceur de l’amour de l’Unique augmente pour le croyant, car l’âme se dégage des liens du corps brut et communique de plus en plus avec son Seigneur. Ainsi pour certains, la vieillesse est une triste déchéance et pour d’autres, c’est une douce illumination.

    Répondre

  3. 16 mars 2017 @ 16 h 33 min Daniel

    Bonjour

    4) Rejetez toutes les responsabilités sur les autres 

    « Prenons donc nos responsabilités pour tout ce qui nous arrive car après tout, ce que nous expérimentons n’est que notre karma en action »

    « C’est le fait d’un ignorant d’accuser les autres de ses propres échecs. Celui qui a commencé de s’instruire s’en accuse
    soi-même. Celui qui est instruit n’en accuse ni autrui ni soi-même. «  Epictète

    Le Message Retrouvé, Livre XIV

    40. En nous considérant comme responsables de toutes les difficultés et de tous les maux qui nous briment dans ce monde nous serons délivrés du souci de les attribuer aux autres, et en les supportant patiemment nous en serons bientôt délivrés, si nous n’abandonnons pas le Seigneur des âmes.

    40′. Le silence et le jeune absorbent efficacement les stimulis de l’impatience et de la colère, comme l’amour de Dieu et l’oubli de soi étouffent les semences de la cupidité et de l’orgueil.
    « la vie éternelle est comme la fixité du feu de la conscience parmi les créations mouvantes de l’eau mère »

    « Rejetez toutes les responsabilités sur les autres » c’est aussi attendre que les autres agissent à notre place pour mettre les « choses » en ordre. Par exemple jeter des crasses par terre, quelle importance, un monsieur viendra bien les ramasser !!
    De toute façon « ce bordel » c’est la faute des « autres ».
     Ceux qui fonctionnent à la « victimisation » (1) attentent tout du gouvernement, des associations d’aide ect, mais que font-ils pour se prendre en charge ??.
    Mais le « bon catholique » qui veut faire le bien se précipite pour les aider et tout le monde est content. Bien sûr l’aide est nécessaire, ainsi que la compassion , mais les gens en difficulté sont responsables de la situation dans laquelle ils sont et de la place ou ils se trouvent .
    Paroles dures qui ne sont pas appréciées, mais les difficultés ne sont pas là pour nous enfoncer (2), mais pour nous faire avancer sur le Sentier.

    Note 1 : au secours regardez comme je souffre, à l’aide !!!

    Note 2 : sauf si nous nous laissons tomber dans l’abîme.

    Note : Mon épouse et moi nous voyagions dans un train de l’Inde et bien sur des mendiants bien tordus physiquement demandaient des roupies aux voyageurs.
    J’ai remarqué qu’à l’arrêt du train, ils sautaient lestement sur le quai.
    De très bons comédiens !!!

    Répondre

  4. 16 mars 2017 @ 19 h 11 min Daniel

    Bonjour

    5) Définissez-vous seulement par vos problèmes :

    Quand nous sommes malades, maman s’occupe encore plus de nous, nous attirons ainsi l’attention : au secours regardez comme je souffre, à l’aide !!!
    Dans une famille lorsqu’un enfant a des difficultés plus ou moins importantes c’est vers lui que se porte en particulier l’attention des parents. (1)
    Et que devient l’enfant en pleine forme, lui, il se débrouille très bien, mais que ressent-il en réalité ??

    Note 1 : C’est ce qu’on appelle le bénéfice secondaire.
    Alors pourquoi guérir ?? c’est valable aussi dans la façon de fonctionner « de certains ».

    Anecdote :
    Lors de notre » formation » en psychanalyse, il y avait sur le mur des desseins que je n’ai jamais oublié ;
    1er dessein : un petit bonhomme avec une tête pleine de nœuds.
    2er dessein : un peu moins de nœuds.
    3er dessein : un peu moins de nœuds.
    4er dessein : un peu moins de nœuds.
    Enfin le cinquième dessein, plus de nœuds avec la petite phrase en dessous :
    Quel ennui soudain !!

    « Comme le dit Jack Kornfield, « Tous les matins nous naissons à nouveau, ce que nous faisons aujourd’hui est la chose la plus importante qui soit ». C’est une vérité importante et une promesse. »

    Tout à fait juste d’ailleurs les graines semées aujourd’hui pousseront demain ou plus tard, attention à ce que nous semons en nous. Trions le bon grain de l’ivraie.
    Mais dans quelle ambiance vivons-nous ??

    L’énergie suit les pensées !!!
    Dès qu’une « mauvaise « pensée ou émotion apparaît, coupons -là immédiatement, lâchons prise, sinon ça va galoper dans notre tête et nous allons nous bouffer de l’intérieur. C’est surtout valable quand nous nous éveillons la nuit, ah mon dieu, j’ai peur, si « cela » arrivait !!!

