Yogalogo380_Twitter@MEAIndi

La journée mondiale du yoga ne plait pas à tout le monde.

La journée internationale du Yoga qui aura lieu le 21 Juin 2015 fait couler beaucoup d’encre et de salive en Inde où il semblerait que tout le monde ne voit pas cette événement d’un très bon œil.

Pourtant on avait mis les petits plats dans les grands du coté du gouvernement Indien, le premier ministre ayant même annoncé qu’il apparaîtrait ce jour là dans un cours de yoga télévisé. Une idée que devrait suivre son collègue Français qui semble avoir besoin de sérénité et de calme. 😉  (voir vidéo )

Les critiques fusent depuis que le gouvernement Indien a décidé d’agir au niveau global pour rappeler au monde les origines de cette discipline spirituelle, certains questionnant ses méthodes et ses intentions. Pour les musulmans du sous-continent c’est même devenu une question de liberté de conscience.

Le premier ministre indien, Rajendra Modi a promis de faire du yoga en public pendant la journée mondiale.

Le premier ministre indien, Narendra Modi a promis de pratiquer en public pendant la journée mondiale du yoga.

Il faut dire que les célébrations de la journée internationale du Yoga ne vont pas être discrètes dans le pays de Gandhi, le gouvernement ayant demandé a toutes les écoles d’organiser des séances incluant les salutations aux soleil (Surya namaskar). Ce qui a déclenché une vague de protestation de la part de l’AIMPLB, l’association représentant les musulmans de toute l’Inde, ceux ci voyant d’un mauvais œil ces cours de yoga « obligatoires » perçus comme des pratiques religieuses Hindous.

Ce qui nous ramène à la bonne vieille question: « Le yoga est-il religieux? »

Face aux résistances de certains fondamentalistes chrétien,ce débat a déjà eu lieu aux Etats-unis, un juge californien décidant finalement que le yoga à l’école était « vide de contenu religieux ».

Face aux préoccupations de la très large communauté musulmane (rappelons que l’Inde est le deuxième pays musulman par le nombre de croyants) , le gouvernement Indien a officiellement rendu un avis similaire.

Shripad Naik, Ministre d’état et coordinateur de la journée mondiale du Yoga a répondu à l’AIMPLB disant:  » que le yoga n’a rien à voir avec la religion. La journée du yoga n’est pas obligatoire, nous avons juste demandé la participation de tous. C’est juste une opportunité pour tous les indiens de montrer au monde la beauté et la grandeur de notre tradition. Ce n’est pas non plus relié à un parti mais au contraire devrait donner un sentiment de fierté à toute la population. Si vous ne voulez pas chanter « OM » pendant la pratique ne le faites pas« .

Chez nous, cela paraîtrait presque une évidence mais beaucoup ne font pas confiance au gouvernement Indien comme le parlementaire (et musulman) Asaduddin Owaisi qui a déclaré que: « beaucoup de savants musulmans ce sont prononcés contre le yoga arguant que sa pratique serait contraire aux croyances fondamentales de l’Islam- par exemple de prier le soleil« , « pourquoi en faire une affaire nationale? Ne pas vouloir participer à cet événement ne fait pas de moi un mauvais patriote » ajoute t-il.

Au delà du débat confessionnelle, il y a aussi des suspicions de récupération de la journée du yoga par le parti nationaliste au pouvoir (le BJP) qui souhaiterai attirer les classes moyennes aisées des grandes villes largement favorables à cette initiative.

Suite aux critiques et aux menaces de boycott,  le gouvernement aurait reculé en retirant les sessions de salutations au soleil dans les écoles du pays.
Mais que le premier ministre Narendra Modi se rassure, les manifestations et les séries de Surya Namaskar devraient être largement maintenues sur Times Square (New-York) et dans les grandes capitales occidentales.

Ces rassemblements géants ont ils d’ailleurs de l’intérêt ? C’est un autre débat…

Et vous qu’en pensez vous ? La réaction des opposants à la journée mondiale du yoga est-elle compréhensible? Faites nous part de votre opinion dans les commentaires.



'La journée mondiale du yoga ne plait pas à tout le monde.' have 51 comments

  1. 16 juin 2015 @ 15 h 07 min sukka dukka

    Tiens … comme c’est étrange ?!? … c’est encore de la population de confession musulmane que vient la polémique ?!!!

    Répondre

    • 16 juin 2015 @ 17 h 19 min david dubois

      Proposons une journée mondiale sans islam – sans soumission, sans charia, sans lapidation, sans haine, sans décapitation, sans coups de fouet, sans femmes voilées, sans appels à la guerre, sans morts ni meurtres au nom d’Allah, sans intolérance, sans vocifération raciste à l’encontre des non-musulmans, sans appel à transformer les églises en mosquées, sans hypocrisie, sans arrogance, sans cette folie qui assombri le monde chaque jour. Une journée pour la vie. Pour voir.

      Répondre

    • 16 juin 2015 @ 17 h 43 min Zortif

      Décidément, tout dérange « ces gens là », qui ne supportent pas que l’on puisse agir ou penser de façon différente d’eux. Ils ont raison et les autres ont tort… Exactement les propos de ceux dont la conscience s’arrête à leur ego… Heureusement ça va très vite se retourner contre eux même…

      Répondre

      • 17 juin 2015 @ 9 h 37 min Marie

        « c’est encore de la population de confession musulmane que vient la polémique ?!!! » ; « Proposons une journée mondiale sans islam » ; « Décidément, tout dérange « ces gens là » » ; …
        Je m’interroge…
        Croyez-vous vraiment que la parole d’un seul homme, à savoir M. Asaduddin Owaisi, soit représentative de la pensée de tout un peuple (à savoir le peuple musulman), auquel vous semblez attribuer les propos de ce parlementaire qui a, lui, hélas, le pouvoir de faire entendre sa voix, alors que la plupart des hommes et femmes qu’il représente préfèrerait peut-être bien, tout comme nous, qu’il se taise… ?
        Est-ce donc si consolant et réparateur de juger et condamner tout un peuple pour un seul qui trouble notre esprit et notre cœur ?…
        Bien cordialement à vous trois.

        Répondre

        • 18 juin 2015 @ 13 h 22 min sukka dukka

          Ben voyons ??? …Ce pôôôvre monsieur à vous entendre ne représente que lui même ??
          Mais très chère madame, vous feignez d’ignorer en premier lieu qu’il est LE représentant les musulmans de toute l’Inde, à savoir par l’entremise de l’association « ’AIMPLB ».
          Alors quoi …?? Mais de qui vous croyez-vous donc vous moquer là en faisant semblant de ne pas comprendre la portée du discours de Monsieur ??? Hein ?? franchement ?? …

          Il n’y a pas de procès d’intention de ma part, une généralisation malveillante, il y a juste le simple constat que ce monsieur n’est pas n’importe qui et qu’il est habilité à parler « aux noms des Musulmans de
          l’Inde » !!!

          D’autre part, en admettant ,qu’il est pris un hallucinogène la veille au soir qui auraient eu des effets au moment ou ce monsieur se soit exprimé, altérant largement son discernement et sa raison, avez-vous entendu ou lu un démenti de la part de sa propre association, d’autres associations Musulmanes en inde, ou tout simplement d’individus Musulmans isolés réfutant catégoriquement les propos de ce monsieur ??

          Ben non … comme d’habh !!!!

          Alors à vos yeux nous condamnons tout un peuple ?? mais que voulez-vous dire ?? Vous voulez parlez d’une sois-disante majorité silencieuse pris en otage par une ultra minorité, que bien malencontreusement moi même ou ceux qui ont répondu à mon commentaire jugerions négativement ??

          Mais chère madame, vous n’avez pas compris la teneur de mon message ou ceux qui ont suivi le mien. Au fond, Nous, nous ne jugeons pas, nous regardons LA réalité et n’avons pas peur de la décrire, telle qu’elle est. Ni plus ni moins.
          Et en l’occurrence, je m’inscris en faux avec vos propos. En effet il ne s’agit pas « d’un seul qui trouble mon esprit et mon cœur ». Mais après tout, libre à vous de continuez à penser le contraire, de voire la réalité ainsi et donc de penser qu’il n’y a qu’ UN seul Musulman qui ait capté la parole de tous les musulmans pour les discréditer tous avec un discours nauséabond.

          C’est vrai que la Coran n’est pas « globalement » un message de haine, de violence et de rejet. Comme il est tout aussi vrai aussi que l’islam est essentiellement une religion d’amour et de paix. ça on nous le dit et redit à longueur de journée à travers médias interposés, quand cela n’est pas le message officiel de nos très chers gouvernants.

          Mais comme vous jugez utile de préciser que mon cœur mais aussi mon esprit sont troublés, je m’interroge quand même sur deux choses. D’une part qu’en savez-vous ?? Qui êtes-vous pour pouvoir en juger ?? Que savez-vous Vous de mon cœur et de mon esprit ?????

          D’autre part, dois-je m’inquiéter au vue de mon « esprit troublé » d’une hospitalisation d’office qui semble tout droit indiqué dans ce genre de diagnostique ???

          Bien à vous.

