img54357edd8eaf1

Quel est le plus grand danger ? L’Islamisme ou le vide spirituel occidental ?

Abdennour Bidar, philosophe et écrivain français, estime que ce n’est pas tant l’islam fort qui pose problème en France et ailleurs en Occident, mais plutôt la désorientation générale, l’absence de projet commun et de spiritualité

 
Dans le débat qui vient d’opposer Alain Finkielkraut à Pierre Manent au sujet du « défi considérable que représente la poussée d’un islam fort dans une nation faible », je voudrais faire entendre une voix parmi celles de ces intellectuels de culture musulmane auxquels on reproche souvent de ne pas prendre assez leurs responsabilités. Je souscris entièrement à l’analyse de Pierre Manent, qui vient de publier « Situation de la France » (Desclée de Brouwer, 174 p.), lorsqu’il déclare que « le problème le plus alarmant qui assiège la France et l’Europe, c’est une désorientation générale, une impuissance croissante à penser et à vouloir un projet commun. L’irruption de l’islam révèle ce problème, l’aggrave sans doute, mais cette désorientation existe indépendamment de l’islam ».Il faut insister avec Manent sur le fait que l’islam de France et d’ailleurs ne nous déstabiliserait pas autant si nous n’étions pas devenus si fragiles. Certes l’islam lui-même est profondément en crise, Daech n’étant que le symptôme le plus grave d’un cancer de civilisation qui prolifère à peu près partout sur le corps de l’Oumma.Cela, une majorité de musulmans refuse encore de l’entendre, même si d’autres – surtout des femmes et ce n’est pas un hasard – me disent qu’enfin quelqu’un ose crever l’abcès. Cette surdité volontaire, cependant, est actuellement la chose du monde la mieux partagée. Car l’Occident éprouve lui aussi les pires difficultés à actualiser sa conscience de soi, c’est-à-dire en l’occurrence à accepter de voir cette réalité en face: ses idéaux magnifiques et indispensables, synthétisés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, ne suffisent plus à produire des sociétés justes mais laissent exploser toutes les inégalités; et ces mêmes valeurs ont perdu toute force d’attraction, de conviction, d’entraînement dans le reste du monde, à commencer du côté de l’islam. L’Occident n’a plus les moyens d’être ce « cap » de l’humanité dont Jacques Derrida parlait naguère.Il ne s’agit pas pour autant de renoncer à ces fameuses valeurs. Mais de toute évidence, il faut maintenant qu’elles soient régénérées au fondement par la contribution de tous les héritages humanistes d’Orient, afin que désormais l’Occident ne soit plus laissé à l’illusion qu’il peut « fabriquer de l’universel tout seul » pour l’imposer tel quel à la planète. Dans cette perspective, nous devons comprendre que l’islam n’est pas notre ennemi, ni seulement le « révélateur » de notre impuissance nouvelle. Il est celui qui, à travers la conviction farouche de ses fidèles, nous interpelle sur le plan spirituel. Ses barbares djihadistes eux-mêmes, en ce qu’ils remettent au centre du débat planétaire la question du nœud gordien entre la violence et le sacré, nous convoquent à un sursaut d’ordre spirituel.chappatte
 

Donner à chaque être humain les moyens de cultiver sa propre part d’infini

 
Tout cela nous somme de reconnaître que nous sommes engagés avec la civilisation islamique dans le même défi crucial: trouver une vie spirituelle qui fonde l’univers éthique et politique des droits de l’homme. Nous devons chercher avec elle de nouvelles voies pour actualiser « ce qui en l’homme passe l’homme », comme disait Blaise Pascal. C’est-à-dire? Non pas quelque chose de vague comme une « spiritualité » mais une vision de nous-mêmes qui nous élève au-dessus de notre ego ordinaire et de ses besoins matériels, pour faire justice à nos aspirations les plus hautes: l’aspiration personnelle à nous accomplir au sommet de nos possibilités, l’aspiration collective à axer l’ordre social sur la possibilité offerte à tous d’entreprendre cette quête spirituelle. Donner à chaque être humain les moyens de cultiver sa propre part d’infini: tel est aujourd’hui ce qu’aucune de nos civilisations ne sait plus prendre en charge mais qu’elle laisse à l’abandon, livrant les uns à une terrible solitude dans leur quête, et tous à une inculture spirituelle qui expose les plus fragiles aux séductions du djihadisme!

L’islam? Avec son sacré rigidifié dans le dogmatisme et le formalisme wahhabite, il est le frère en miroir de notre Occident au sacré dilué dans le relativisme et le désenchantement généralisé

Même là où le religieux fait son retour comme palliatif, l’homme contemporain n’a plus d’accès à son droit spirituel, d’essence métapolitique. C’est la tâche aveugle du système des droits de l’homme – cet ensemble de droits politiques et sociaux au centre desquels ne se trouve aucune idée de la transcendance qui habite le cœur de l’être humain. La modernité a entraîné, puis fait s’accélérer sans cesse, une telle mutation de la condition humaine que se sont effondrées toutes les grandes images religieuses et philosophiques qui avaient servi pendant des millénaires à nourrir notre conscience spirituelle de nous-mêmes et de notre place dans l’univers. Elles n’ont pas été remplacées par des idéaux de liberté d’expression et d’égalité sociale qui sont nécessaires, mais qui ne concernent en nous que l’animal politique et en aucun cas l’animal métaphysique.
 

Absence de vision spirituelle

 
Notre crise majeure n’est ni économique, ni financière, ni écologique, ni sociopolitique, ni géopolitique: c’est une crise spirituelle d’absence radicale – dans les élites et dans les masses – de vision d’un sublime dans l’homme qui serait partageable entre tous, athées, agnostiques, croyants.Et s’il y en a un, voilà le vrai visage du totalitarisme aujourd’hui: la conspiration terrible, tyrannique et secrète de toutes les forces intellectuelles et sociales qui condamnent l’être humain à une existence sans aucune verticalité.

L’islam? Avec son sacré rigidifié dans le dogmatisme et le formalisme wahhabite, il est le frère en miroir de notre Occident au sacré dilué dans le relativisme et le désenchantement généralisé – deux manifestations souffrantes et impuissantes d’un même aplatissement ou effondrement sur lui-même de l’humain.

Ici en France, une laïcité mal comprise nous a fait expulser hors du champ public toute recherche en commun d’un souverain bien spirituel… Or, cette laïcité est une chance, si aujourd’hui nous nous en saisissons pour chercher tous, avec nos musulmans, dans le respect et la compréhension mutuelle, ce qui en amont de la dignité de la personne humaine la fonde spirituellement.

Pour aller plus loin:

Article paru dans Le Monde du 28 octobre 2015

Et vous qu’en pensez-vous ? faites en nous part dans les commentaires.



'Quel est le plus grand danger ? L’Islamisme ou le vide spirituel occidental ?' have 33 comments

  1. 4 novembre 2015 @ 16 h 20 min Coutras

    bonjour . Merci pour l’intelligence et l ouverture du Coeur de cet article . Ce que je ressentais au fond de moi vous l avez magnifiquement exprimé !

    Répondre

    • Yoganova

      4 novembre 2015 @ 16 h 27 min Yoganova

      Coucou! C’est gentil mais c’est l’auteur, le philosophe Abdennour Bidar qu’il faut remercier. Nous ne faisons que relayer son texte que nous trouvons d’une grande justesse. Nous sommes ravis qu’il vous ai touché aussi.