    67 : Celui dont le mental se laisse égarer par les sens vagabonds voit bientôt sa sagesse emportée comme l’est un navire par le vent sur les eaux

    « De quoi nourrissez-vous votre esprit ? »
    Dalai lama
    Le Message Retrouvé livre XVII

    62. Ce sont nos mauvaises pensées, nos mauvaises paroles et nos mauvaises actions, qui donnent entrée en nous aux démons du malheur, du désespoir et de la mort et par-dessus tout, la curiosité imprudente de nos premiers patents. (1)

    62′. Ce sont nos bonnes pensées, nos bonnes paroles, et nos bonnes actions qui nous sauvent du mélange infâme et de la mort pourrissante. Mais par-dessus tout, c’est l’amour de Dieu qui nous illumine et qui nous purifie du poison antique.

    Note 1 : c’est la curiosité (2) d’Adam et d’Eve qui les a poussés à gouter du fruit de l’arbre défendu par Dieu et ils ont été chassés du Paradis. C’est toujours d’actualité, notre curiosité nous attire vers l’extérieur et nous ne sommes plus centrés dans l’Essentiel, toujours plus de distractions, de plaisirs !!

    Note 2 : Ils ont été charmés aussi par la voix de soprano du serpent qui gardait l’arbre de la connaissance.
    Voir à ce sujet le livre d’Adam : http://www.beyaeditions.com/livre9.htm

    56 : Celui dont le mental reste inébranlable au milieu des chagrins et libre de l’aiguillon du désir au sein des plaisirs celui que la passion la peur et la colère ont quitté, on dit qu’il est un sage à l’intelligence stable. Réf. Le Yoga de la Bhagavad -Gita chant II

    Répondre

  5. 18 mars 2017 @ 16 h 00 min Daniel

    Bonjour

    6) Cachez soigneusement votre être véritable :

    « Essayez de vivre dans l’ouverture et l’authenticité (1) en admettant nos fautes et nos faiblesses inspire les autres à en faire de même » ;.

    Note 1 : J’ajouterais : du cœur, de la Voie Cardiaque.

    Je ne suis pas sûr que cela fonctionne comme cela !! Nous ne pouvons pas « expliquer » la réalité que nous vivons dans la Quête à des gens qui vivent dans une autre réalité.
    Cela les dérange et ne les intéresse absolument pas (2). A chacun sa fréquence de vie !
    Mais nous pouvons partager avec ceux et celles qui vivent une réalité proche de la nôtre.
    Allez parler de Yoga avec le voisin du métro !! Il ne faut pas dévoiler notre intimité sur la place publique.
    Le silence nous murît certainement, trop parler détruit la Vie Intérieure.

    Note 2 :« Le sage ne trouble pas l’esprit des ignorants attachés à l’action »
    Le Yoga de la Bhagavad-Gîta

    Admettre nos fautes et nos faiblesses fait partie du « travail » intérieur sur le Sentier, et cette prise de conscience se produit au moment favorable (3), souvent par un événement déclencheur, par les suggestions d’un ami véritable, par notre Guide qui nous fait signe à travers ces situations.

    Note 3 : Ce n’est souvent pas agréable car l’ego n’aime pas « qu’on » lui mette le nez dans ses habitudes de fonctionnement. Il se sent pris en faute !!

    Mais nous pouvons sans doute par « La Présence « qui se manifeste à travers nous à certains moments inspirer (4) « les autres » qui y sont réceptifs, mais c’est toujours la loi du petit nombre.

    Note 4 : inspirer signifie aussi se remplir de « l’extérieur » et pour recevoir l’inspiration il faut expirer, nous vider complètement
    « de l’intérieur », alors l’inspiration vient naturellement, nous nous sentons inspirés !! Par notre Guide.

    « Il faut faire tomber le masque et n’avoir rien à cacher ».

    Oui en présence de notre Guide, du thérapeute , de la personne formée à l’écoute.
    Il ne faut pas se déshabiller sur la place publique, mais dans l’intimité d’une « certaine » relation à la présence de l’Autre.
    Nous osons dévoiler certains aspects du fonctionnement de notre être au thérapeute, mais pas à note épouse, ou à notre époux.

    Livre II

    2.Instruire les hommes vulgaires des secrets de Dieu, c’est susciter le désir et l’orgueil délirants, c’est engendrer le désordre et le malheur pour toujours.

    2′.Les joyaux divins ne parent que les hommes purs et que les femmes nettes.
    « Ceux qui resplendissent le plus en Dieu paraissent souvent les plus obscurs dans le monde. »

    « Le mot persona vient du latin (du verbe personare, per-sonare : parler à travers) où il désignait le masque que portaient les acteurs de théâtre. Ce masque avait pour fonction à la fois de donner à l’acteur l’apparence du personnage qu’il interprétait, mais aussi de permettre à sa voix de porter suffisamment loin pour être audible des spectateurs.
    Dans sa psychologie analytique, Carl Gustav Jung a repris ce mot pour désigner la part de la personnalité qui organise le rapport de l’individu à la société, la façon dont chacun doit plus ou moins se couler dans un personnage socialement prédéfini afin de tenir son rôle social. Le moi peut facilement s’identifier à la persona, conduisant l’individu à se prendre pour celui qu’il est aux yeux des autres et à ne plus savoir qui il est réellement. Dans ce cas, la persona de Jung est proche du concept de faux self de Donald W. Winnicott. Il faut donc comprendre la persona comme un « masque social », une image, créée par le moi, qui peut finir par usurper l’identité réelle de l’individu. » Réf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Persona_(psychologie_analytique)