          Répondre

          • 18 juin 2015 @ 15 h 58 min Marie

            Euh… Merci d’avoir pris le temps de m’adresser cette longue réponse, Sukha Dukha (il me semble bien que l’orthographe de « Sukha » et « Dukha » s’écrit avec « kh » et « kk » mais, oh c’est vrai, je suis une grande ignorante de la vie, donc il est fort probable qu’une fois encore je sois dans le jugement et l’ignorance ! Ayez donc pitié de moi, je vous prie !)

            Je ne crois pas mériter autant de « très chère madame » pour mieux faire passer la pilule de la condescendance… Ni toutes cette quantité de points d’interrogation, indignés voire réprobateurs, que je ressens – pardonnez-moi d’exprimer juste ce que je ressens – comme la marque d’une certaine agressivité à mon égard.

            Alors justement, voilà, je n’exprimais pas là dans ce commentaire LA Vérité (qui serais-je pour estimer la détenir), j’exprimais juste mon ressenti, cela n’engage donc que moi-même. J’ai écris ce commentaire parce que cela m’a fait mal de lire les commentaires auxquels justement j’ai eu besoin de répondre. Je ne suis pas sûre que la réponse à la violence par la violence soit la solution (mais là encore, il se peut que je me trompe puisque « je ne sais rien »).
            J’ai bien conscience de la portée des propos tenus par les uns ou les autres, de l’arme que peuvent représenter de simples mots qui, en réalité, n’ont rien de simples.

            Il se peut que je sois bien naïve (oui, ça doit sûrement être ça : je dois être naïve, bien sûr !), mais je persisterais toujours à croire que la parole d’un seul homme, bien qu’il se dise représentant de tout un peuple, n’est pas forcément représentative de tout ce peuple qu’il représente. Voilà, la différence, et elle est de taille ! : ne pas confondre « représentant » et « représentatif ». Je pense qu’il s’agit avant tout d’une récupération politique de la religion et c’est, il me semble, bien cela hélas qui pourrit tant les religions, quelles qu’elles soient et depuis tout temps : tant que certains chercheront à s’octroyer un pouvoir en établissant, de force ou de gré (l’Histoire en est témoin), la supériorité idéologique, les Hommes continueront à s’éloigner de leurs « semblables » qui ne sont alors plus reconnus comme tels, et au-delà de ça, ils continueront à s’éloigner d’eux-mêmes car aucun Homme n’est fait pour la division. Il me semble. Là encore, il ne s’agit que de mon « petit jugement », probablement trop inculte…
            Je terminerai néanmoins par vous présenter mes excuses, à vous ainsi qu’à David Dubois et à « Zortif », si mes propos vous ont offensé (« … qui trouble notre esprit et notre cœur… »). Mais, dans cette phrase, j’utilise bien, si je ne me trompe pas pour la énième fois, la première personne du pluriel… Autrement dit, je m’incluais dans ce constat. Au vu du nombre de réactions et de partages suite à cet article, il ne me semble pas me tromper : forcément ce qui est relaté dans cet article est perturbant, voire effarant. Je ne sais pas ce que vous avez compris par ma formulation… Peut-être que mes termes étaient trop forts mais je ne pense pas : le « trouble » n’est pas le « diagnostic qui mène droit à l’hospitalisation » comme vous avez pu l’interpréter… Le « trouble » auquel je fais allusion est quelque chose qui gène et lorsque je vous lis, avec tout le respect que je vous dois, je ressens – pardonnez-moi – de l’échauffement, de l’irritation, donc… du trouble…

            Mais là encore, je vous prie de ne rien prendre comme quelque chose de personnel.
            Vairagya… détachement…

            Je vous souhaite une belle après-midi, Sukha Sukha, en espérant que ma réponse trouve en vous un accueil juste.

          • 7 juillet 2015 @ 15 h 46 min Zibaldone

            Juste une précision non polémique à l’attention de Marie :
            sukha dukha (sanskrit) = sukka dukka (pali)

  2. 16 juin 2015 @ 20 h 13 min Edouard

    Mais que fait manu la tremblote dans cet article ? :-)

    Répondre

    • Yoganova

      17 juin 2015 @ 13 h 40 min Yoganova

      Disons que nous sommes soucieux de sa santé et de son haut niveau de nervosité ! Il faut qu’il fasse du yoga manu, ça le détendra sûrement. :)

      Répondre

  3. 17 juin 2015 @ 11 h 14 min Navam

    Je suis bien d’accord avec Marie !
    En aucun cas un homme est représentatif d’un peuple et de sa pensée. J’ai récemment donné un cours particulier de yoga à un musulman suite à sa demande justement. Et cela a été une « révélation » pour lui selon ses dires.
    Vous faites exactement la même chose que ceux que vous critiquez à savoir juger ! C’est un constat simplement, je ne vous juge pas … 😉 Mais selon moi ce n’est pas comme cela que les choses changeront !

    Au plaisir !

    Répondre

    • 18 juin 2015 @ 13 h 29 min sukka dukka

      …et bien justement, de l’utilité pour l’Inde de faire ce genre de manifestation et Tous les Musulmans auront ainsi avoir une « révélation » comme vous dites. Si les choses pouvaient être aussi simple, le monde pourrait s’acheminer peu à peu vers la Paix. enfin !!!

      Répondre

      • 18 juin 2015 @ 16 h 58 min Navam

        Si c’est cela la tolérance pour vous ok mais je n’ai pas la même définition. Je ne suis pas sûr que vous aimeriez entendre dire d’un musulman qu’il vous faudrait vous convertir à l’Islam. Pourtant vous faites pareil me semble-t-il. J’en reviens encore à ce que je disais plus haut à savoir que vous faites exactement ce que vous dénigrer. En gros avec vous c’est :
        « Ah si seulement les autres pouvaient changer pour que j’ai la paix … »
        Eh bien vous n’avez pas fini de souffrir en pensant et agissant ainsi. En attendant que ce soit les autres qui changent pour que nous vivions tous dans la paix … Mais en lisant vos commentaires je ne suis pas si sûr que ça que nous vivrions dans un monde de paix …
        C’est bien beau de pratiquer āsana et prāṇāyāma mais avant ça il y a deux aṅga qui sont à pratiquer avant … Sans ça il ne peut y avoir de yoga. Sauf si l’on utilise le yoga comme une simple gymnastique bien entendu !
        Et le premier yama est ahiṃsā et cela va bien au delà que simplement la violence physique. Car qu’est ce que le non respect d’autrui si ce n’est déjà de la violence ? Eh oui pas facile la voie du yoga et cela, comme je le disais, va bien au-delà de la pratique occidentale de postures et de respirations …
        Mais j’ai bien compris que vous êtes dans la vérité, la vraie apparemment ! Pour moi vous n’êtes que dans votre vérité, qui n’est pas la même que la mienne. Sans pour autant dire que je suis dans la vraie car je fais une différence entre la Vérité, et la vérité personnelle de chacun.

        Bien à vous !

        Paix et amour !

        Répondre

        • 19 juin 2015 @ 11 h 33 min espaceshanti

          Juste pour information, le natha-yoga (cfr « Le Banquet de Shiva » de Christian Tikhomiroff) fait abstraction des deux premiers membres… qui ne sont apparus qu’avec la codification de Patanjali… En gros, le natha-yogi n’a que faire de la morale… Celle-ci n’a sa place qu’en société, pour éviter les dérives dont vous débattez… Mais au coeur du Soi, là où se crée l’alchimie du yoga, nul besoin de morale. Car en purifiant ses pensées, en travaillant son souffle, en arpentant le chemin spirituel de la connaissance de sa nature profonde, il va de soi que le coeur se purifie naturellement… Les lois des hommes sur le bien et le mal ne sont que des règles de bienséance destinées à éviter les dérives. De là à dire qu’il ne peut y avoir de yoga sans suivre ces préceptes, il s’agit d’une vision des choses que je ne partage pas. Et le yoga que je pratique est tout sauf une simple pratique gymnique…

          PS : je ne prends aucunement parti concernant les autres points dont vous débattez…

          Répondre

          • 19 juin 2015 @ 12 h 26 min Navam

            Bonjour espacesshanti,

            Pour information les deux premiers aṅga dont je parle ne sont pas apparus avec la codification de Patañjali comme vous dites. Elles sont été reprises car faisaient déjà partie de Mānavadharmaśāstra !
            Donc il serait plus juste de dire que les deux premiers membres ont disparu avec le natha-yoga de Christian Tikhomiroff …
            Maintenant que ces deux préceptes ne fassent pas partie de tous les nouveaux styles de yoga que l’on voit apparaître j’en suis conscient … De là à dire que parce qu’ils ne sont pas présent dans ces nouveaux styles alors ils n’ont pas leur raisons d’être c’est une autre histoire. Tout dépend de ce que l’on entend par yoga encore une fois. Pour moi le yoga n’est pas une pratique mais un état d’être. Et vivant dans une société et non pas en ermite au sommet d’une montagne et bien ces préceptes ont leur importance dans cet état de yoga. Une personne étant dans la violence n’est pas dans cet état de yoga pour moi. Mais j’ai compris et j’accepte tout à fait que d’autres personnes comme vous aient une vision différente de ce qu’est le yoga. Mais nous ne parlons pas de la même chose à ce moment là. Vous pratiquez aussi le Rap-Yoga ? … 😉
            https://www.youtube.com/watch?v=rx2GRYLSHHA&feature=youtu.be

            Au plaisir et bonne journée !