      Répondre

    • 24 novembre 2015 @ 7 h 21 min Marcel Paton

      Cela fait long temps que, individuellement, des personnalites au talent indeniable abordent le sujet de la Laicite et qu ‘il n’en sort Rien.
      Sharon meehan et Marcel Paton ont aborde ce sujet sur Facebook inspire par une literature modernisee abondante pour qui veut la chercher ou elle se trouve: chez les Maitres et citoyens en quete de cheminement spirituel. On ne trouvé pas cela dans la presse de tous les jours.
      Pour qui est interesse nous avons des formules qui nous ont ete suggere principalement par des erudits ou des gens vivants. Il y a une part traditionnelle bien sur.
      Je m’arrete la du fait de problemes techniques avec l’ordinateur que j’utilise et qui me fait faire des erreurs.

      Répondre

    • 25 novembre 2015 @ 23 h 28 min Marcel Paton

      Il ne fait aucun doute que cet article est remarquable eu indiscutablement ‘vrai’.
      Aucune administration ne va prendre en charge de faire suite avec des actions positives car elles sont là cause des problèmes sociaux mentionnés ici.
      La seule solution est dans l’action immédiate de ceux et celles qui sont d’accord avec cette approche. Il faut agir et exprimer ses conceptions en les vivant le plus possible et en essayant de les intégrer toujours plus.
      Le mâle dominant ne doit pas être remplacer par la femme dominante, mais une prise de conscience neutre des rapports humains doit prendre place en théorie et en pratique.
      Une religion qui encourage l’existence du principe du mâle dominant ne contribue pas à la paix dans le monde.
      Il faut créer et promouvoir un ‘supermarché’ de valeurs dans lequel chacun puisse se servir et s’ exprimer ce qui veut dire encourager l ‘ utilisation de Facebook ainsi qu’un ‘mode d’emploi’ visant à une utilisation individualisée.
      Un texte génial comme celui ci n’est lu et compris que par ceux et celles qui sont déjà d’accord.
      Je vous encourage dans ce que vous faites. Nous sommes d’accord. Comment encouragez vous ceux et celles avec qui vous êtes d’accord? Savez vous aller au delà des clivages sociaux et culturels.
      Si on se réfère toujours à des textes anciens bien écrit, cela veut dire que le plaisir de lire et d’écrire passe avant la réalisation des concepts mentionnés. Pour changer les autres, il faut changer soi mêmes. La plus grande appreciation se porte sur nos actions et l’accessibilité que l’on donne à nos propos.
      Les textes sages anciens n’ont pas été intégré ce qui veut dire que le monde est pris dans une crise cyclique continuelle.
      Mon bonheur se trouve dans la construction que j’ai faite de mon individualité.
      Merci encore pour votre texte et j’espère que beaucoup verrons plus loin que le fait que c’est bien écrit car c’est une façon de dire: « bon travail, continuez! « . La satisfaction des bons mots passe souvent avant l’action et on s’ endort dans les bibliothèques.

      Répondre

  2. 4 novembre 2015 @ 17 h 39 min Edouard

    Très bon article, juste et touchant, la conclusion est édifiante : la société court à sa perte tant qu’elle ne priera plus, qu’elle confondra dogme et spiritualité, laïcité et spiritualité ! Bon boulot Yoga Nova !

    Répondre

    • Yoganova

      4 novembre 2015 @ 19 h 04 min Yoganova

    • Merci ! Mais nous n’avons pas grand mérite.
      En tout cas ce texte offre un point de vue original sur la question de la laïcité et de l’Islam en mettant le doigt sur le point fondamentale: l’extraordinaire désert moral et spirituel qu’est devenu l’Occident.
      Il ne me semble pas que les « saintes » valeurs de la république dont on nous vante les mérites à longueur d’antenne puissent remplacer à terme une spiritualité véritable. Nous sommes en train de nous en rendre compte petit à petit.
    • Répondre

  • 25 novembre 2015 @ 23 h 35 min Marcel Paton

    Il ne s’ agit pas pour la République de remplacer les Droits de l’Homme par spiritualite et religions mais d’encourager chacun a faire son propre travail de recherche.
    Il faut parfois encourager l’utilisation de méthodes et principes qui sont vus, à tord, comme étant religieux ou spirituesl alors qu’il peuvent être considérés comme des outils d’expansion individuelle.

    Répondre

  • 6 novembre 2015 @ 10 h 54 min Jean Christophe

    Bon sans rentrer dans le detail de ce prechi precha voilé de philosophie que nous connaissons bien aussi en occident depuis des millennaires que l’on nous dit qu’il faut absolument aller prier. C’est quoi le message de la photo du titre et de la conclusion? Que l’islam va nous apporter la lumiere? Que les sentences du prophete nous manquent cruellement? Que l’Islam représente l’orient et la recherche spirituelle?

    Répondre

    • Yoganova

      8 novembre 2015 @ 10 h 17 min Yoganova

      Bonjour Jean Christophe. Je ne crois pas que nous ayons la même interprétation du texte. Pour moi c’est une analyse assez fine de ce qu’il se passe dans notre pays, où l’Islam vient remplir un vide dans le désert spirituel qu’est devenu l’Occident. Je ne crois pas que le message de l’auteur est particulièrement favorable à l’Islam d’ailleurs, c’est plutôt un avertissement.
      D’ailleurs cette phrase tirée du texte l’exprime assez bien: « L’islam? Avec son sacré rigidifié dans le dogmatisme et le formalisme wahhabite, il est le frère en miroir de notre Occident au sacré dilué dans le relativisme et le désenchantement généralisé ».
      Et vous quelle analyse faites vous de ce texte et plus généralement de la progression de l’Islamisme dans notre société?

      Répondre

  • 8 novembre 2015 @ 13 h 47 min Jean Christophe

    Bonjour, disons que j’aime bien les sélections de yoganova pour sa liberté de pensée et son impertinence sur les gourous le new age, le yoga, le tantra, cela témoigne d’un chemin parcouru déjà bien digéré. L’article sur les asanas qui seraient en partie venues de la gymnastique danoise fut pour moi une vraie découverte. Mais quand nous voilà sur un sujet un peu plus explosif, on préfère le papotage convenu sur les subtilités théologiques moyen-orientales de qui détient le vrai Islam ???
    Il suffit de voyager en occident pour y voir la religion partout , en Amérique du Sud en Amérique du Nord en Afrique en Europe du Sud en Pologne, voyez comment en Russie et même en chine la religion à refleuri à foison après son élimination. Aux états unis il est impossible de ce faire élire président si l’on ne se déclare pas croyant ! Finalement suite aux philosophies des lumières il n’y a qu’en Europe du Nord et en France où l’on était affranchi des religions, enfin presque (l’église est encore capable de mettre des millions de personnes dans la rue pour l’enseignement catholique). Oui les gens ont besoin d’une communauté religieuse et les immigrants musulmans ont évidement amené la leur, mais bon… La seule révolution ou explosion authentiquement spirituelle qui déferle sur l’occident contemporain ce sont les Upanishads et le yoga (qui ne s’est pas soumis un jour ou l’autre à la zen attitude:-) ). Et cela n’a pas fini de faire des vagues peut-être même qu’en dehors de sa conversion Guenon avait raison.
    Les Jyvamukti n’ont pas besoin de religions.

    Répondre

    • 9 novembre 2015 @ 0 h 18 min Jean Christophe Autissier

      Petite précision, je m’apercois que le terme Jivamukti sur google est completement happé par le studio de yoga de New York. J’ai juste voulu employer ce nom sanskrit que l’on trouve dans les upanishads pour désigner « les libérés vivants ».