    « Enlève tous ces moi entre Toi et moi »

    Paroles de Rûmi si je me souviens bien

    Répondre

  6. 18 mars 2017 @ 16 h 33 min Daniel

    Bonjour

    7) Laissez-vous guider par la fierté et l’orgueil :

    « L’orgueil influence nos vies d’une manière si subtile qu’il est difficile de le reconnaître. C’est souvent un effet secondaire indésirable du succès, peu importe lequel. »

    le Message Retrouvé : Livre II

    91.Il n’y a pas de plus grande malédiction que d’être verrouillé dans l’orgueil de l’esprit et dans la grossièreté du sentiment.

    91′. La folie apparente du secret de Dieu exclut les orgueilleux, les cupides et les impies.

    Livre VII

    64.L’impureté, l’orgueil et l’avarice aveuglent tellement les hommes pervers, qu’ignorant toujours leur propre égarement, ceux-ci s’enfoncent de plus en plus dans la mort très opaque et très puante.

    64′. Instruire une brute ou lui témoigner de l’intérêt avant qu’elle ne le sollicite, c’est s’exposer inutilement aux injures et aux coups.
    « Seule la grâce divine fait fleurir notre vie cachée, et seul l’amour du Seigneur la fixe dans l’éternité. »

    « L’Orgueil, du latin Superbia, est la sur-estime de soi-même.
    Il est le péché le plus capital à l’origine de tous les autres péchés.

    Qu’est ce que l’Orgueil ?

    L’Orgueil est le fait de s’attribuer des qualités que l’on n’a pas, de tout rapporter à soi. L’orgueilleux se croit supérieur et plus méritant que les autres individus qu’il méprise.
    Nous pouvons identifier l’orgueil sous différentes formes: la vantardise, la vanité, l’opiniâtreté, la présomption, la supériorité, l’ambition et l’hypocrisie.
    L’orgueil peut prédisposer aux maladies mentales telles que la paranoïa et la dépression. En effet, les personnes orgueilleuses sont souvent perfectionnistes et vivent donc mal les échecs.

    L’origine de l’Orgueil ?

    L’orgueil trouve son origine dans les relations de l’âme avec Dieu. L’orgueil apparut à l’époque où Satan étant jaloux du bonheur d’Adam et Eve a réussi à les détourner de Dieu. En effet, il leur a fait croire que s’ils mangeaient du fruit défendu (la pomme) ils deviendraient comme Dieu. C’est ainsi que Adam et Eve furent emportés dans la révolte orgueilleuse par Satan.

    L’Orgueil, à l’origine de tous les vices
    On comprend facilement que l’orgueil est lié aux autres Péchés Capitaux. Selon Saint Grégoire le Grand, les enfants nés de l’orgueil s’appellent la vaine gloire, la jalousie,
    la colère, la tristesse, l’avarice, la gloutonnerie, la luxure (S. Grég. Mor., 31,87). »
    Réf. http://7-peches-capitaux.fr/l-orgueil.htm

    « Quiconque a un atome d’orgueil dans le coeur n’entrera pas au Paradis »

    Quant à ceux dont la fierté et l’arrogance les empêchent de se conformer totalement aux messagers, ceux-là sont des mécréants qui demeureront dans le feu de l’enfer pour l’éternité à partir du moment où la vérité leur est parvenue par l’intermédiaire des messagers, qui leur expliquent les signes et les preuves claires, et qu’ils l’ont rejeté et empêché de l’accepter à cause de l’orgueil qu’ils portent dans leurs coeurs.

    Réf. http://www.3ilmchar3i.net/article-l-orgueil-une-barriere-pour-le-paradis-102399624.html

    Répondre

  7. 19 mars 2017 @ 16 h 35 min Daniel

    Bonjour

    8) Abandonnez le voyage pour le but

    « Sachons apprécier le chemin, la beauté du voyage, plutôt que d’être toujours obnubilés par des buts lointains choisis par un ego insatisfait et insatiable. »

    Oui tout a fait, comme dans la pratique du Yoga, des asanas notamment.
    Au commencement nous voyons le but à atteindre, nous nous projetons mentalement vers la « posture finale », vite y arriver, enfin !!!
    Mais pour arriver à l’étage supérieur nous devons poser le pied sur la première marche et ainsi de suite afin d’arriver à ce niveau. C’est une belle image du Vinyasa Krama.
    C’est aussi le chemin de Saint Jaques de Compostelle et puis vers le cap Finistère en allant de l’avant.
    Et bien sûr c’est au retour que « les choses se passent » le retour consiste à nous retourner, rotation, inversion de notre point de vue intérieur, retour vers notre point de départ mais avec enracinement, maturité, conscience du changement de perception.
    « Sachons apprécier le chemin, la beauté du voyage »

    C’est au retour vers l’asana de départ que le professeur de Yoga voit « la chute » de l’élève ou sa maîtrise.