        • 19 juin 2015 @ 12 h 52 min sukka dukka

          Oui … paix et Amour.

          Je vous cite :  » Je ne suis pas sûr que vous aimeriez entendre dire d’un musulman qu’il vous faudrait vous convertir à l’Islam ».
          Non en effet, mais c’est juste ce que j’entends tous les jours … alors ok, Paix et Amour et tout va bien.

          Répondre

          • 19 juin 2015 @ 15 h 20 min Navam

            Bonjour sukka dukka,

            Si je comprends bien c’est parce que vous entendez des musulmans dire cela que vous faites la même chose ? D’accord ! Mais je vous donne juste mon avis puisque vous êtes venu converser avec moi. Eh bien ce n’est pas comme cela que les choses changeront … Ce n’est pas en étant dans la haine sous prétexte que d’autres le sont que les choses changeront … Ce n’est pas en faisant exactement la même chose que ce que vous critiquez que les choses changeront. Cela s’appelle la cohérence pour moi et c’est également ce que l’on retrouve dans les yama niyama. Mais j’ai bien compris que cela ne semble pas vous intéressez donc je ne vais pas continuer à développer.
            Vous êtes dans votre vérité comme je suis dans la mienne. Dans la mienne en tout cas il y a des musulmans qui sont plus tolérants que vous. Je ne vous juge pas c’est un constat de fait et non de valeur. 😉

            Paix et amour ! ( Je sais que cela semble vous dérangez mais je ne vais pas faire comme vous 😉 )

          • 19 juin 2015 @ 17 h 20 min espaceshanti

            @Navam :

            Merci d’avoir relevé que, par souci de simplification, j’ai commis une erreur… Les lois de Manou (ou Manu) sont en effet antérieures à Patanjali… Néanmoins, c’est bien lui qui, de par sa codification, les a rendues « populaires » et communément admise.

            Je vous invite cependant à aller jeter un oeil ici : http://espaceshanti.be/historique_natha-yoga.html afin de vous rendre compte que le natha-yoga de Christian Tikhomiroff est bien plus antérieur aux lois de Manou, puisqu’il est issu de l’une des plus vieilles traditions (le Shivaïsme). Il est donc tout-à-fait faux et réducteur d’assimiler le natha-yoga à ces « yogas modernes », c’est tout le contraire. Les codes moraux sont apparus bien plus tard. Même si le yoga n’est pas une pratique mais un état d’être, cet état d’être est bel et bien induit par une pratique, et même une pratique plutôt assidue. A moins que vous n’ayez la chance d’être « yoga » de façon spontanée et naturellement innée, auquel cas vous en êtes bien plus loin que moi sur le chemin, je vous le concède… 😉

            Enfin, sans doute me suis-je mal exprimé précédemment, mais je ne pense nullement avoir dit qu’il était nécessaire ni recommandé d’être dans la violence pour pratiquer le natha-yoga… Je dis simplement qu’il est impossible d’être et de vivre yoga sans avoir un coeur pur… et ce qui se passe au coeur de soi ne pourra jamais être codifié par des codes moraux quels qu’ils soient…

            Et pour répondre à votre question, comme tout bon adepte de natha-yoga, je maîtrise parfaitement le rap-yoga ! :-)

            Namaste !

          • 7 juillet 2015 @ 23 h 35 min Zibaldone

            Euh, pour information, « Le banquet de Shiva » n’est tout de même pas un livre de référence en ce qui concerne l’histoire du yoga, non ? Ou bien j’ai manqué quelque chose.

            Quant à ramener les yama et niyama à la morale, c’est toujours délicat à cause du terme lui-même qui dans notre culture s’adosse à l’idée d’une norme sociale permettant l’inscription de l’individu dans le groupe alors que dans le contexte de l’enseignement du yoga, il s’agit plus justement d’une hygiène de l’esprit qui précède celle du corps.
            Et puis même si l’on ne trouve pas exposé nommément les yama et niyama (sauf par interpolation) dans un texte canonique comme HathaYogaPradipika, on n’en trouve pas moins une liste de qualités « morales » préliminaires qui y semblent être là pour y suppléer (I-16).

        • 19 juin 2015 @ 17 h 25 min Marie

          Navam, merci infiniment pour vos commentaires qui – selon moi (je commence à prendre conscience de la nécessité de préciser le plus souvent possible « selon moi », « il me semble », « à mon avis », etc. pour se préserver des susceptibilités ambiantes… 😉 ) – sont d’une très grande justesse et surtout d’une immense intelligence. Vous avez la délicatesse de donner votre vérité – qui semble être bien proche de la mienne… – sans chercher à dénigrer avec arrogance celle de l’autre.

          Je n’ai rien à ajouter après vous dans vos réponses : « selon moi » ( 😉 ), tout y est !

          Je vous souhaite un très bon week-end, ainsi qu’aux autres personnes qui ont commenté ici.

          Prema Shanti (Amour et Paix :) )

          Répondre

          • 20 juin 2015 @ 10 h 29 min Navam

            Bonjour espaceshanti,

            Je vous invite à vous renseigner sur ces fameuses lois de Manu car elles ont fait leur premières apparitions dans le Veda. Donc je doute fortement que le natha-yoga de Christian Tikhomiroff soit bien plus antérieur comme vous dites …
            Les cérémonies prescrites dans le Veda étant trop difficile à comprendre pour les humains a donné lieu au tantrisme et à ces différents textes sur lequel il se base, āgama, purāṇa, etc.
            Le Veda est donc antérieur …
            Et concernant le cœur pur comme vous dites, eh bien je vois mal comment aller dans cette direction sans yama et niyama qui amènent clairement vers ce sois disant cœur pur !
            L’Amour est la force la plus grande, ces préceptes amènent à comprendre et à vivre cet amour, de l’amour des autres de l’amour de soi et le dernier niyama qui amène à l’amour du Divin !
            Alors vous pensez peut-être arriver à ces « qualités » via une pratique intense, ascèse, mais pour info cette ascèse est également un préceptes donné dans les niyama, il s’agit de tapas ! C’est à dire toutes pratiques purificatrices.
            Enfin tout ceci n’est que mon avis et ma compréhension de ce qu’est le yoga bien entendu. Et je ne prétends pas être « yoga » de façon spontanée mais en tout cas j’ai décidé d’y consacrer ma vie. Et certes j’ai encore du chemin …

            Namaste espaceshanti 😉

            —————————————

            Bonjour Marie,

            Merci pour votre message et je vous souhaite également un très bon week-end.

            Prema Shanti 😉

          • 20 juin 2015 @ 15 h 52 min espaceshanti

            Bonjour Navam,

            Pour éviter de perpétuer un dialogue de sourds sans fin, je vous laisse le dernier mot… Vous m’attribuez des paroles que je n’ai pas, et extrapolez des choses fondées sur ce que vous pensez comprendre de ce que je dis… (l’ascèse par exemple, puisque le natha-yoga est aux antipodes d’un yoga pour ascètes…). C’est toujours un peu le souci avec le yoga, comme dans tout d’ailleurs, à savoir cette gué-guerre sans fin lorsqu’il s’agit de confronter les écoles et leur courant de pensée, quant à savoir où se situe la vérité. D’autant que bien souvent, nous parlons de la même chose… et discuter par clavier interposé ne facilite pas non plus les choses.

            Namaste et bonne route sur le chemin… 😉

  4. 17 juin 2015 @ 18 h 05 min espaceshanti

    De l’utilité de tels rassemblements de masse ? Là est la question…

    Répondre

    • 19 juin 2015 @ 8 h 40 min yoganova

      Oui c’est une bonne question! J’espère que nous aurons le temps d’adresser cette problématique dans un futur article car cette mode des rassemblements de « yogis » massifs et sponsorisés gagne l’Europe. Nous avons quelques petites choses à dire sur ce sujet…

      Répondre

  5. 20 juin 2015 @ 21 h 06 min Akshaya

    Par le passé les indiens ont su trouver la voie de l’union tout en conservant leur identité propre à l’image de Saï Baba de Shirdi qui est vénéré, respecté par les hindous et les musulmans (soufis). Souhaitons que d’autres âmes éclairées s’incarnent encore et toujours pour la paix du monde, des cœurs et des esprits.

    Répondre

  6. 21 juin 2015 @ 9 h 38 min Kaivalya

    Bonjour

    Cette journée mondiale du Yoga a fait l’objet à la demande de l’Inde d’une résolution de l’ONU.
    Cette résolution à été votée à l’écrasante majorité de 175 votes favorables sur 193 membres au total.
    Parmi ces 175 membres il y a de nombreux pays de tradition musulmane, j’en cite quelques un entre autres :
    Qatar, Albanie, Jordanie, Koweit, Tunisie, Turquie, …

    Ci-dessous les documents relatifs à cette résolution :

    http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/69/131

    http://www.un.org/press/fr/2014/ag11601.doc.htm

    http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/69/PV.69

    Répondre

  7. 21 juin 2015 @ 10 h 52 min Kaivalya

    Je me demande si cette protestation de l’AIMPLB n’est pas plutôt politique. Les musulmans en Inde sont certainement minoritaires et dépendant des Indiens d’autres traditions.
    Maintenant je me suis posé cette question :
    et si en France pour la journée mondiale du Yoga on obligeait tous les enfants de nos écoles à pratiquer la salutations au soleil ?
    Je pense qu’il y aurait un tollé de protestations.