      Répondre

      • Yoganova

        9 novembre 2015 @ 13 h 17 min Yoganova

        Je pense que les lecteurs avaient rectifié d’eux mêmes ! Par contre que des concepts spirituels appartenant à l’humanité se trouvent de fait privatiser par telle ou telle école va sans doute devenir un problème dans le futur.

        Répondre

        • 10 novembre 2015 @ 0 h 46 min Jean Christophe Autissier

          Ou bien les organisations, les sectes et les religions de l’humanité ont toujours dynamisé les échanges intellectuels et la ferveur des fidèles vers le grand inconnu 😉

          Répondre

  • 14 novembre 2015 @ 13 h 29 min David Dubois

    Mais oui, bien sûr, c’est évident : l’Occident est décadent… Viles occidentaux pervertis par la diabolique Modernité ! Comme vient de le déclarer Daech dans sa com de revendication : « Nous avons visé des lieux de débauches ». Mais heureusement, l’islam est là, et le feu d’Allah purifie l’Occident !
    Trêve de (mauvaise) plaisanterie.
    L’islam c’est la mort.
    Aussi simple que cela.
    Aussi sérieux que cela.
    Aussi dur que cela.
    C’est la guerre. La guerre du sang et des mots.
    La guerre pour la survie de nos familles et de nos valeurs.
    S’il y a une décadence de l’Occident, c’est celle de ceux qui mollissent face à l’islam, ceux des poltrons savants qui justifient ces horreurs, d’une manière ou d’une autre, ceux qui font le lit du fascislamisme, celle du relativisme de droite comme de gauche.
    Vive la République !
    Vive la France !
    Vive la vie !
    Debout, pour la liberté !

    Répondre

    • Yoganova

      14 novembre 2015 @ 19 h 18 min Arnaud / Yoganova

      Bonjour Monsieur Dubois. On peut comme moi, penser très honnêtement et en s’accordant pour cela à des traditions respectables , que nous sommes dans le plus total désarroi en terme de valeur sans nécessairement devenir un allié des barbares qui ont perpétré les horreurs de la nuit dernière.
      Je pense que comme la nature l’esprit humain a horreur du vide et que le désert moral et spirituel qu’est devenu notre société ne peut que créer un appel d’air pour les sectes et les fanatismes en tout genre.
      Ajoutez à cela le manque total de repère identitaire d’une société qui cache son angoisse sous la vague philosophie un peu fourre tout du « vivre ensemble » et la fin d’un modèle économique qui a apporté la prospérité pendant 50 ans mais qui semble à bout de souffle et vous avez là tous les ingrédients pour que ce désarroi dégénère.
      Vous dites que c’est la guerre et j’espère que vous avez tort car si c’était la cas ce serait d’une guerre civile dont il s’agirait. C’est certainement le pire que nous puissions souhaiter à notre pays et à nos enfants.

      Vous dites aussi que l’Islam c’est la mort et je ne peux pas, après avoir longtemps vécu en terre musulmane être d’accord avec vous.
      Comme je suis en désaccord avec les ignorants qui répètent comme un mantra le naïf « l’Islam c’est la paix » en démontrant ainsi leur ignorance de l’histoire de cette religion.
      L’Inde est bien placée pour en parler, elle qui a vu disparaître les grands monastères bouddhistes et les temples tantriques dans les invasions musulmanes du 12 ème siècle.

      C’est que l’Islam c’est un continent avec ses différences,ses grandeurs, ses faiblesses,ses particularités régionales et ses lignes de tension. L’Islam c’est Mahomet, le petit et le grand Djihad, la guerre sainte mais c’est aussi Hafiz, Rumi, leurs poèmes et leur soif d’amour.
      Pour moi Daech est un signe de plus de la décadence moderne, décadence qui touche aussi bien l’Islam et les musulmans que les valeurs traditionnelles de l’Occident. Il n’y a qu’a s’intéresser aux profils intellectuels et psychologique de nos chers Djihadistes pour s’en rendre compte.

      De plus il me semble que pour faire la guerre à quelqu’un il faut de fait le « chosifier », le réduire à quelque chose que l’on considère odieux. On racontait à la génération de mes arrières grands parents que les allemands puaient comme des bêtes et mangeaient les cadavres des enfants.
      C’est exactement ce que font les fanatiques de Daech et je ne peux m’empêcher de penser que si des gens comme nous qui avons une certaine culture et qui sommes dans une quête de vérité tombons dans le piège de la « reducto as barbarus » alors c’est que le futur s’annonce bien sombre.

      D’ailleurs si comme vous le pensez, nous sommes en guerre et bien permettez moi de vous rappeler que nous sommes du coté du manche plutôt que du coté du gourdin. Nous autres occidentaux possédons la quasi-totalité des armes, des moyens d’espionnage, le renseignement et les sources de financement nécessaire pour la gagner. Nous les avons d’ailleurs largement utilisé dans les pays musulmans par le passé, souvent pour des motifs mensongers rappelons le.

      Ce n’est pas les quelques milliers de barbus dans le désert Syrien et Irakien qui devraient nous inquiéter et si les pays occidentaux le voulaient vraiment Daesh serait exterminé en quelques jours. Mais peut-être que d’avoir des ennemis aussi odieux, idiots et finalement assez faibles arrangent nos petites affaires. Le terrorisme est d’ailleurs « toujours » l’arme des faibles, les forts ont des moyens bien plus puissants pour arriver à leur fin.
      Je pense que cette précision est importante pour bien remettre les choses dans leur contexte.

      Dans tous les cas, mes prières vont vers les victimes d’hier soir et plus largement toutes les victimes de la barbarie de l’homme, fruit de son ignorance fondamentale. Puisse tout le monde trouver la paix.

      Répondre

  • 14 novembre 2015 @ 22 h 23 min Marie

    Merci infiniment Yoganova pour cette réponse d’une grande intelligence et surtout d’une profonde humanité. Vous avez su trouver les mots, sans qu’aucun ne manque ou ne soit de trop. Oui, merci de tout coeur pour cette réponse. La seule réponse, selon moi.
    Comment peut-on réduire tout un peuple à la barbarie de quelques-uns qui sont ultra-médiatisés pour la terreur qu’ils sèment, tandis que sont laissés dans l’ombre tous ceux qui déplorent autant que nous le fait que le nom de Dieu soit associé à un tel anéantissement alors que celui-ci n’est qu’Amour créateur ?
    Alors quoi ? Œil pour œil, dent pour dent ? La revanche et la haine sont de dangereux boomerangs qui risquent de faire souffrir leurs lanceurs bien davantage que leurs cibles…
    Il ne s’agit pas de minimiser des faits qu’il serait grave de banaliser. Simplement, n’oublions pas que nous réduire à déverser des limbes d’aversion et des affres de rage reviendrait à nous condamner nous-mêmes en nous plongeant dans les ténèbres d’un obscurantisme, certes d’un autre ordre que celui qui est dénoncé, mais qui ne demeure pas moins être de l’obscurantisme.
    Croyons plutôt en la beauté de l’Humanité qui aura la Sagesse de se relever de ses cendres autrement que par les cris et les pugilats, autrement qu’en se polluant la bouche et se salissant les mains, autrement qu’en laissant son cœur être rongé et pourri par un cimetière de ronces et d’épines.
    Lorsqu’il est impossible de comprendre… que nous reste-t-il d’autre que de croire ?
    Nous n’avons pas un trop petit niveau pour envoyer nos pensées et nos prières aux victimes, à toutes les victimes, celles des actes subis hier ainsi que toutes les autres victimes, passées et présentes et espérant de tout notre cœur qu’un jour béni, il n’y en ait plus à venir.
    En ce qui me concerne, je destine aussi toutes mes pensées et mes prières à ceux (et celles) qui nourrissent la haine dans leur cœur, quelle que soit la forme que cette haine prend (dès lors qu’elle est ne serait-ce que pensée ou ressentie, cette haine existe déjà). Je prie pour eux (et elles) car finalement ce sont peut-être ceux (et celles) pour lesquel(le)s il est le plus nécessaire de prier. Afin que leur cœur puisse se purifier des lambeaux de sauvagerie qui les poussent au pire. Afin que leur conscience puisse s’éveiller. Afin que leur coeur soit délivré des épais barreaux qui l’emprisonnent. Et afin que la Lumière de l’Amour que ces barreaux recouvrent puisse triompher.