    En fait le but est à l’avant, la perception ordinaire de l’ego est la face visible du corps humain, ce qui est vu peut être contrôlé par lui. Donc nous marchons vite un peu penchés vers l’avant, vers le but à atteindre.
    Cela se voit dans la pratique du Yoga au début, cette pratique est fonction de ce qui est
    vu ,c’est là que se pose le mental. Cela donne une pratique qui n’est pas ancrée par « l’invisible.
    C’est à dire ce qui n’est pas vu par le regard (1) dans la pratique de l’asana.

    Note I : la vue disperse au début (regarder) mais après le regard juste (voir) ainsi que la perception correcte permet de se placer dans les axes.

    Tout le travail intérieur de perception doit se placer aussi dans l’invisible, c’est là, la découverte de notre être profond qui nous enracine. Quand vous faites un mouvement d’inclinaison latérale en étirant bien le flanc droit à partir du pli de l’aine externe droit dans Utthita Trikonasana le mental veut suivre le , mais c’est de l’autre côté que se place la conscience afin d’ancrer l’asana .
    Je vais vers la droite en restant bien conscient et ancré à gauche.

    Mais ce retournement consiste aussi à aller vers l’arrière, en sens inverse = Prathyahara
    C’est aussi aller en sens contraire de ce qui est visible pour l’ego donc vers l’arrière, vers l’inconnu, vers ce que
    l’ego ne peut pas voir. Il s’agit du groupe d’asana Purva Pratana Sthiti, les extensions arrière comme Ustrasana par exemple.
    Dans les flexions vers l’avant l’ego est rassuré, il voit ou il va.

    Rappelons-nous cet aphorisme Alchymique :

    Si tu veux monter il faut descendre

    Le Message Retrouvé, Livre XXXIV

    47′ Ceux qui ont soif et qui ont faim de la vie de Dieu, sont pris par la sainte quête comme par un puissant aimant qui ne leur laisse même plus le loisir de tourner les yeux vers le monde.

    Répondre

  8. 20 mars 2017 @ 19 h 11 min Daniel

    Bonjour

    Retournons-nous, allons en sens contraire :

    9 manières simples et efficaces de progresser pour arriver à l’homme 9

    1 : Faites de vous-mêmes le centre de la Vie Immortelle.

    2 : La Sainte Quête doit devenir un but en soi.

    3 : Faites la recherche de la Présence : votre principale motivation.

    4 : Rejetez toutes les responsabilités sur vous même.

    5 : Définissez-vous seulement par l’aimantation de l’Amour du Seigneur.

    6 : Cachez soigneusement la lumière Intérieure.

    7: Laissez-vous guider par la Simplicité de la Voie.

    8 : Abandonnez la voie de gauche pour la Voie de Droite.

    9 : Toujours essayez de porter L’Essentiel sur le chemin.

    « L’homme d’une vertu supérieure est comme l’eau.
    L’eau excelle à faire du bien aux êtres et ne lutte point.

    Elle habite les lieux que déteste la foule.

    C’est pourquoi (le sage) approche du Tao.
    
Il se plaît dans la situation la plus humble.

    Son coeur aime à être profond comme un abîme.

    S’il fait des largesses, il excelle à montrer de l’humanité.

    S’il parle, il excelle à pratiquer la vérité.

    S’il gouverne, il excelle à procurer la paix.

    S’il agit, il excelle à montrer sa capacité.

    S’il se meut, il excelle à se conformer aux temps.
Il ne lutte contre personne.
    C’est pourquoi il ne reçoit aucune marque de blâme. »

    Réf. Tao Te King, chapitre 8

    Le Message Retrouvé Livre V

    87. Celui qui a rejoint la Mère et le Père n’est plus troublé par les apparences du monde.Il use avec détachement des choses de la terre et se plie avec indifférence aux nécessités de la vie incarnée.

    87′. En considérant les êtres et les choses sans désir, on voit ce qu’ils sont véritablement, et celui qui ne brime personne connaîtra la liberté et le repos de Dieu.

    9 manières simples et efficaces de progresser pour arriver à l’homme neuf, l’homme nouveau, l’homme ressuscité d’entre les morts.

    Voir ce tableau de Louis Cattiaux :

    « Venir neuf et nu, candide et sincère, en un monde trop vieux »
    « Venir homme au milieu des cadavres, c’est soutenir un pari difficile. »

    http://www.beyaeditions.com/revue05/05presse/04.htm

    C’est le huitième commentaire, huit couché symbole de l’Infini.

    Répondre

  9. 20 mars 2017 @ 19 h 14 min Daniel

    Bonjour

    Bien relire les commentaires pour ne pas écrire de bêtises, donc enlevez la dernière phrase !!

    Répondre


Laisser un commentaire

YogaNova, le magazine francophone du Yoga et de la Spiritualité en ligne. Faites comme Shiva, lisez Yoganova !

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

Attention ! Le yoga n’est pas sans risque

25 novembre 201625 novembre 2016
15566474-Levitation-by-Indian-businessman-in-lotus-pose-in-the-office-near-the-wall-with-clock-and-his-shoes--Stock-Photo

Ouvrez vos chakras et ayez conscience de vos limites.