    Répondre

    • 21 juin 2015 @ 18 h 23 min Akshaya

      Il est fort probable que la France laïque, républicaine, démocratique, pays des droits de l’homme et des libertés individuelles, ce beau pays où la censure est proscrite, où tout le monde est devenu, bon gré, mal gré, « charlie »; il est fort probable disais-je qu’un individu surpris en plein flagrant délit de surya namaskar serait manu militari conduit en milieu carcéral sans passer par la case « tribunal »…….il faut bien que karma passe pour qu’égo trépasse 😉

      Répondre

      • 21 juin 2015 @ 18 h 40 min Kaivalya

        CQFD Akshaya

        « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ! »
        Jésus dans les évangiles

        Répondre

        • 22 juin 2015 @ 4 h 29 min Akshaya

          C’est possible, mais là, la paille est plus grosse que la poutre alors impossible de ne pas la voir… 😉

          Répondre

  8. 22 juin 2015 @ 19 h 13 min Kaivalya

    Ce n’était pas à toi en particulier que s’adressait le parabole de la paille et de la poutre, mais à la France et aux français dont tu parles si bien plus haut.

    Répondre

    • 22 juin 2015 @ 22 h 31 min hridaya

      y pas a dire, dés que l’on parle de paix, la haine n’est pas loin .
      Malheureusement, force est de constater, que le yoga traité comme un phénomène de masse, perd sont sens fondamental, le yoga n’est pas la, pour alimenter la collectivité, la cité et les règles dans la cité encore moins pour renforcer ses codes sociaux.
      signe que les temps sont bien difficile, mais de grâce, chers pratiquants Sincère ,ne vous faite pas avoir par ces opérations marketing, qui sont aux antipodes
      de l’esprit du yoga originel,
      pour les autres (Sincère également) que vous dire sinon que la sincérité est fondamentalement un code humains.et qu’avant de savoir on ne sait pas.
      et que la maya est partout, même dans les bon sentiment. Nous n’arrêterons pas la marche du monde, ne nous en déplaise
      vous dire également, (je vais choquer) que les yogi en ont rien a faire de la laïcité, du parti de machin, ou de la religion de truc, que cela est encore se faire enfermer, il ne sont ni pour ni, contre leurs visions du monde est ailleurs, autrement, mais en tant que bon citoyens sorti du tapis, il n’en penseront pas moins revêtu de leurs habit de tout les jours et chacun dans sont quotidien, fera ce qu’il a faire.
      ira voter ou pas, dira a sont voisin de palier ou pas ce qu’il en pense.il en sourira, ou en pleurera, mais gardera une confiance inébranlable dans le jeu de shiva/Sakti
      pour le yogi, l’essentiel n’est pas là,
      et pour être sincère,et je finirai par ça,
      je suis pas sur que si ont posé la questions a un yogi indien,concernant la journée du yoga,qu’il ne soit mort de rire
      ou qu’il reste bien silencieux

      Répondre

      • 25 juin 2015 @ 18 h 06 min Akshaya

        Du point de vue de l’Absolue ton discours est juste, mais à partir du quotidien où règne la maya, il y a également le dharma de chaque âme de vivre son karma et de « jouer » son rôle pour que la lumière ne cède pas davantage face à l’intolérance grandissante qui s’impose au sein de notre société. Arjuna n’a-t-il pas dû combattre sa propre famille pour rétablir le dharma sous la guidance de Krishna ? Que dire de Rama qui a vécu l’exil, la douleur de la séparation après l’enlèvement de Sita, mais qui a, lui aussi, dû repartir à la conquête de son royaume parce que tel était son dharma. Le détachement n’exclus pas l’implication, le résultat n’est pas le but, mais le devoir se doit d’être respecté.

        Répondre

        • 26 juin 2015 @ 14 h 47 min sukka dukka

          « le dharma de chaque âme de vivre son karma et de « jouer » son rôle pour que la lumière ne cède pas davantage face à l’intolérance grandissante qui s’impose au sein de notre société. (..) Le détachement n’exclus pas l’implication, le résultat n’est pas le but, mais le devoir se doit d’être respecté. »
          EXCELLENT !! MERCI.

          Répondre

        • 27 juin 2015 @ 11 h 04 min hridaya

          ai- je dit autre chose ?
          « mais en tant que bon citoyens sorti du tapis, il n’en penseront pas moins revêtu de leurs habit de tout les jours et chacun dans sont quotidien, fera ce qu’il a faire.
          ira voter ou pas, dira a sont voisin de palier ou pas ce qu’il en pense.il en sourira, ou en pleurera, mais gardera une confiance inébranlable dans le jeu de shiva/Sakti »

          chacun sera acteurs et assumera sont rôle dans la société

          Répondre

          • 27 juin 2015 @ 20 h 57 min Akshaya

            « Malheureusement, force est de constater, que le yoga traité comme un phénomène de masse, perd sont sens fondamental, le yoga n’est pas la, pour alimenter la collectivité, la cité et les règles dans la cité encore moins pour renforcer ses codes sociaux.
            signe que les temps sont bien difficile, mais de grâce, chers pratiquants Sincère ,ne vous faite pas avoir par ces opérations marketing, qui sont aux antipodes
            de l’esprit du yoga originel,… »

            Cher hridaya, je t’ai cité ci-dessus, non pas pour te contredire, je t’ai auparavant précisé que ton discours est, pour moi, juste.
            Là où je me permets un bémol, c’est sur ta « mise en garde » contre ce « yoga marketing ». Je pense qu’il est moins nocif que bien d’autres offres alléchantes du moment. D’une part et d’autre part ce « yoga marketing » est peut être une porte ouverte pour des chercheurs qui tâtonnent et qui par ce biais peuvent être amené à faire des rencontres qui les engageront sur le chemin d’une sadhana qui leur conviendra.

            Cela est, certes, paradoxale, mais les « dérives » ont aussi permit des révélations, comme certains arts martiaux, tel le kung-fu, certaines voies spirituelle du soufisme ou de l’hindouisme, ce qui a amené des occidentaux à conduire leur quête vers ces nouvelles perspectives d’atteindre le Soi.
            L’Expérience se dissimule là où on s’y attend le moins…

            Amitiés et salutations yoguiques, au plaisir de te lire.

  9. 23 juin 2015 @ 8 h 28 min Edouard

    Il paraît que pour se détendre Manu va voir les matchs de football européen de Barcelone aux frais de ses compatriotes. Enfin, compatriotes pas sûr …
    S’il se mettait au Yoga, pas certain qu’il paye lui même son tapis le Manu …

    Répondre

  10. 23 juin 2015 @ 8 h 33 min Edouard

    Il paraît que pour se détendre Manu va voir les matchs de football européen de Barcelone aux frais de ses compatriotes. Enfin, compatriotes pas sûr …
    S’il se mettait au Yoga, pas certain qu’il paye lui même son tapis le Manu …

    Répondre

  11. 28 juin 2015 @ 13 h 48 min hridaya

    .Akshaya@ »Cher hridaya, je t’ai cité ci-dessus, non pas pour te contredire, je t’ai auparavant précisé que ton discours est, pour moi, juste.
    Là où je me permets un bémol, c’est sur ta « mise en garde » contre ce « yoga marketing ». Je pense qu’il est moins nocif que bien d’autres offres alléchantes du moment. D’une part et d’autre part ce « yoga marketing » est peut être une porte ouverte pour des chercheurs qui tâtonnent et qui par ce biais peuvent être amené à faire des rencontres qui les engageront sur le chemin d’une sadhana qui leur conviendra. »

    Bonjours et merci de ta réponse, oui, je suis d’accord avec toi, les chemins ne sont pas en ligne droite et il est certains qu’au-delà du « produit d’appel», bien des élèves viennent ensuite sur une profondeur de pratique.il y en a déjà.
    Il est évident que de parler du yoga, et mieux que de ne pas en parler,
    Néanmoins,
    Je ne peux m’empêcher de penser à cette phrase de jean Filliozat qui disait dans les années 60 :
    Que le yoga était plus célèbre que connu, phrase d’une étonnante actualité

    Cette réalité est aujourd’hui encore plus d’actualité, que penser de cet engouement, de cette célébrité orchestrée par le dieu dollars, la part de marché du yoga en 2014 était de 225 milliard de Dollars.

    il est de la responsabilité des pratiquant proche des traditions, de communiquer, de dire et de rappeler ce qu’est le yoga ,au-delà de la forme extérieurs, du corps, du bien être, chose louable, mais qui n’ait que le premiers maillon de la chaîne. L’essentiel est à intérieurs de l’Etre. Parler de pranayama, qui est l’apport Essentiel du yoga, pour la transformation de l’être, de mudra, parler de prathyara, de dhyâna et Samadhi.

    De dire que le Yoga est un travail d’une vie, que le yoga est une voie de connaissances, comme toute voie, et que ce travail, cette pratique est une pratique de dénuement, et non pas de renforcement des caractéristique du personnage. Que le tout, tout de suite, maintenant ne fait pas partie du chemin.et que ce n’est pas un produit de consommations,
    Bref, le travail de pédagogie et à inventer ou réinventer pour les traditions, pour rester en visibilité
    Et continuer a exister

    Que restera-t-il de cet engouement dans 10 ans ?
    Difficile à dire, mais soyons attentifs.