    Répondre

  • 15 novembre 2015 @ 0 h 46 min Jean Christophe Autissier

    Qu’est-ce qui se joue? Depuis 2001 l’Islamisme radical a remis le religieux au centre du débat politique international. Les Occidentaux à qui l’on peut tout reprocher, mais pas de ne pas battre leurs coulpes régulièrement avec plus ou moins d’assiduités selon leurs histoires et leurs pays respectifs se retrouvent confrontés ses vraies valeurs millénaires dont ils auraient bien voulu pouvoir se passer.
    Après la déconstruction et table rase faite du passé, nous nous sommes engouffrés dans le « progrès » qui nous aurait apporté des matins qui chantent.
    Nous y voilà presque maîtres d’un monde aux bords de son effondrement! Pas facile à gérer seuls! Nous savons tous sur ce site que la solution viendra par l’ouverture au monde, mais surtout de l’intérieur où les surprises y sont toujours de taille. La première étant que confronter aux périls, les valeurs qui ont forgé en profondeur nos sociétés vont réappararaître sous un nouveau jour, toujours aussi nobles et vigoureuses.
    Notre planète sous l’effet de la science, des transports et des moyens de communication est devenue toute petite et les événements tous imbriqués les uns dans les autres. Que va-t-il sortir de tout cela? Prophète qui pourrait le dire, même si des djihadistes tentent d’imposer leurs petites idées sur la question.

    Répondre

  • 15 novembre 2015 @ 11 h 23 min David Dubois

    Vous me faites dire ce que je n’ai pas dit, vous me faites dire ce que je n’ai pas même pensé.

    On peut être tolérant et faire la guerre, sans réduire son ennemi à un barbare. Je n’ai jamais dit que l’islam était barbare. J’ai dit que l’islam était un poison mortel. Et je le redis. Et je répète qu’attaquer l’islam, ce n’est pas attaquer une race, ni un peuple, ni une ethnie, mais bien une communauté idéologique. Ce sont les idées qu’il faut combattre. Pas les personnes, même s’il est difficile de séparer les deux. Mais ce n’est pas une raison pour raison les bras croisés en se servant de creux sermons.

    Vous évoquez Roumi et Hafez. Mais quel rapport avec l’islam ? Ces génies appartiennent-ils à l’islam ? Ou sont-ils apparus malgré l’islam ? Que doit Hafez au Coran et aux atrocités commises par Mahomet ? Rien. Que doit Hafez aux cultures perses et helléniques ? Tout. Combien de fois ai-je entendu des iraniens manifester leur amertume face à l’islam et ses ravages sur leur civilisation millénaire, et revendiquer l’origine perse de Hafez, contre l’impérialisme arabe. Propos que j’ai souvent entendu, du reste, aussi bien dans la bouche de maghrébins…du moins quand ils étaient en mesure de s’exprimer sans crainte des représailles. On dit que le terrorisme n’a rien à voir avec l’islam, mais que les gentils soufis sont le véritable islam. Mais tout prouve le contraire : les gentils soufis n’ont rien à voir avec l’islam. Le terrorisme est le véritable islam.

    L’Occident ? Un désert moral et spirituel ? Vous plaisantez ! La France est le pays le plus riche moralement que j’ai jamais visité. Une nation débordante de vie sociale, un tissu associatif d’une densité sans comparaison, des centaines de milliers d’anonymes qui agissent au quotidien, une vie intellectuelle digne de ce nom, des livres publiés chaque jour, un niveau d’éducation qui reste excellent, un patrimoine fabuleux et vivant, qui passionne les foule… La France et l’Europe restent le centre de la vie spirituelle du monde. A contrario, peut-on citer un pays à majorité musulmane qui soutienne la comparaison ? L’Arabie Saoudite ? Le Pakistan ? L’Iran ? Quelle blague ! L’islam passe, les cultures trépassent. Demandez aux Indiens, aux Grecs, aux Juifs, aux Perses, aux Indonésiens, aux Égyptiens, aux Kabyles…

    Quant à la Modernité, elle est le joyaux le plus précieux de l’humanité. Que serions-nous sans les Droits de l’Homme ? Sans l’égalité entre hommes et femmes ? Sans les valeurs universelles de liberté, d’égalité, de fraternité ? Que serions-nous sans la République ? Que serions-nous sans la raison ? Que deviendrions-nous sans la foi dans le progrès ?

    Il est facile de se draper dans des discours de déni de soi et de la réalité, au nom de valeurs spirituelles. Si facile… Dieu sait combien j’aimerais pouvoir me blottir dans ce confort-là ! Mais la réalité est dure. Pas toujours. Parfois. Violente. Amère. Âpre. Au goût de sang. Il est alors tentant de sombrer à une forme de variante du syndrôme de Stockholm – « finalement, ils ne sont pas si méchants, et puis, il faut les comprendre, on leur a fait tant de mal, c’est notre faute » – mais non. Je ne choisi pas cette facilité. Quitte à être pris pour ceci ou cela. Quitte à perdre ma réputation. L’avenir de nos enfants passe d’abord.

    Répondre

    • 15 novembre 2015 @ 23 h 00 min Jean Christophe Autissier

      Bonsoir David Dubois, ce viril cri du coeur ira droit aux coeurs comme le mien qui se lassent d’entendre toujours les mêmes ritournelles sur notre notre supposée infériorité spirituelle comme une réponse en miroir adressée à des colons dominateurs. Je ne pense pas que cela entache votre réputation surtout que vous seriez pas avance excusé d’avoir réagi sous le feu de l’action qui à fauché à Paris nombre d’entre nous et blessé les consciences à travers le monde.
      Mais dans ce contexte et comme nous sommes sur Yoganova il serait peut-être bon de rappeler où préciser votre pensée sur la foi dans le progrès qui est traditionnellement celui du salut et de la connexion de l’être avec le divin.

      Répondre

    • Yoganova

      16 novembre 2015 @ 10 h 50 min Yoganova

      Bonjour, tout d’abord veuillez me pardonner si je vous ai fait dire ce que vous n’avez pas dis, ce n’était pas mon intention.
      Admettez tout de même que votre message était suffisamment lapidaire pour être mal interprété.

      Je voudrais juste revenir sur Hafiz et Rumi et plus généralement sur la vision que vous avez de l’Islam. Dire que ces deux génies sont apparus en dépit de l’Islam est, je pense, quelque peu réducteur même si vous avez raison sur l’apport gréco-perse.