C'est l'une des études les plus conséquentes disponibles à ce jour sur la pratique du yogae t les blessures qui peuvent en résulter. Menée par deux chercheurs en traumatologie et épidémiologie de l'université d'Alabama de Birmingham, il en ressort que le yoga n'est évidemment pas le sport le plus traumatogène du répertoire, mais qu'il n'est pas pour autant dénué de risques. Et que les yogistes ayant dépassé les 65 ans doivent redoubler de prudence, car ce sont eux les plus vulnérables aux entorses, élongations et autres fractures. Le travail de Thomas A. Swain et Gerald McGwin, rassemblant quatorze ans de données récoltées aux États-Unis, montre aussi que le yoga a gagné en popularité sur la période, et que la fréquence des blessures s'en ressent. En moyenne, elle était de 10 pour 100.000 participants en 2001 et grimpe à 17 pour 100.000 en 2014. Après 65 ans, cette incidence –58 pour 100.000– est bien plus élevée, avec trois fois plus de fractures que pour les autres classes d'âge. Pour les individus âgés de 45 à 64 ans, elle est de 18 pour 100.000 et de 12 pour 100.000 pour ceux de 18 à 44 ans.
«Les blessures liées au yoga sont relativement rares, explique Swain, et comme on aurait s'en douter, l'incidence a tendance à monter avec l'âge du participant. Nous avons aussi observé que le taux de blessures augmente sur la période, ce qui pourrait traduire une plus grande popularité du yoga, avec davantage de personnes inexpérimentées qui ne prennent pas les précautions d'usage pour éviter les problèmes.»
Swain recommande de «consulter son médecin avant de débuter le yoga, d'être prudent et de connaître ses limites personnelles». Des limites que bon nombre de pratiquants débutants sont à même d'ignorer car «le yoga est bien plus difficile et exigeant qu'on le pense», précise McGwin. Au total, ce sont 29.590 blessures que les chercheurs ont répertoriées. Près de la moitié (45%) sont des entorses et le haut du corps est visiblement la zone la plus fragile.

Du yoga au travail….

21 septembre 201621 septembre 2016
yoga au bureauVous pouvez aller travailler ! » La séance d'une heure est terminée. Paula Taylor, professeur de yoga du réseau de coachs sportifs Fizix, libère ses douze élèves. Du chef sommelier à la femme de ménage, les 550 salariés du Bristol peuvent participer gratuitement à ce cours. Organisé dans une petite salle climatisée réservée aux employés, il coûte entre 80 € et 120 € au Comité d'Entreprise du palace. « Le point fort, c'est qu'il y a une homogénéité des groupes et ça crée une dynamique », se félicite son secrétaire adjoint Damien Largeau.   Collé serré   « On peut rencontrer des collègues d'autres services », renchérit Lucie Demai, hôtesse d'accueil. Allongé à sa gauche sur un tapis, Tony Le Douigou, dont elle n'a jamais été aussi proche, en est à son deuxième cours. « C'est plus apaisant que d'aller courir, observe le demi-chef de rang. Idéal pour se détendre avant de commencer le travail, de 16 heures à minuit ».   Debout depuis 7 heures du matin, le directeur d'achats Thomas Trucheret est en nage à la fin du cours, mais il savoure cette coupure en milieu d'après-midi : « J'aborde sereinement la deuxième partie de journée, sur le plan profesionnel et à la maison avec mes trois enfants ». Et de conclure, sourire en coin : « Le stress retombe. C'est parfait  : avec notre clientèle exigeante, il faut être très réactifs. » Voir l'article

Musculation et yoga, nouvelle mode made in US

23 août 201623 août 2016
reverse-ab-crunch

De nombreux hommes adeptes de musculation délaissent les poids et haltères pour des matelas de yoga, prenant le pas de l'intérêt grandissant pour une variante plus virile du yoga traditionnel, le «broga».

Le yoga, activité vieille de plusieurs millénaires, était autrefois pratiqué exclusivement par des hommes. L'activité physique «mâle» de l'ère moderne est aujourd'hui tout autre. «Le yoga se résume à bien plus qu'à des femmes qui se contorsionnent tels des bretzels végans», a lancé l'entrepreneur qui a fondé les cours de Jock Yoga, Michael DeCorte. Le centre d'entraînement Equinox de Toronto offre ces séances d'entraînement qui unissent les salutations au soleil à la musculation. De plus en plus de professeurs de yoga tentent d'attirer davantage d'hommes dans leurs classes en proposant des exercices qui misent sur la force plutôt que la flexibilité. Les adeptes de yoga sont constitués à 70% par des femmes, selon une étude de l'institut Ipsos publiée en 2016. M. DeCorte estime malgré tout que 50 à 85% des sportifs qui assistent à ses ateliers de Jock Yoga sont des hommes. D'autres centres de type «broga» essaiment un peu partout au pays. Jo-ga, à Halifax, Yoguy, à Vancouver, et le studio montréalais Mudraforce - où l'activité se pratique en toute nudité- ont notamment vu le jour. Une compagnie basée au Massachusetts, Broga yoga, détient un brevet sur l'emploi du mot-valise. L'entreprise se vante d'avoir plus de 12 000 clients et 500 professeurs à travers le monde, notamment par ses cours offerts par le biais de vidéo en ligne. Selon l'instigateur du «broga», Robert Sidoti, nombre d'hommes sont attirés par les bienfaits du yoga, mais craignent d'avoir un air efféminé en prenant la position du lotus.
En lire plus ...