    Répondre

    • 28 juin 2015 @ 14 h 11 min Akshaya

      C’est vrai, il en est du yoga comme de l’Aïkido ou d’autres voies qui à l’origine existent pour conduire le chercheur à l’Union. Mais, hélas ! l’esprit en est dévoyé pour devenir une « discipline sportive » et lucrative.
      Merci pour le partage de tes réflexions qui sont très enrichissantes.

      Répondre

      • 28 juin 2015 @ 19 h 43 min hridaya

        Oui, en posant simplement le problème, ou en tout cas, en le posant différemment,
        S’agit-il de yoga et dans l’esprit et dans la forme ?
        Pour moi, mais ce n’est que ma réponse, définitivement non.
        ce qui pose finalement problème, ce n’est pas ce qui est proposé, le bien être, bien dans son corps, bien dans sa tête est louable en soi, je n’ai rien contre, mais appeler ça yoga, cela se rapproche d’une escroquerie, d’un mensonge à usage commercial.
        Pourquoi ne pas dire par exemple, issue des pratiques du yoga ?
        Ça aurait le mérite d’être honnête et claire….
        Est-ce que tous ces promoteurs des yoga le désir, j’en doute….

        Répondre

        • 14 octobre 2015 @ 18 h 17 min Denis

          A 100% d’accord avec toi hridaya !

          Je crois que cette discussion pose une vraie question : « Le yoga est-il religieux ? »

          Même si le premier but du Yoga pour le débutant est « le bien être » il n’est pas possible d’imaginer tout et n’importe quoi.

          Je répondrais simplement cela, l’un des gestes les plus importants dans le Yoga est Sambavi mudra. le fait de regarder vers le haut, ou d’utiliser le fait de voir et non juste regarder et sambavi est le non de Shiva…
          Voila que tout le Yoga intérieur est orienté vers Shiva…

          Après on peut faire ce qu’on veut d’une forme extérieure, comme aujourd’hui on le voit de partout, on peut même délivrer des diplômes de profs de Yoga en 1 mois ou 3, faire des cours sur l’ouverture du dos ou le mal de dos mais le Yoga ne sera jamais ça…

          NB : Heureux de voir autant de personnes connues ici… 😉

          Répondre

  12. Yoganova

    15 octobre 2015 @ 8 h 54 min Yoganova

    @Denis, le yoga est-il religieux ?
    C’est toujours l’éternelle question, et la réponse dépend aussi au sens que l’on met au mot « religieux ».
    Le même débat à lieu au sujet du bouddhisme. Est -ce une religion ou une philosophie ?
    Si on ne retient que la version occidentale alors c’est une philosophie matinée de pratiques de connaissance de soi comme la méditation. En revanche si on s’intéresse à la façon dont il est pratiqué en Asie alors c’est clairement une religion avec tous ses aspects (croyances,rites, etc…). Peut-être en va t’il de même pour le Yoga ?
    Pour moi, si je me base sur l’étymologie du mot « Religion » qui vient de « religare » et qui a le sens de « relier, cueillir pour mettre ensemble », je trouve que c’est très proche du sens du mot Yoga (unir,réunir).
    Après c’est vrai que le mot « Religion » a tendance à avoir une connotation négative en Occident, du fait de la sécularisation récente de la société et de la mauvaise image que beaucoup ont de l’Eglise Catholique et de l’Islam.

    Répondre

    • 15 octobre 2015 @ 11 h 03 min Denis Billo

      Oui il y a de mauvaises images sur les religions, on ne peut pas plaire à tout le monde et il existe des intégristes et des histoires dans toutes les religions qui font peur et qui salissent la beauté des religions.
      Pour autant ne confondant pas l’organe et la fonction…
      L’aspect religieux du Yoga est bien de s’unir à l’universel avec la pratique du Yoga et non entrer en religion.

      Le Yogi est un être qui cherche la liberté et pas se charger de dogmes et de croyances.

      Répondre

    • 15 octobre 2015 @ 20 h 08 min Nagesh

      Le yoga n’est pas une religion, il s’inscrit simplement dans une culture Indienne.
      Le yoga est avant tout un ensemble de techniques qui peuvent s’appliquer sans référentiel religieux.
      Après si l’on veut adopter une symbologie Hindouiste dans son yoga on est libre de le faire, on n’est pas devenu religieux pour autant.

      Répondre

    • 15 octobre 2015 @ 21 h 17 min Marie

      Complétement d’accord avec toi, Yoganova ! Lorsque j’ai commencé ma pratique du Yoga et que j’ai su la définition de ce mot, j’avais immédiatement fait le lien (ah ! ah ! le lien… tiens donc ! 😉 ) avec l’étymologie du mot « religion ».
      En fait, je pense qu’il s’agit surtout du sens que l’on met derrière les mots. Et là ça devient très subjectif…
      Et puis… lorsque l’on voit ce qu’il en est des religions… il est tout de même sacrément regrettable de constater qu’en fait elles divisent plus qu’elles ne relient…
      Alors, si le Yoga permet de créer, de construire et de maintenir un lien (à soi-même, aux autres et à l’Univers) que les religions ne semblent hélas pas (ou plus) parvenir à assurer et à conserver, je crois que c’est une belle vocation qu’a le Yoga.
      Mais là encore, chacune et chacune pratique avec le propre sens qu’il et elle veut bien consacrer à sa pratiquer. Sans l’intention spirituelle que l’on y met, une séance peut être totalement désaffectée du sens sacré qu’elle a à l’origine.
      C’est d’ailleurs le même cas avec les religions. Dieu n’a pas la responsabilité des pensées, des paroles et des actes ignobles qui sont commis en son nom et à sa gloire…

      Répondre

    • 16 octobre 2015 @ 20 h 02 min Kaivalya

      Je pense que le but ultime du Yoga et des religions est le même, à mettre l’âme humaine en rapport avec Dieu, ou autrement dit la transcendance de l’ego. C’est pour cela qu’il me semble que le Yoga a un objectif religieux.

      Le yoga à différentes branches, peut-être serait-il opportun pour essayer de répondre à cette question, de faire la différence entre le Yoga physique et le Yoga de la dévotion Bhakti Yoga.

      Ci-dessous une définition de Bhagti Yoga donnée par un de mes guides spirituels :

      « Le mot sanskrit bhakti vient de la racine bhaj (adorer, aimer, servir). La bhakti est donc l’état de dévotion et d’amour, et le Bhakti Yoga est la voie du yoga qui éveille la bhakti en nous. Une personne qui ressent la bhakti s’appelle un bhakta.

      Bhakti yoga, le yoga du cœur et de la compassion dans lequel l’adepte ouvre ses propres émotions et sentiments à un principe supérieur, qu’il soit avec une forme représentative ou sans. Cette voie du yoga nécessite de s’abandonner, d’être sans attente, d’avoir une volonté bien enracinée, de faire preuve de renoncement , de souvenir, de compassion et de respect pour les autres. Elle met en jeu la méditation, le kirtan (chant collectif), de la réflexion et des satsangs (partage d’idées avec des personnes de même orientation). »

      Cette définition pourrait très bien cadrer pour un moine catholique ou d’autres religions.

      Je pense aussi que même si on pratique un Yoga physique, on peut le faire dans un but de rechercher la communion avec Dieu, cela doit dépendre de chacun.

      Je ne pense pas que les religions soient pires aujourd’hui que par le passé. Il y a eu dans le passé de graves dérives au titre des religions, mais elles ont aussi engendrées de nombreux saints. N’oublions pas aussi qu’il y a de graves dérives dans le Yoga. Comme disait St François de Sale « là ou il y a de l’homme, il y a de l’hommerie (je vous laisse le soin de chercher avec Google la définition d’hommerie). »

      J’ai fait une retraite d’une semaine dans un monastère chrétien catholique en 2014. J’ai été étonné de voir la similitude entre les pratiques des religieuses Cisterciennes et celles pratiquées dans les ashrams de Yoga :
      -chants en latin vs sanskrit,
      -périodes de silence, mauna dans les ashrams,
      -prières vs mantras,
      -jeunes,
      -méditations, marches méditatives,
      -réunion de partage d’idées vs satsangs
      -travaux d’intérêts public vs karma yoga,
      -charité,
      -et d’autres pratiques similaires.
      Le but recherché me semble le même que dans les ashrams de Yoga, seule la forme diffère légèrement.

      Aujourd’hui je n’arrive plus trop à faire la différence entre le Yoga et une religion, dans les deux cas l’abandon de soi (ego) et l’union avec le divin (transcendance de l’ego), mais bon ceci est une vue et une expérience personnelle.