      Pour vous expliquer la source de mon désaccord, je ferai un parallèle avec le Christianisme. Je connais des personnes qui ont une vision très noire de cette tradition. Rien ne trouve grâce à leurs yeux quand on parle de l’histoire Chrétienne, tout est résumé, réduit à la chasse aux sorcières, l’inquisition, les croisades, les bûchers cathares et j’en passe.
      Ce n’est pas à vous que je vais apprendre qu’il y eu des mystiques exceptionnels, des saints et des penseurs de très haute volée dans les presque deux milles ans d’existence de la chrétienté. Il y a aussi eu des périodes sombres, des procès d’inquisition, des croisades où au nom de Jésus on s’en ai allé trucider les infidèles. Tout cela fait-il du christianisme une religion de mort, une philosophie morbide et répugnante dont le but finale est la fin de l’humanité ? Je ne le crois pas.

      Il me semble qu’il en va de même avec l’Islam, je maintiens ce que j’ai dis dans mon message précédent, c’est un continent avec des facettes lumineuses et sombres mais qui ne peut être résumé en un « tous-pourris » réducteur.
      Rappelons tout de même que les chrétiens et les juifs ont longtemps vécu en terre d’Islam ( sous un statut particulier il est vrai) alors que l’inverse a longtemps été impossible.
      Rappelons par exemple que Mehmet 2 le vainqueur de Constantinople laissera une liberté totale aux moines chrétiens du Mont Athos. Là aussi la réciprocité était absolument impensable. Je pourrai faire une liste longue comme le bras de ce genre d’exemple qui démontrent qu’il y a longtemps une plus grande tolérance religieuse et philosophique en terre d’Islam qu’en terre Chrétienne.
      Je dis cela sans tomber dans le piège de la repentance, je n’ai aucun gout à mettre à mal la tradition dans laquelle je suis né pour rehausser l’image d’une religion exotique,ce sont juste des faits.

      Revenons à Rumi qui d’après vous ne doit rien à l’Islam. N’a t’il pas vécu et n’est-il pas mort en musulman ? N’était-il pas un juriste, savant et théologien musulman réputé et reconnu ? Qu’est ce qui peut bien vous faire dire qu’il ne l’était pas en dehors du fait que son message ne correspond à VOTRE vision de l’Islam ? Les saints soufis font partie intégrante de l’Islam comme Saint François d’Assise du Christianisme que certains extrémistes wahhabites soient d’accord ou pas ne change rien à l’affaire.

      Je prends note que vous refusez tout début d’explication politique du phénomène du terrorisme et je dois vous avouer que je le déplore. Venant d’un esprit aussi fin que le votre cela m’étonne. Car enfin, comment renier que la politique occidentale au moyen-orient déstabilise la région depuis bien longtemps ? Je voudrais simplement rappeler les deux guerres du golf (dont une déclarée sur un énorme mensonge), la mise à mort du régime Libyen ne laissant qu’un chaos dans ce pays autrefois si riche, le double jeu des occidentaux dans les affaires syriennes avec le soutien du front al nostra par la diplomatie française et américaine. Je ne vais même pas insisté sur les dix ans d’embargo occidentale sur l’Irak qui ont fait, d’après l’ONU un million de morts, principalement des enfants et des nouveaux nés.. Je pourrais continuer cette liste indéfiniment. Les morts se comptent par millions, et les décombres encore fumant de Bagdad, de Mossoul et de Gaza sont comme des verrues sur la si bonne conscience occidentale. Comment pouvez vous refuser de voir cela ? Comment ne pas voir que la souffrance engendre le besoin de la rendre. D’ailleurs n’est ce pas votre cas en ce moment même ? N’avez vous pas envie de vous venger des horreurs perpétrées vendredi dernier ?

      Dans les dernières lignes de votre message, vous parlez de déni de soi et de la réalité au nom des valeurs spirituelles et vous avez raison la tentation est grande de se planquer derrière un verbiage et une philosophie « bisounours ». Ce n’est pas du tout mon cas, je connais trop l’histoire pour cela et je sais qu’elle est souvent tragique comme les événements de Vendredi commencent à nous le rappeler. Croyez bien que si demain une coalition internationale s’en allait détruite Daech je n’irai pas pleurer bien au contraire. Mais j’en doute voyez vous, je pense que ce sont des adversaires trop odieux, trop idiots pour que l’on s’en débarrasse totalement. C’est que c’est très utile des ennemis !

      Pour finir, laissez moi vous rassurer par rapport à votre réputation, vous ne prenez pas trop de risque. J’ai eu le courage d’ouvrir la télévision et je peux vous garantir que vous n’êtes pas seul, les politiques et les commentateurs de tout poil ne parlaient que de guerre…Vous n’êtes donc pas isolé. On peut même penser que d’ici peu parler de paix sera totalement inaudible et je ne crois pas que ce soit une bonne nouvelle pour notre pays, sa culture et pour nos enfants.
      D’ailleurs que préconisez-vous ? Quelles mesures devrions nous prendre pour se débarrasser de ce danger qu’est, d’après vous, l’Islam ?
      Mes questions sont sans malice, je m’inquiète tout comme vous de la tournure que prennent les événements et de ce que cela implique pour mon pays et j’apprécierai de vous lire sur ce sujet.

      Répondre

      • 16 novembre 2015 @ 22 h 08 min Nagesh

        Yoganova, permettez-moi de vous dire que cet article est complètement déplacé, le titre provocateur est en plus absolument erroné dans son questionnement
        Je ne vais pas rentrer dans une discussion sur l’Islam car ce n’est pas le lieu pour cela; mais je considère également l’Islamisation de nos sociétés comme un grand danger dont nos dirigeants dans un attentisme béat ne mesurent en rien le danger ainsi que le Grand Remplacement qui est amorcé pour les sociétés Européennes. N’oubliez pas que dans le Coran le mot Amour n’est cité que 10 fois ! Et certainement pas l’amour du prochain on s’en douterait facilement… En fait, et sans être précis je le regrette, un membre d’un forum précisait que ce danger d’Islamisation du monde avait été annoncé dans une écriture ancienne de l’Inde, je ferais une recherche et je vous en dirais plus… Il faut savoir que la 3ème guerre mondiale est commencée et que les terroristes de DAESH sont dans une logique de fin du monde, un journaliste allemand infiltré dans ce milieu nous prévient qu’ils envisageraient d’utiliser la bombe nucléaire pour éliminer les 500 millions d’Européens. Cela paraît incroyable, mais malheureusement avec des individus pareils on peut s’attendre à tout car leur haine est tenace et ne s’arrêtera jamais depuis qu’elle a commencé avec la naissance de Mohammed que les Maîtres de Sagesse considèrent comme un imposteur. Certes, la Chrétienté a aussi du sang sur les mains, mais admettons tout de même qu’il s’agit maintenant d’une époque ancienne et révolue..