Le dalai lama juge qu’il y a trop de réfugiés en Europe

31 mai 201631 mai 2016
Dalai lama trouve qu'il y a trop de réfugiés en EuropeLe dalaï-lama a estimé qu'il y avait à présent "trop" de réfugiés en Europe après la vague d'arrivée l'an dernier et que ces migrants cherchant protection ne devaient rester que provisoirement sur place, dans une interview publiée aujourd'hui en Allemagne. "Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent" en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. "L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne", a-t-il ajouté, en référence au fait qu'une majorité des migrants vient de pays arabes comme la Syrie ou l'Irak. "Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays", a estimé le dalaï-lama, qui vit lui-même en exil en Inde depuis plus de 50 ans. L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre record d'un million de réfugiés. Source Le Figaro

Tendance: le yoga en moumoute et chaussures de ski…

6 avril 20166 avril 2016
ski_yoga_poseLe murmure du torrent et le chant des oiseaux dans les bouleaux apaisent déjà. Dans le décor vivant du Plan de l’Eau, aux Menuires, se déroule la randonnée «yoga et raquettes», encadrée par Brigitte Ruff, accompagnatrice en montagne, et Anita Thevenot, masseuse ayurvédique. Après une première marche dans la poudreuse, telle une page blanche, une première pause est consacrée à des exercices d’étirement. Le groupe, limité à douze personnes maximum, forme un petit cercle. Raquettes aux pieds, on tend et on étire ses bras vers le ciel. Profonde inspiration, puis on relâche totalement son buste et ses membres supérieurs jusqu’à frôler la neige. Pendant une quinzaine de minutes, Anita aide chacun à prendre conscience de son corps. «La montagne, avec son paysage somptueux et son air pur, offre un cadre idéal pour pratiquer le yoga pranayama, qui met l’accent sur la respiration», précise-t-elle. On repart ensuite plus détendu, attentif aux empreintes d’animaux et au silence, seulement rompu par le bruit feutré des raquettes. Plus loin, c’est la posture de la salutation au soleil. Un long et ressourçant déroulement du corps, pratiqué plusieurs fois, après avoir déchaussé et s’être installé sur un petit tapis de yoga, prêté par Anita. Les deux autres pauses zen sont consacrées à des exercices respiratoires et à de la méditation, assis en tailleur. Lancées l’an dernier au départ de la station de Val Thorens, ces randonnées bien-être hebdomadaires, de trois heures, affichent complet. Les clients? Souvent des femmes, n’ayant jamais pratiqué le yoga ou même les raquettes, mais curieuses de découvrir cette balade hybride. Morzine mise aussi sur l’engouement autour du yoga. Probablement inspirée par la station suisse d’Engadin St. Moritz qui lançait en 2014 la première piste de yoga du monde, Morzine propose cet hiver la piste des yogis, un itinéraire bleu de 2400 mètres jalonné de dix emplacements pour pratiquer des postures relaxantes, sans forcément ôter ses skis. Enfin, sous le nom de marche afghane, évocateur de montagne loitaine, la station de Samoëns invite à une sortie en raquettes accompagnée par un professionnel. Durant cette randonnée, le travail constant sur la respiration facilite la gestion de l’effort en altitude et relaxe. Les activités bien-être en montagne ne se résument plus à des papouilles et des bains bouillonnants dans des centres aqualudiques mais tirent parti, enfin, d’un environnement unique. Voir l'article sur le site de Libération

Le paradoxe Vegan de la femme branchée.