      Répondre

      • 17 octobre 2015 @ 15 h 05 min Marie

        Merci infiniment pour ce partage, Kaivalya ! Vos mots sont imprégnés de beaucoup de justesse et d’une grande richesse. Et la définition du Bhakti Yoga par votre guide spirituel est de toute beauté (je vais la recopier pour pouvoir la conserver et la relire régulièrement).
        Au sujet des religions, je rejoins totalement votre réflexion. Les divisions qu’elles suscitent existent depuis qu’elles-mêmes existent (il suffit de lire les Evangiles ou tout autre texte religieux). Mais, comme vous le soulignez avec finesse, les religions ont également permis aux Hommes de s’éveiller au plus divin qui sommeille en eux. Et c’est en cela, selon moi, que les religions et le Yoga se rejoignent.
        Qu’il s’agisse de la sagesse soufie, kabbalistique, chrétienne, bouddhiste, jaïn, hindoue, et j’en oublie…, qu’il s’agisse des textes du Yoga (et notamment les upanishads que l’on pourrait assimiler comme des psaumes), il est toujours tellement réjouissant et fascinant de constater à quel point les messages sont proches, tellement proches…
        Par ailleurs, il est assez fréquent de lire des témoignages dans lesquels des pratiquants de Yoga, quelle que soit leur confession religieuse, expliquent que leur pratique leur a permis de réalimenter et réchauffer la flamme de leur Foi : en leur apprenant à pénétrer au cœur d’eux-mêmes, le Yoga leur a appris à se rapprocher de Dieu.
        Sur le sujet, il y a également les écrits d’Henri Le Saux qui touchent au sublime par les liens qu’il a su tisser entre le christianisme et l’hindouisme…
        Quoi qu’il en soit, la pratique ne peut nous donner que ce que nous sommes prêts à recevoir. La pratique prépare et fertilise le terreau du cœur à recevoir les fruits qui y mûriront et s’y épanouiront. Tout vient à temps. C’est en cela que la notion d’abandon (Ishvara Pranidhana) est si importante. Nous pratiquons tels que nous sommes. Il ne s’agit en réalité pas de « faire » du Yoga, mais d' »être » en Yoga. C’est-à-dire que, dans notre pratique, il y a tellement de choses qui dépassent amplement notre petitesse et qui nous permettent de dépasser et transcender celle-ci… Comment cela pourrait-il être d’un autre ordre que de l’ordre du divin ?
        Pour terminer (mais est-il vraiment possible de terminer sur un si vaste et passionnant sujet ?), j’aimerai vous partager une vidéo sur laquelle je suis tombée la semaine dernière. Il y est question des « nouvelles religiosités ». Cela pourrait vous intéresser, je crois… : https://www.youtube.com/watch?v=FzY2rSiv_vU
        Au plaisir de vous lire, je vous souhaite un bon week-end, Kaivalya. :)

        Répondre

        • 18 octobre 2015 @ 10 h 07 min Kaivalya

          Merci Marie pour votre réponse également riche et juste. J’ai regardé le début de la vidéo avec un grand intérêt. Dés que j’ai un moment je regarde la suite, je suis sûr que cela va me plaire.
          Au plaisir de lire un nouveau poème Yoguique.

          Répondre

  13. 15 octobre 2015 @ 21 h 24 min Denis

    Pas évident de trouver un juste milieu entre la « religion » dans le sens de communauté, l’aspect religieux dans le sens « religare » donc de se relier, et devenir un « religieux » qui est une personne dans une religion…
    La subtilité est très fine entre ces 3 mots.
    Alors non le Yoga n’est pas obligatoirement une religion, mais nous devons nous questionner sur le fait de savoir si on ne fait pas qu’une simple singerie d’une forme extérieure…
    Et oui, quand on essaye de se relier à l’infini on devient « religieux », c’est à dire quelqu’un qui s’oriente vers une transcendance et qui rend un culte mais pas forcément un religieux appartenant à une religion…

    Répondre

    • 15 octobre 2015 @ 22 h 39 min hridaya

      @Le même débat à lieu au sujet du bouddhisme. Est-ce une religion ou une philosophie ?
      si on ne retient que la version occidentale alors c’est une philosophie matinée de pratiques de connaissance de soi comme la méditation. En revanche si on s’intéresse à la façon dont il est pratiqué en Asie alors c’est clairement une religion avec tous ses aspects (croyances, rites, etc…). Peut-être en va t’il de même pour le Yoga ?

      . En revanche si on s’intéresse à la façon dont il est pratiqué en Asie alors c’est clairement une religion avec tous ses aspects (croyances, rites, etc…). Peut-être en va t’il de même pour le Yoga ?
      ____________________________________________________________________________________

      C’est peut être allé vite en besogne de dire que le bouddhisme est religieux,
      D’abord, qu’elle bouddhisme ?, il ya 400 forme de bouddhisme, voire plus, pratiqués dans le monde,
      Parle ont du bouddhisme originel ?, le bouddha n’a jamais était un dieu, et, à la questions posé au bouddha sur l’existence de dieu, il est resté silencieux,

      Ne faisons pas parler les mort, même ceux qui sont devenu eternel.

      parle ont, du plus connu ?, celui porté par sont vrp le plus célèbre(le Dalai lama), le bouddhisme tantrique qui a réintégré des rites antérieurs ( bonpo,et bien d’autres, chamanisme en tout genre…..)
      Célèbre en ce moment probablement, mais sait t-ont vraiment de quoi ont parlent. ?
      J’en doute.,
      Tout a était adapté pour nous et ce qui est accessible, est loin de représenter,
      La réalité de ce que révèlent ces pratiques.

      Les représentations des différents « dieux » de ces bouddhismes (terme exportées et utilisées pour et part les occidentaux pour une meilleure utilisation et compréhensions) ne sont que des représentations anthropomorphiques, de nos qualité énergétiques, et des qualités énergétiques généré par l’univers,
      En termes de yoga tantrique ont dirait des Sakti.

      Ils ne s’agit, a mon avis, que des premiers laboratoires de recherche sur la relations entre énergie et conscience, entre matière et esprit, en somme, les premières démarches scientifiques expérimentales pour une meilleurs compréhensions de soi et de notre relations a l’univers,.
      La science qui_ s’occupe du lien entre la créature et le créateur, du créateur et de sa création.
      Si l’on confère, après expérience, une « intelligence » a la nature et a l’univers, une Unicité, ainsi que le révèle, les saint et sages de tout horizons, un pouvoir, des pouvoirs de manifestations, Siddhi,
      Nous sommes bien éloigné de la croyance, à l’ opposé mêmes.
      Et ne sommes plus dans la religion telle que le mot est entendu.

      Mais dans une réalité, simple, concrète et objective, qui ne fait que décrire la subjectivité du monde en fonctions de la capacité de l’être à percevoir sont environnement et a communiquer avec celui-ci. Celui si se révélant peu à peu…..

      La /les religions ne sont que des Réponse enfantine a l’usage des enfants,
      Les enfants veulent t-ils grandirent ?,
      Ou ne veulent t-ils que des réponses qui les rassurent.

      Ou posée différemment, le peuvent t’ils ?
      Ou encore différemment, les enfants issues d’un rêve grandissent t’ils ?
      Ou encore,
      Est-ce cette questions a un sens ?

      Ce qui n’empêche, maintenant, ni l’amour ni la compassions ou l’affections profonde pour l’ensemble des mondes animé ou inanimé d’ailleurs, Qualités issue de la pures Conscience, d ‘Ananda ,
      Echo lointains d’un bonheur perdu.
      Voir le monde ainsi ne peut que nous ramener a une profonde humilité en nous faisant nous rendre compte de la fragilité de nos destins, de la petitesse de notre existence,
      Et de nous rendre compte que ces questions un jour n’existerons plus,
      Ainsi, auront-elles un jour existé ?

      Répondre


Laisser un commentaire

YogaNova, le magazine francophone du Yoga et de la Spiritualité en ligne. Faites comme Shiva, lisez Yoganova !

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

Attention ! Le yoga n’est pas sans risque

25 novembre 201625 novembre 2016
15566474-Levitation-by-Indian-businessman-in-lotus-pose-in-the-office-near-the-wall-with-clock-and-his-shoes--Stock-Photo

Ouvrez vos chakras et ayez conscience de vos limites.

C'est l'une des études les plus conséquentes disponibles à ce jour sur la pratique du yogae t les blessures qui peuvent en résulter. Menée par deux chercheurs en traumatologie et épidémiologie de l'université d'Alabama de Birmingham, il en ressort que le yoga n'est évidemment pas le sport le plus traumatogène du répertoire, mais qu'il n'est pas pour autant dénué de risques. Et que les yogistes ayant dépassé les 65 ans doivent redoubler de prudence, car ce sont eux les plus vulnérables aux entorses, élongations et autres fractures. Le travail de Thomas A. Swain et Gerald McGwin, rassemblant quatorze ans de données récoltées aux États-Unis, montre aussi que le yoga a gagné en popularité sur la période, et que la fréquence des blessures s'en ressent. En moyenne, elle était de 10 pour 100.000 participants en 2001 et grimpe à 17 pour 100.000 en 2014. Après 65 ans, cette incidence –58 pour 100.000– est bien plus élevée, avec trois fois plus de fractures que pour les autres classes d'âge. Pour les individus âgés de 45 à 64 ans, elle est de 18 pour 100.000 et de 12 pour 100.000 pour ceux de 18 à 44 ans.
«Les blessures liées au yoga sont relativement rares, explique Swain, et comme on aurait s'en douter, l'incidence a tendance à monter avec l'âge du participant. Nous avons aussi observé que le taux de blessures augmente sur la période, ce qui pourrait traduire une plus grande popularité du yoga, avec davantage de personnes inexpérimentées qui ne prennent pas les précautions d'usage pour éviter les problèmes.»
Swain recommande de «consulter son médecin avant de débuter le yoga, d'être prudent et de connaître ses limites personnelles». Des limites que bon nombre de pratiquants débutants sont à même d'ignorer car «le yoga est bien plus difficile et exigeant qu'on le pense», précise McGwin. Au total, ce sont 29.590 blessures que les chercheurs ont répertoriées. Près de la moitié (45%) sont des entorses et le haut du corps est visiblement la zone la plus fragile.