        Répondre

        • Yoganova

          24 novembre 2015 @ 10 h 48 min Yoganova

          Bonjour Naguesh, permettez moi de ne pas être d’accord avec vous sur la place de cet article sur Yoganova. Il me semble qu’il offre un point de vue équilibré et un peu différent de ce que l’on entend de partout en ce moment.
          De plus son auteur est d’origine musulmane, non pratiquant, philosophe et écrivain, il a donc une connaissance approfondi du monde Islamique et Occidentale, ce qui lui donne une certaine crédibilité. On peut partager son point de vue ou pas mais l’article a pleinement sa place sur le blog.
          En revanche je comprends que les attentats récents puissent créer des réactions épidermiques chez certains de nos lecteurs dès qu’il s’agit d’Islam.
          Je suis d’ailleurs preneur si vous retrouvez ce vieux texte indien qui mentionnerait les dangers de la religion de Mahomet.
          Sinon vous faites allusion au grand remplacement et il me semble que vous touchez une corde sensible. Ne serait ce pas là le vrai problème ? Une politique migratoire totalement inconséquente et chaotique qui a changé radicalement le visage de la France en moins de quarante ans ?
          On a d’ailleurs tout fait pour qu’il n’y ai pas de débat autour de ces questions à grand coup d’accusation de racisme et autre.Encore maintenant il est bien difficile d’en parler sans marcher sur des œufs…
          Bref le sujet est complexe mais je ne crois pas que ce soit en « essentialisant » l’Islam comme fondamentalement ennemi de la sainte « raison » et des « valeurs » républicaines que nous allons régler nos problèmes au contraire. Nous avons fais venir des millions d’immigrés musulmans et maintenant nous nous étonnons qu’ils le restent (musulmans) et qu’ils ne se soient pas « dissous » dans le modèle laïque et républicain.
          Comme le disait Bossuet: « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». C’est tellement vrai.
          Accuser l’Islam et uniquement l’Islam c’est faire l’économie d’un débat bien plus large dont nos chers dirigeants ne veulent visiblement pas.
          Peut-être qu’ils n’aimeraient pas que le bon peuple connaissent leur responsabilité dans notre situation actuelle.
          Un ennemi odieux et idiot comme ces jeunes djihadistes en perdition c’est tellement plus pratique.

          Répondre

          • 24 novembre 2015 @ 15 h 27 min Nagesh

            Bonjour yoganova

            Franchement je trouve cet article franchement nauséeux et on pourrait le découdre à chaque phrase tellement il martèle une sorte d’apologie déguisée de l’Islam qui serait tellement utile à l’Europe et la France considérées presque comme nations débiles…. ben voyons…

            Que ce soit dit clairement, l’Islam est la pire des religions et y souscrire c’est proférer inévitablement un langage de haine et d’intolérance.

            Coran Sourate 8:

            7. (Rappelez-vous), quand Allah vous promettait qu’une des deux bandes sera à vous. « Vous désiriez vous emparer de celle qui était sans armes, alors qu’Allah voulait par Ses paroles faire triompher la vérité et anéantir les mécréants jusqu’au dernier .

            12. Et ton Seigneur révéla aux Anges : « Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les coeurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts. (décapitation et mains coupées)

            13. Ce, parce qu’ils ont désobéi à Allah et à Son messager. » Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager… Allah est certainement dur en punition!

            14. Voilà (votre sort); goûtez-le donc! Et aux mécréants le châtiment du Feu (sera réservé).

            18. Voilà! Allah réduit à rien la ruse des mécréants.

            http://islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/8.html

            etc etc etc on pourrait faire une étude exhaustive du Coran pour mettre en lumière la dangerosité de ce texte mais le lieu ne s’y prête pas.

            Si je suis absolument contre la publication de cet article, je souscris néanmoins au constat alarmant que vous faites yoganova dans votre message.

            Il faut que vous compreniez yoganova que les musulmans utilisent une tactique appelée Al-takia. Peut-être que l’article que vous avez fait paraître ici relève de cette tactique d’ailleurs. Il faut toujours connaître la psychologie de l’ennemi afin de le combattre.. Je vous invite tous à en prendre connaissance ici:

            http://trinite.1.free.fr/vos_infos/Al-Takia.htm

          • 24 novembre 2015 @ 21 h 37 min Marcel Paton

            Tant que l’on considère que le sujet est l’islam, tant que l’on défend le fait que la France est terre Chrétienne, on ne parvient à rien.
            Il me paraît simple et évident qu’il faut remplir le vide spirituel de l’occident ou ‘d’autres’ vont piétiner dans ces zones inoccupées.
            Une tâche commune revenant aux personnes intéressées par ce débat serait de donner une conscience à la laïcité. Il est clair que les Droits de l’Homme ne parviennent plus à contenir les interactions humaines. Il devient indispensable de changer le contexte et de redonner au monde occidental une image démocratique qui est entrain de se perdre. Je souhaite une bonne journée aux lecteurs de ce texte.
            Associer images et textes est une bonne façon de faire apprécier des points de vue.

  • 25 novembre 2015 @ 11 h 00 min Nagesh

    Personne ne se plaint qu’il y a un vide spirituel en Occident. Tout simplement parce que la majorité de la population se satisfait d’une vie matérielle prospère, facile et basée sur la recherche de plaisirs divers. Les autres, très minoritaires, peuvent vivre la religion qu’il leur plaît ou une spiritualité nouvel-âge à défaut, voire une laïcité évolutive dans le service aux autres. Il faut avoir un esprit pervers pour croire que les Occidentaux ont « besoin » de l’Islam et de ses prérogatives dégénérées à base de haine et de sentiments séparatistes !

    Répondre

    • 25 novembre 2015 @ 11 h 36 min Marcel Paton

      Il ne fait aucun doute que pratiquement partout dans le monde l’importance de ce qui était religieux et spirituel diminue. Il faut pas sous estimer le fait que cela répondait à un besoin.
      Qui est là pour dire que ce besoin n’existe plus alors que, dans ce monde de distractions, on ne se pose pas ces questions.?
      Il me paraît très clairement que de façon globale l’attitude de l’occident laisse un vide que d’autres essaient de remplir.
      Néanmoins une différence majeure existe aussi dans les pays en voie de développement d’une génération à l’autre. Dans les pays où traditionnellement la voie du mâle dominant est celle qui se fait entendre, les réactions aux conflits sont violemment exprimées.
      Souvent les traditions culturelles ne sont plus respectées ou sont détournées de leurs objectifs de paie et de partage.
      Donc les vides culturels sont remplis par ce qui reste de culturel et aussi par la force frustrée de manque d’education ou de spiritualite.

      Répondre

  • 26 novembre 2015 @ 0 h 14 min hridaya

    Peut-être que le fond du problème est le religieux en tant que tels qu’il se défini depuis des millénaire, et que l’on définit les hommes, par le livre, par les livres.
    C’est peut-être là que le bât blesse ;

    Ce religieux qui essaie d’organiser, un sentiment, un questionnement, qui appartient à chaque individu,
    Mais est -il possible de l’organiser collectivement, de définir ce qui est juste pour tous, tous en laissant à chacun sa part de liberté et d’autonomie, alors que la subjectivité est plurielle.

    N y ’a-t-il pas un hiatus, qui nous mène vers une aliénation, une posture schizophrénique.

    Comment la religion en tant qu’organisations humaine, matériel, hiérarchique, structurel peut prétendre à guider la transcendance, ou le questionnement ?
    Ce questionnement est encore plus fort aujourd’hui,
    Dans des sociétés multiculturel et multicultuel.

    Ses réponses ne sont qu’humaine, est en ce moment trop humaine ou pas assez oserais-je dire.