2 novembre 20152 novembre 2015
83241
Assez régulièrement ( et de plus en plus ) je vois des gens arriver à un mode de vie vegan ( ce qui en soit est plutôt bien ) mais ce que je trouve étrange c’est souvent le paradoxe éthique assez flagrant et parfois cliché.
Pour commencer, beaucoup des végan avec qui j’ai les échanges les plus houleux sont souvent des filles, entre 20 et 30 ans, « converties » depuis assez peu de temps.
Autant je crois sincèrement aux bienfondés de ce mode de vie lorsqu’il est choisi et pensé de bout en bout, autant je suis souvent confronté à des situations de fort malaise lors de nombreux échanges.
Cela se manifeste par plusieurs choses récurrentes : le prosélytisme, la suffisance et l’incohérence.
Je vais dresser un portrait caricatural pour essayer de bien faire comprendre ça … ( pour ce faire je ne vais que juxtaposer des éléments issus de posts ayant défilé sur mon fil d’actualité perso )
Faisant la queue pour avoir son café-pumpkin starbuck, elle attend en faisant un petit selfie marrant pour montrer son nouveau bonnet en coton bio.
Elle poste ça en ligne avec son nouvel iphone.
Un peu plus tard elle rentre chez elle, se fait un petit smoothie banane, mangue et lait de coco, le tout dans un super blender trouvé sur amazon.
Un petit tour sur son compte instagram nous fera découvrir sa garde robe pour constater que toutes les fringues sont bio. Comme tout est bio, le label "équitable" est apposé sur son chocolat, son café et ses épices.
Plus tard, un passage sur son compte facebook nous montrera de nombreux partages militant où on voit combien l'industrie agro-alimentaire est trash (les vidéos le montrent très bien assurément … (ne pas aller sur une page d'une végan à l'heure du repas !).
On la verra également se réjouir de la fermeture d'un abattoir, voyant le signe d'un réel progrès pour "la cause".
Elle prend soin d'elle, les statistiques publiées sur ses joggings grâce à l'application embarquée dans ses nike en sont la preuve ! Et après une bonne douche avec un savon Lush elle sent super bon le fruit de la passion.
Et ce soir après cette belle journée elle se fait un petit plaisir : un steak végétal. Tellement bien fait qu'on dirait trop de la viande (mais sans la souffrance animale) ! Un petit bout de "Faux-mage" à base de noix de cajou et un avocat. Et en dessert un petit bout de chocolat équitable.
Elle a le sourire en préparant ses vacances en Thaïlande en achetant sont billet en ligne sur son macbook, avec son chat sphinx qui ronronne sur ses genoux et peux enfin aller se coucher, en paix avec elle-même et ses convictions … aujourd'hui encore, elle n'a été la cause d'aucune souffrance animale.
Et là je vous vois venir avec un "Heuuu mais Samten, il est où le problème, je ne vois pas trop où tu veux en venir … elle a l'air plutôt cool la nana là … non ?"
Oui oui elle est cool ! Et c'est vraiment chouette que par son véganisme elle se sente impliquée dans la cause animale, le progrès et l'évolution de l'humanité à des hautes sphères de conscience et d'empathie !
MAIS … Et hélas c'est là que le bât blesse…
Son café est issu de la souffrance des hommes, d'une production qui détruit l'environnement dans lequel il est produit et contribue au déséquilibre nord-sud où la domination occidentale est vécue de plein fouet par les producteurs-esclaves.
Son téléphone est issu d'une production où les métaux rares sont également issus de productions où les hommes sont traités en esclaves dans des mines aux conditions abominables. En plus l'obsolescence perçue fait qu'elle changera de téléphone alors même que ce dernier sera encore tout à fait fonctionnel.
Elle se réjouit de la fermeture d’un abattoir sans réaliser que le nombre d’animaux abattus restera inchangé ... le seul changement sera que ces pauvres bêtes devront parcourir encore plus de distance dans le transport final ... l’élément souvent le plus traumatisant pour l’animal (mais aussi pour l’éleveur qui respecte ses animaux).
La banane de son smoothie provient d'équateur, issue d'une terra-formation imposée par les États-Unis pour que ces pays ne viennent pas concurrencer la production de maïs OGM. La mangue provient d'Inde et a peut-être véhiculé des parasites qui détruisent nos vergers. L'avocat provient d'Israël et le lait de coco de Thaïlande, finançant les deux des régimes politiques discutables. Les transport “bio” n’existe pas ... les bateaux délestent en pleine mer, les camions brulent du gasoil et dans les deux cas il y a un paquet de dommages collatéraux. Ben oui, combien de dauphins pris dans les pales des bateaux, de biches , d’oiseaux, de hérissons percutées, écrasés pour que nos fruits exotiques arrivent à bon port ?
Son blender vient de chine, assemblé dans une usine où les gens sont traités comme de la marchandise et payés une misère et acheté sur un site qui bafoue le droit du travail à longueur de temps.
Ses habits, comme sa nourriture, ont parcouru des milliers de kilomètres pour être parfois produit avec des produits chimiques (malgré les labels bios affichés) et cousu par des enfants, au même titre que ses nikes.
Sa fausse viande et son faux fromage sont issus de productions industrielle et chimique pas forcément très saine et de loin pas locale
Son chat provient d'un élevage de croisements génétiques et nourrit avec des boites industrielles (et là autre paradoxe : doit-on imposer le véganisme aux animaux … ah ben non ce serait aller à l'encontre de leur nature, dans ce cas là c'est pas pareil)
Son billet d'avion compensera le bilan carbone de son véganisme.
A côté de ça j'essaie d'imaginer une personne qui consommera bio, local, de saison avec, certes de la viande de temps en temps (mais qui vient d'un paysan qui connaît toutes ses bêtes) qui portera ses fringues jusqu'à l'usure, n'aura que le strict nécessaire chez lui, pas de robots ménagers dans tous les sens, pas d'ordi, pas de fruits exotiques … et qui pourtant sera la "cible" des végans en raison de son manque de conscience et de sensibilité… et là je me dit qu'il y a un soucis dans la manière qu'ont les végans de mener leur "combat" …