Du yoga au travail….

21 septembre 201621 septembre 2016
yoga au bureauVous pouvez aller travailler ! » La séance d'une heure est terminée. Paula Taylor, professeur de yoga du réseau de coachs sportifs Fizix, libère ses douze élèves. Du chef sommelier à la femme de ménage, les 550 salariés du Bristol peuvent participer gratuitement à ce cours. Organisé dans une petite salle climatisée réservée aux employés, il coûte entre 80 € et 120 € au Comité d'Entreprise du palace. « Le point fort, c'est qu'il y a une homogénéité des groupes et ça crée une dynamique », se félicite son secrétaire adjoint Damien Largeau.   Collé serré   « On peut rencontrer des collègues d'autres services », renchérit Lucie Demai, hôtesse d'accueil. Allongé à sa gauche sur un tapis, Tony Le Douigou, dont elle n'a jamais été aussi proche, en est à son deuxième cours. « C'est plus apaisant que d'aller courir, observe le demi-chef de rang. Idéal pour se détendre avant de commencer le travail, de 16 heures à minuit ».   Debout depuis 7 heures du matin, le directeur d'achats Thomas Trucheret est en nage à la fin du cours, mais il savoure cette coupure en milieu d'après-midi : « J'aborde sereinement la deuxième partie de journée, sur le plan profesionnel et à la maison avec mes trois enfants ». Et de conclure, sourire en coin : « Le stress retombe. C'est parfait  : avec notre clientèle exigeante, il faut être très réactifs. » Voir l'article

Musculation et yoga, nouvelle mode made in US

23 août 201623 août 2016
reverse-ab-crunch

De nombreux hommes adeptes de musculation délaissent les poids et haltères pour des matelas de yoga, prenant le pas de l'intérêt grandissant pour une variante plus virile du yoga traditionnel, le «broga».

Le yoga, activité vieille de plusieurs millénaires, était autrefois pratiqué exclusivement par des hommes. L'activité physique «mâle» de l'ère moderne est aujourd'hui tout autre. «Le yoga se résume à bien plus qu'à des femmes qui se contorsionnent tels des bretzels végans», a lancé l'entrepreneur qui a fondé les cours de Jock Yoga, Michael DeCorte. Le centre d'entraînement Equinox de Toronto offre ces séances d'entraînement qui unissent les salutations au soleil à la musculation. De plus en plus de professeurs de yoga tentent d'attirer davantage d'hommes dans leurs classes en proposant des exercices qui misent sur la force plutôt que la flexibilité. Les adeptes de yoga sont constitués à 70% par des femmes, selon une étude de l'institut Ipsos publiée en 2016. M. DeCorte estime malgré tout que 50 à 85% des sportifs qui assistent à ses ateliers de Jock Yoga sont des hommes. D'autres centres de type «broga» essaiment un peu partout au pays. Jo-ga, à Halifax, Yoguy, à Vancouver, et le studio montréalais Mudraforce - où l'activité se pratique en toute nudité- ont notamment vu le jour. Une compagnie basée au Massachusetts, Broga yoga, détient un brevet sur l'emploi du mot-valise. L'entreprise se vante d'avoir plus de 12 000 clients et 500 professeurs à travers le monde, notamment par ses cours offerts par le biais de vidéo en ligne. Selon l'instigateur du «broga», Robert Sidoti, nombre d'hommes sont attirés par les bienfaits du yoga, mais craignent d'avoir un air efféminé en prenant la position du lotus.
En lire plus ...

Le dalai lama juge qu’il y a trop de réfugiés en Europe

31 mai 201631 mai 2016
Dalai lama trouve qu'il y a trop de réfugiés en EuropeLe dalaï-lama a estimé qu'il y avait à présent "trop" de réfugiés en Europe après la vague d'arrivée l'an dernier et que ces migrants cherchant protection ne devaient rester que provisoirement sur place, dans une interview publiée aujourd'hui en Allemagne. "Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent" en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. "L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne", a-t-il ajouté, en référence au fait qu'une majorité des migrants vient de pays arabes comme la Syrie ou l'Irak. "Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays", a estimé le dalaï-lama, qui vit lui-même en exil en Inde depuis plus de 50 ans. L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre record d'un million de réfugiés. Source Le Figaro

Tendance: le yoga en moumoute et chaussures de ski…

6 avril 20166 avril 2016
ski_yoga_poseLe murmure du torrent et le chant des oiseaux dans les bouleaux apaisent déjà. Dans le décor vivant du Plan de l’Eau, aux Menuires, se déroule la randonnée «yoga et raquettes», encadrée par Brigitte Ruff, accompagnatrice en montagne, et Anita Thevenot, masseuse ayurvédique. Après une première marche dans la poudreuse, telle une page blanche, une première pause est consacrée à des exercices d’étirement. Le groupe, limité à douze personnes maximum, forme un petit cercle. Raquettes aux pieds, on tend et on étire ses bras vers le ciel. Profonde inspiration, puis on relâche totalement son buste et ses membres supérieurs jusqu’à frôler la neige. Pendant une quinzaine de minutes, Anita aide chacun à prendre conscience de son corps. «La montagne, avec son paysage somptueux et son air pur, offre un cadre idéal pour pratiquer le yoga pranayama, qui met l’accent sur la respiration», précise-t-elle. On repart ensuite plus détendu, attentif aux empreintes d’animaux et au silence, seulement rompu par le bruit feutré des raquettes. Plus loin, c’est la posture de la salutation au soleil. Un long et ressourçant déroulement du corps, pratiqué plusieurs fois, après avoir déchaussé et s’être installé sur un petit tapis de yoga, prêté par Anita. Les deux autres pauses zen sont consacrées à des exercices respiratoires et à de la méditation, assis en tailleur. Lancées l’an dernier au départ de la station de Val Thorens, ces randonnées bien-être hebdomadaires, de trois heures, affichent complet. Les clients? Souvent des femmes, n’ayant jamais pratiqué le yoga ou même les raquettes, mais curieuses de découvrir cette balade hybride. Morzine mise aussi sur l’engouement autour du yoga. Probablement inspirée par la station suisse d’Engadin St. Moritz qui lançait en 2014 la première piste de yoga du monde, Morzine propose cet hiver la piste des yogis, un itinéraire bleu de 2400 mètres jalonné de dix emplacements pour pratiquer des postures relaxantes, sans forcément ôter ses skis. Enfin, sous le nom de marche afghane, évocateur de montagne loitaine, la station de Samoëns invite à une sortie en raquettes accompagnée par un professionnel. Durant cette randonnée, le travail constant sur la respiration facilite la gestion de l’effort en altitude et relaxe. Les activités bien-être en montagne ne se résument plus à des papouilles et des bains bouillonnants dans des centres aqualudiques mais tirent parti, enfin, d’un environnement unique. Voir l'article sur le site de Libération

Le paradoxe Vegan de la femme branchée.