    Comment ces religions qui pour la plupart ont très vite servi de gouvernance et ont créé et participé a l’art de la politique, a gouverner le monde de la matière pourrait telle nous amener, nous emmener vers l’intemporelle,

    Le religieux tels qu’il s’est défini (c’est peut d’ailleurs la source du problème) à travers les siècles, n’est à mon avis qu’une dégradation du questionnement spirituel spontanée et individuel,

    Aujourd’hui nous assistons a la suite de cette dégradations.
    Nous n’avons pas aujourd’hui, affaire a des représentant du ou des livres, nous n’avons pas affaire a des religieux, bien qu’il s’en réclament,
    Mais suffit t-l de s’en réclamer pour en être ?
    Mais a des mauvais lecteurs de tract prônant l’anarchie et la destruction. Manipulés par tous les acteurs locaux et internationaux, qui nourrissent tous les espoirs un jours d’asseoir leurs autorité dans cette partie du monde.

    Ces terroristes ne représentent qu’eux même, et ne font qu’instrumentaliser le religieux pour régler des vieilles querelles et assouvir leur instinct les plus bas ;
    Et au passage avoir du pouvoir.
    Actuellement Pouvoir de la peur, le pouvoir des faibles,
    Il est bien possible que s’ils étaient nées en occident, ils auraient pris les habits de la lutte local, peut être aux antipodes de ce qu’ils prônent aujourd’hui.
    Ou serais des criminels de droit commun,
    Inadapté partout.
    Lorsque qu’un individu ou un groupe d’individu ne trouvent leurs place nulle part, il choisissent de détruire ce a quoi il ne peuvent ni adhérer ni ressembler, au nom de la sainte Morale ça va de soi.

    Avec l’apparition du progrès et de sociétés complexes a gouverné, qui a amené l’occident vers un autre modèle, ou le religieux a perdu toute autorité a gouverner, ils étaient facile pour eux de définir l’ennemi, l’occident en général, les états unis et aujourd’hui la France, terre de laïcité ;et maintenant l’Europe, bientôt le monde

    Mais ne nous trompons pas, ne nous définissons pas, nous, de nouveaux ennemi, cela ne ferais que réveiller nos vieux instinct de clan, de meute, de primate en quête d’identité humaine.
    Cela ne ferais qu’échos a leurs message de bêtise et de haine

    Et ne donnons pas des réponses aussi idiotes et primaires à ceux qui nous attaques,
    Ne tombons pas dans ce piège grossier.

    Le sujet n’est pas là, a mon avis, les religions telles que définit par elles-mêmes, organisant la foi l’espoir et la question métaphysique, Sont moribonde,
    nos société tels que nous les définitions depuis quelque centaine d’année sont en passe de disparaître, période de mutations soudaine et rapide aussi rapide que l’essor du progrès, en passe de se réorganiser ,au prix d’une douloureuse naissance,
    mais apparemment nous n’en sommes pas encore a l’accouchement sans douleurs,
    la chrysalide est en fin de parcours, qu’en sortira-t-il ?
    comme tout bon moribond, elles se débattent fortement quittent a étouffer ceux qui veulent les aider. Ces individu n’en sont que les représentants les plus malades et les plus inadapté, donc en état d’urgence de survie, quittent à faire disparaître le monde.qui les porte
    Mais derrière cela se cachent un mal,ou /et un bien ,bien plus profond,
    Le questionnement, les questionnements vont devoir se reformuler, questionnements sociétal
    métaphysique, religieux, spirituel, le sens profond de ce vers quoi nous allons, et de comment nous y allons. Quels projets communs pour nous tous ?

    La réponse et l’alternative a mon avis ne pourra être que spirituel, ou chacun individuellement prendra en charge son propre questionnement, sans se référer a aucune autorité, autorité de la méthode, oui peut être, mais pas de la réponse.
    Tous les espoirs sont permis a conditions de regarder vers le haut, a conditions de s’interroger, d’interroger mais pas d’affirmer
    En avons-nous la maturité, ceci est une autre question

    Répondre

    • 26 novembre 2015 @ 11 h 05 min Marcel Paton

      A mes yeux la seule voie de sortie est un travail uni entre scientifiques et hommes spirituels de hauts niveau ou un Einstein réincarné pour évaluer les notions d’équilibre Universel et voir ce qui peut remplacer les guerres dans cette balance.
      En attendant, il ne faut rien attendre! :)
      Il faut juste encourager les individus à passer de plus en plus pour eux memes. Il est clair que rien ne va venir des grandes institutions. On a peut être déjà dépassé le point de non retour.

      Répondre

  • 5 février 2018 @ 14 h 59 min Cabau Emmanuelle

    Le problème que j’ai à la lecture de cet article commence dès la photo et le titre : il y a là une manipulation des esprits évidente. Premier amalgame sur la photo : assimiler Orient et Islam, comme si tout d’un coup, tout l’Orient était musulman. C’est loin d’être le cas, et cela ne devrait pas échapper à un yogi… Par ailleurs, partout où l’islam est passé il y a eut une destruction massive des cultures d’origine, à la fois physique : destruction des temples perses, afgans, pilonnés à la dynamite, martelés, rasés, et intellectuelle : lavage des cerveaux, mise en esclavage de la femme (ne sort plus de chez elle, ne vote plus, ne conduit plus, doit s’habiller et se conformer à des règles édictées par une communauté masculine, etc. L’occident ne peut pas rester aveugle à cela : le bandeau sur les yeux n’est pas de mise. L’islam ne respecte rien et ne vise qu’à s’étaler et conquérir le monde. Deuxième manipulation évidente : le titre. Mettre le danger de l’islam avec le prétendu vide spirituel occidental sur un même niveau, c’est minimiser ce danger d’une part et d’autre part tirer une conclusion qui n’est pas démontrée. En quoi le vide spirituel serait-il un danger ? Et même en quoi le désaveu massif des occidentaux pour la religion s’assimilerait-il à un vide spirituel ??? Là encore la vague déferlante du yoga, quels que soient ses excès et ses abus en tous genres, apporte avec elle une vague d’intériorité propice à un développement spirituel, à une ouverture et un partage universel, et non plus dicté par quelques uns. C’est également passer sous silence le renouveau de certains mouvements chrétiens et tracer un tableau pessimiste des forces occidentales, comme si de toute façon l’Occident était voué à subir l’islam à son tour, comme le laisse imaginer ce bandeau sur les yeux. Il s’agit bel et bien d’aveuglement et la manipulation à l’œuvre dès la première image et le premier mot ne me donne pas envie de lire l’article. Le lavage de cerveau est bel et bien à l’œuvre mais je ne lui donnerai pas ma cervelle à blanchir. Vive la sémiotique, apprenons à déchiffrer les signes avant, comme la grenouille, de nous retrouver insensiblement bouillis dans la soupe islamiste.

    Répondre

    • 21 février 2018 @ 6 h 50 min Sam

      Vous avez raison à 100% ! Merci à vous d’avoir déterrer cet article dont le relais par Yoganova me stupéfait autant qu’il me déçoit considérablement. Rien que la photo d’illustration est à vomir !
      Yoganova ferait bien de supprimer cet article !

      Répondre


  • Laisser un commentaire

    YogaNova, le magazine francophone du Yoga et de la Spiritualité en ligne. Faites comme Shiva, lisez Yoganova !

    Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

    Attention ! Le yoga n’est pas sans risque

    25 novembre 201625 novembre 2016
    15566474-Levitation-by-Indian-businessman-in-lotus-pose-in-the-office-near-the-wall-with-clock-and-his-shoes--Stock-Photo

    Ouvrez vos chakras et ayez conscience de vos limites.