Je me dois de rajouter un GROS P.S. à ce texte : je ne me considère absolument pas comme étant moi-même éthiquement irréprochable, loin de là ! J'essaie de faire au mieux ma part en restant un maximum cohérent entre mes convictions et mes capacités de consommation. Mais par contre l'issue de mes réflexions, de mes pensées, mes idées, je les PARTAGE. J'espère que parfois ma vision des choses en convainc certain mais je considère toujours que les choix éthique sont personnels et que nous ne pourrons jamais être irréprochables sans devenir extrêmes et sans s'extraire totalement du système, ce qui n'est pas ma volonté, au contraire, j'espère pouvoir être le témoin d'évolutions du système dans "mon" sens quitte à devoir faire des compromis, mais que je choisis.
EDIT : suite à l’engouement et aux nombreux comm qu’a suscité cet article aux différents endroits où il a été partagé et comme ça a dépassé le cercle des gens qui me connaissent, je me dois de me présenter pour permettre de contextualiser éventuellement cet article. Pour commencer je dois moi-même faire face à de nombreux paradoxes de consommation lié à mon choix de travail : étant photographe j’ai en effet beaucoup de matériel technologique ( ordinateurs, tablette, appareils photos ... ) qui ont un cout éthique important. Je n’ai pour le moment pas trouvé de solution pour ce pan là. J’ai passé plusieurs période de ma vie à appliquer un régime végétarien et un mode de vie assez proche des principes végétaliens sous pas mal d’aspects. Je me considère comme étant assez impliqué dans les domaines de la réflexion sur nos modes de vies, nos interactions avec l’environnement. J’ai un très grand intérêt pour la permaculture, les productions équitables ( je ne parle pas des labels qui spolient le terme ). Suite à de nombreuses réflexions j’en suis venu à avoir un mode de vie où les choix alimentaires et de consommation générale sont souvent mis dans la balance du pour et du contre au moment de l’acte d’achat. J’ai également un régime alimentaire qui est aussi très “fashion” car j’ai une alimentation principalement axée sur les principes du Dr Seignalet, à savoir sans gluten, sans produits laitiers, sans sucres raffinés ( mais je n’en fais pas un dogme, je m’accorde des exceptions si je n’ai pas le choix ou même si simplement j’en ai envie), je suis venu à ce régime il y a plus de 7 ans pour des raisons de santé et il m’a apporté beaucoup de choses ( j’en discute volontiers avec ceux qui s’y intéressent ). D’autres principes alimentaires font également parti de mes convictions, principalement le fait de consommer local, de saison et bio ( et dans ma région ça veux dire qu’il faut aimer le choux et les poireaux ). Je porte avec moi un assez lourd bilan carbone car j’ai beaucoup voyagé, mais ces voyages m’ont permit en contre partie d’apprendre énormément de choses sur l’humain, la nature, les interactions entre les deux, mais surtout pour réaliser qu’il n’existe pas de valeurs “universelles” ... partout les gens ont des convictions qu’ils sont parfois prêt à défendre avec armes et sang ! J’ai aussi vu qu’il y a un réel angélisme de la part des gens qui vivent leur conviction depuis le fond de leur canapé ikéa ... car à travers le monde j’ai été témoin de la violence , partout sous un nombre inimaginable de formes ! Les seuls moments où j’ai eu la sensation de m’en extraire on été ceux où j’ai été seul face à la nature, loin du fait des Hommes ! J’ai vu plus d’amour et de respect chez une productrice de bœuf bio en France qu’envers des vaches “sacrées” au Népal. J’ai recommencé à manger de la viande en voyage, lorsque j’ai été reçu par des gens qui n’avaient rien d’autre à me proposer et qu’il aurait été plus que déplacé de dénigrer ce geste pour mon petit confort intellectuel. Et puis j’ai appris à reconnaitre qu’il y a de réelles différences entre les modes de production et que cela impact directement nos valeurs et notre environnement, j’y suis de plus en plus attentif et rencontre des gens merveilleux depuis. Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, je trouve merveilleux que de plus en plus de gens s’intéressent aux modes alimentaires “alternatifs” ( qu’ils soient végan, végétariens, sans gluten, bio ... ) car ça montre que les gens ne prennent plus tout pour argent comptant. Mais je prône également la coexistence et l’évolution douce. C’est souvent en ça que mes avis divergent avec les militants ( végan ou autre) sur les manières d’agir : Les études en neuroscience montrent que face à une démonstration de la violence (vidéo d’un abattoir par exemple), le cerveau d’une personne non préparée, vivra ça comme une agression ... mais au lieu d’obtenir un électrochoc contre le système, le trauma sera dirigé contre la personne qui lui aura fait vivre ce trauma... avec un effet inverse à celui désiré... mais je m’égare à parler de ça.
Bref, je tente juste de faire avec les outils à ma disposition pour rester le plus cohérent possible entre mes choix, mes croyances, mes moyens et mes aspirations. Jonglant moi-même avec certains paradoxes.
EDIT 2 :
Je n’ai hélas rien inventé pour créer ce personnage fictif ! juste pris quelques éléments sur différents posts de mes contacts ... j’ai même été assez soft pour qu’on ne pense pas que j’exagère le trait ! Et pour celles et ceux qui me font la critique d’avoir choisi une femme plutôt qu’un homme c’est pour la même raison ( qui n’est pas lié à une réalité statistique et objective ) : je n’ai pas eu autant d’occasion de voir ce type de posts et de profils dans mon fil d’actualité.