2 novembre 20152 novembre 2015
83241
Assez régulièrement ( et de plus en plus ) je vois des gens arriver à un mode de vie vegan ( ce qui en soit est plutôt bien ) mais ce que je trouve étrange c’est souvent le paradoxe éthique assez flagrant et parfois cliché.
Pour commencer, beaucoup des végan avec qui j’ai les échanges les plus houleux sont souvent des filles, entre 20 et 30 ans, « converties » depuis assez peu de temps.
Autant je crois sincèrement aux bienfondés de ce mode de vie lorsqu’il est choisi et pensé de bout en bout, autant je suis souvent confronté à des situations de fort malaise lors de nombreux échanges.
Cela se manifeste par plusieurs choses récurrentes : le prosélytisme, la suffisance et l’incohérence.
Je vais dresser un portrait caricatural pour essayer de bien faire comprendre ça … ( pour ce faire je ne vais que juxtaposer des éléments issus de posts ayant défilé sur mon fil d’actualité perso )
Faisant la queue pour avoir son café-pumpkin starbuck, elle attend en faisant un petit selfie marrant pour montrer son nouveau bonnet en coton bio.
Elle poste ça en ligne avec son nouvel iphone.
Un peu plus tard elle rentre chez elle, se fait un petit smoothie banane, mangue et lait de coco, le tout dans un super blender trouvé sur amazon.
Un petit tour sur son compte instagram nous fera découvrir sa garde robe pour constater que toutes les fringues sont bio. Comme tout est bio, le label "équitable" est apposé sur son chocolat, son café et ses épices.
Plus tard, un passage sur son compte facebook nous montrera de nombreux partages militant où on voit combien l'industrie agro-alimentaire est trash (les vidéos le montrent très bien assurément … (ne pas aller sur une page d'une végan à l'heure du repas !).
On la verra également se réjouir de la fermeture d'un abattoir, voyant le signe d'un réel progrès pour "la cause".
Elle prend soin d'elle, les statistiques publiées sur ses joggings grâce à l'application embarquée dans ses nike en sont la preuve ! Et après une bonne douche avec un savon Lush elle sent super bon le fruit de la passion.
Et ce soir après cette belle journée elle se fait un petit plaisir : un steak végétal. Tellement bien fait qu'on dirait trop de la viande (mais sans la souffrance animale) ! Un petit bout de "Faux-mage" à base de noix de cajou et un avocat. Et en dessert un petit bout de chocolat équitable.
Elle a le sourire en préparant ses vacances en Thaïlande en achetant sont billet en ligne sur son macbook, avec son chat sphinx qui ronronne sur ses genoux et peux enfin aller se coucher, en paix avec elle-même et ses convictions … aujourd'hui encore, elle n'a été la cause d'aucune souffrance animale.
Et là je vous vois venir avec un "Heuuu mais Samten, il est où le problème, je ne vois pas trop où tu veux en venir … elle a l'air plutôt cool la nana là … non ?"
Oui oui elle est cool ! Et c'est vraiment chouette que par son véganisme elle se sente impliquée dans la cause animale, le progrès et l'évolution de l'humanité à des hautes sphères de conscience et d'empathie !
MAIS … Et hélas c'est là que le bât blesse…
Son café est issu de la souffrance des hommes, d'une production qui détruit l'environnement dans lequel il est produit et contribue au déséquilibre nord-sud où la domination occidentale est vécue de plein fouet par les producteurs-esclaves.
Son téléphone est issu d'une production où les métaux rares sont également issus de productions où les hommes sont traités en esclaves dans des mines aux conditions abominables. En plus l'obsolescence perçue fait qu'elle changera de téléphone alors même que ce dernier sera encore tout à fait fonctionnel.
Elle se réjouit de la fermeture d’un abattoir sans réaliser que le nombre d’animaux abattus restera inchangé ... le seul changement sera que ces pauvres bêtes devront parcourir encore plus de distance dans le transport final ... l’élément souvent le plus traumatisant pour l’animal (mais aussi pour l’éleveur qui respecte ses animaux).
La banane de son smoothie provient d'équateur, issue d'une terra-formation imposée par les États-Unis pour que ces pays ne viennent pas concurrencer la production de maïs OGM. La mangue provient d'Inde et a peut-être véhiculé des parasites qui détruisent nos vergers. L'avocat provient d'Israël et le lait de coco de Thaïlande, finançant les deux des régimes politiques discutables. Les transport “bio” n’existe pas ... les bateaux délestent en pleine mer, les camions brulent du gasoil et dans les deux cas il y a un paquet de dommages collatéraux. Ben oui, combien de dauphins pris dans les pales des bateaux, de biches , d’oiseaux, de hérissons percutées, écrasés pour que nos fruits exotiques arrivent à bon port ?
Son blender vient de chine, assemblé dans une usine où les gens sont traités comme de la marchandise et payés une misère et acheté sur un site qui bafoue le droit du travail à longueur de temps.
Ses habits, comme sa nourriture, ont parcouru des milliers de kilomètres pour être parfois produit avec des produits chimiques (malgré les labels bios affichés) et cousu par des enfants, au même titre que ses nikes.
Sa fausse viande et son faux fromage sont issus de productions industrielle et chimique pas forcément très saine et de loin pas locale
Son chat provient d'un élevage de croisements génétiques et nourrit avec des boites industrielles (et là autre paradoxe : doit-on imposer le véganisme aux animaux … ah ben non ce serait aller à l'encontre de leur nature, dans ce cas là c'est pas pareil)
Son billet d'avion compensera le bilan carbone de son véganisme.
A côté de ça j'essaie d'imaginer une personne qui consommera bio, local, de saison avec, certes de la viande de temps en temps (mais qui vient d'un paysan qui connaît toutes ses bêtes) qui portera ses fringues jusqu'à l'usure, n'aura que le strict nécessaire chez lui, pas de robots ménagers dans tous les sens, pas d'ordi, pas de fruits exotiques … et qui pourtant sera la "cible" des végans en raison de son manque de conscience et de sensibilité… et là je me dit qu'il y a un soucis dans la manière qu'ont les végans de mener leur "combat" …
Je me dois de rajouter un GROS P.S. à ce texte : je ne me considère absolument pas comme étant moi-même éthiquement irréprochable, loin de là ! J'essaie de faire au mieux ma part en restant un maximum cohérent entre mes convictions et mes capacités de consommation. Mais par contre l'issue de mes réflexions, de mes pensées, mes idées, je les PARTAGE. J'espère que parfois ma vision des choses en convainc certain mais je considère toujours que les choix éthique sont personnels et que nous ne pourrons jamais être irréprochables sans devenir extrêmes et sans s'extraire totalement du système, ce qui n'est pas ma volonté, au contraire, j'espère pouvoir être le témoin d'évolutions du système dans "mon" sens quitte à devoir faire des compromis, mais que je choisis.
EDIT : suite à l’engouement et aux nombreux comm qu’a suscité cet article aux différents endroits où il a été partagé et comme ça a dépassé le cercle des gens qui me connaissent, je me dois de me présenter pour permettre de contextualiser éventuellement cet article. Pour commencer je dois moi-même faire face à de nombreux paradoxes de consommation lié à mon choix de travail : étant photographe j’ai en effet beaucoup de matériel technologique ( ordinateurs, tablette, appareils photos ... ) qui ont un cout éthique important. Je n’ai pour le moment pas trouvé de solution pour ce pan là. J’ai passé plusieurs période de ma vie à appliquer un régime végétarien et un mode de vie assez proche des principes végétaliens sous pas mal d’aspects. Je me considère comme étant assez impliqué dans les domaines de la réflexion sur nos modes de vies, nos interactions avec l’environnement. J’ai un très grand intérêt pour la permaculture, les productions équitables ( je ne parle pas des labels qui spolient le terme ). Suite à de nombreuses réflexions j’en suis venu à avoir un mode de vie où les choix alimentaires et de consommation générale sont souvent mis dans la balance du pour et du contre au moment de l’acte d’achat. J’ai également un régime alimentaire qui est aussi très “fashion” car j’ai une alimentation principalement axée sur les principes du Dr Seignalet, à savoir sans gluten, sans produits laitiers, sans sucres raffinés ( mais je n’en fais pas un dogme, je m’accorde des exceptions si je n’ai pas le choix ou même si simplement j’en ai envie), je suis venu à ce régime il y a plus de 7 ans pour des raisons de santé et il m’a apporté beaucoup de choses ( j’en discute volontiers avec ceux qui s’y intéressent ). D’autres principes alimentaires font également parti de mes convictions, principalement le fait de consommer local, de saison et bio ( et dans ma région ça veux dire qu’il faut aimer le choux et les poireaux ). Je porte avec moi un assez lourd bilan carbone car j’ai beaucoup voyagé, mais ces voyages m’ont permit en contre partie d’apprendre énormément de choses sur l’humain, la nature, les interactions entre les deux, mais surtout pour réaliser qu’il n’existe pas de valeurs “universelles” ... partout les gens ont des convictions qu’ils sont parfois prêt à défendre avec armes et sang ! J’ai aussi vu qu’il y a un réel angélisme de la part des gens qui vivent leur conviction depuis le fond de leur canapé ikéa ... car à travers le monde j’ai été témoin de la violence , partout sous un nombre inimaginable de formes ! Les seuls moments où j’ai eu la sensation de m’en extraire on été ceux où j’ai été seul face à la nature, loin du fait des Hommes ! J’ai vu plus d’amour et de respect chez une productrice de bœuf bio en France qu’envers des vaches “sacrées” au Népal. J’ai recommencé à manger de la viande en voyage, lorsque j’ai été reçu par des gens qui n’avaient rien d’autre à me proposer et qu’il aurait été plus que déplacé de dénigrer ce geste pour mon petit confort intellectuel. Et puis j’ai appris à reconnaitre qu’il y a de réelles différences entre les modes de production et que cela impact directement nos valeurs et notre environnement, j’y suis de plus en plus attentif et rencontre des gens merveilleux depuis. Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, je trouve merveilleux que de plus en plus de gens s’intéressent aux modes alimentaires “alternatifs” ( qu’ils soient végan, végétariens, sans gluten, bio ... ) car ça montre que les gens ne prennent plus tout pour argent comptant. Mais je prône également la coexistence et l’évolution douce. C’est souvent en ça que mes avis divergent avec les militants ( végan ou autre) sur les manières d’agir : Les études en neuroscience montrent que face à une démonstration de la violence (vidéo d’un abattoir par exemple), le cerveau d’une personne non préparée, vivra ça comme une agression ... mais au lieu d’obtenir un électrochoc contre le système, le trauma sera dirigé contre la personne qui lui aura fait vivre ce trauma... avec un effet inverse à celui désiré... mais je m’égare à parler de ça.
Bref, je tente juste de faire avec les outils à ma disposition pour rester le plus cohérent possible entre mes choix, mes croyances, mes moyens et mes aspirations. Jonglant moi-même avec certains paradoxes.
EDIT 2 :
Je n’ai hélas rien inventé pour créer ce personnage fictif ! juste pris quelques éléments sur différents posts de mes contacts ... j’ai même été assez soft pour qu’on ne pense pas que j’exagère le trait ! Et pour celles et ceux qui me font la critique d’avoir choisi une femme plutôt qu’un homme c’est pour la même raison ( qui n’est pas lié à une réalité statistique et objective ) : je n’ai pas eu autant d’occasion de voir ce type de posts et de profils dans mon fil d’actualité.