    C'est l'une des études les plus conséquentes disponibles à ce jour sur la pratique du yogae t les blessures qui peuvent en résulter. Menée par deux chercheurs en traumatologie et épidémiologie de l'université d'Alabama de Birmingham, il en ressort que le yoga n'est évidemment pas le sport le plus traumatogène du répertoire, mais qu'il n'est pas pour autant dénué de risques. Et que les yogistes ayant dépassé les 65 ans doivent redoubler de prudence, car ce sont eux les plus vulnérables aux entorses, élongations et autres fractures. Le travail de Thomas A. Swain et Gerald McGwin, rassemblant quatorze ans de données récoltées aux États-Unis, montre aussi que le yoga a gagné en popularité sur la période, et que la fréquence des blessures s'en ressent. En moyenne, elle était de 10 pour 100.000 participants en 2001 et grimpe à 17 pour 100.000 en 2014. Après 65 ans, cette incidence –58 pour 100.000– est bien plus élevée, avec trois fois plus de fractures que pour les autres classes d'âge. Pour les individus âgés de 45 à 64 ans, elle est de 18 pour 100.000 et de 12 pour 100.000 pour ceux de 18 à 44 ans.
    «Les blessures liées au yoga sont relativement rares, explique Swain, et comme on aurait s'en douter, l'incidence a tendance à monter avec l'âge du participant. Nous avons aussi observé que le taux de blessures augmente sur la période, ce qui pourrait traduire une plus grande popularité du yoga, avec davantage de personnes inexpérimentées qui ne prennent pas les précautions d'usage pour éviter les problèmes.»
    Swain recommande de «consulter son médecin avant de débuter le yoga, d'être prudent et de connaître ses limites personnelles». Des limites que bon nombre de pratiquants débutants sont à même d'ignorer car «le yoga est bien plus difficile et exigeant qu'on le pense», précise McGwin. Au total, ce sont 29.590 blessures que les chercheurs ont répertoriées. Près de la moitié (45%) sont des entorses et le haut du corps est visiblement la zone la plus fragile.

    Du yoga au travail….

    21 septembre 201621 septembre 2016
    yoga au bureauVous pouvez aller travailler ! » La séance d'une heure est terminée. Paula Taylor, professeur de yoga du réseau de coachs sportifs Fizix, libère ses douze élèves. Du chef sommelier à la femme de ménage, les 550 salariés du Bristol peuvent participer gratuitement à ce cours. Organisé dans une petite salle climatisée réservée aux employés, il coûte entre 80 € et 120 € au Comité d'Entreprise du palace. « Le point fort, c'est qu'il y a une homogénéité des groupes et ça crée une dynamique », se félicite son secrétaire adjoint Damien Largeau.   Collé serré   « On peut rencontrer des collègues d'autres services », renchérit Lucie Demai, hôtesse d'accueil. Allongé à sa gauche sur un tapis, Tony Le Douigou, dont elle n'a jamais été aussi proche, en est à son deuxième cours. « C'est plus apaisant que d'aller courir, observe le demi-chef de rang. Idéal pour se détendre avant de commencer le travail, de 16 heures à minuit ».   Debout depuis 7 heures du matin, le directeur d'achats Thomas Trucheret est en nage à la fin du cours, mais il savoure cette coupure en milieu d'après-midi : « J'aborde sereinement la deuxième partie de journée, sur le plan profesionnel et à la maison avec mes trois enfants ». Et de conclure, sourire en coin : « Le stress retombe. C'est parfait  : avec notre clientèle exigeante, il faut être très réactifs. » Voir l'article

    Musculation et yoga, nouvelle mode made in US

    23 août 201623 août 2016
    reverse-ab-crunch

    De nombreux hommes adeptes de musculation délaissent les poids et haltères pour des matelas de yoga, prenant le pas de l'intérêt grandissant pour une variante plus virile du yoga traditionnel, le «broga».

    Le yoga, activité vieille de plusieurs millénaires, était autrefois pratiqué exclusivement par des hommes. L'activité physique «mâle» de l'ère moderne est aujourd'hui tout autre. «Le yoga se résume à bien plus qu'à des femmes qui se contorsionnent tels des bretzels végans», a lancé l'entrepreneur qui a fondé les cours de Jock Yoga, Michael DeCorte. Le centre d'entraînement Equinox de Toronto offre ces séances d'entraînement qui unissent les salutations au soleil à la musculation. De plus en plus de professeurs de yoga tentent d'attirer davantage d'hommes dans leurs classes en proposant des exercices qui misent sur la force plutôt que la flexibilité. Les adeptes de yoga sont constitués à 70% par des femmes, selon une étude de l'institut Ipsos publiée en 2016. M. DeCorte estime malgré tout que 50 à 85% des sportifs qui assistent à ses ateliers de Jock Yoga sont des hommes. D'autres centres de type «broga» essaiment un peu partout au pays. Jo-ga, à Halifax, Yoguy, à Vancouver, et le studio montréalais Mudraforce - où l'activité se pratique en toute nudité- ont notamment vu le jour. Une compagnie basée au Massachusetts, Broga yoga, détient un brevet sur l'emploi du mot-valise. L'entreprise se vante d'avoir plus de 12 000 clients et 500 professeurs à travers le monde, notamment par ses cours offerts par le biais de vidéo en ligne. Selon l'instigateur du «broga», Robert Sidoti, nombre d'hommes sont attirés par les bienfaits du yoga, mais craignent d'avoir un air efféminé en prenant la position du lotus.
    En lire plus ...

    Le dalai lama juge qu’il y a trop de réfugiés en Europe

    31 mai 201631 mai 2016
    Dalai lama trouve qu'il y a trop de réfugiés en EuropeLe dalaï-lama a estimé qu'il y avait à présent "trop" de réfugiés en Europe après la vague d'arrivée l'an dernier et que ces migrants cherchant protection ne devaient rester que provisoirement sur place, dans une interview publiée aujourd'hui en Allemagne. "Quand nous regardons le visage de chaque réfugié, surtout ceux des enfants et des femmes, nous ressentons leur souffrance et un être humain qui a de meilleures conditions de vie a la responsabilité de les aider. Mais d'un autre côté, il y en a trop à présent" en Europe, a déclaré le chef spirituel des Tibétains au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. "L'Europe, l'Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe, l'Allemagne est l'Allemagne", a-t-il ajouté, en référence au fait qu'une majorité des migrants vient de pays arabes comme la Syrie ou l'Irak. "Il y en a tant que cela devient difficile sur le plan pratique. Et sur le plan moral, je trouve aussi que ces réfugiés ne devraient être accueillis que provisoirement. L'objectif devrait être qu'ils retournent (dans leur pays) et aident à reconstruire leur pays", a estimé le dalaï-lama, qui vit lui-même en exil en Inde depuis plus de 50 ans. L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre record d'un million de réfugiés. Source Le Figaro

    Tendance: le yoga en moumoute et chaussures de ski…

    6 avril 20166 avril 2016
    ski_yoga_poseLe murmure du torrent et le chant des oiseaux dans les bouleaux apaisent déjà. Dans le décor vivant du Plan de l’Eau, aux Menuires, se déroule la randonnée «yoga et raquettes», encadrée par Brigitte Ruff, accompagnatrice en montagne, et Anita Thevenot, masseuse ayurvédique. Après une première marche dans la poudreuse, telle une page blanche, une première pause est consacrée à des exercices d’étirement. Le groupe, limité à douze personnes maximum, forme un petit cercle. Raquettes aux pieds, on tend et on étire ses bras vers le ciel. Profonde inspiration, puis on relâche totalement son buste et ses membres supérieurs jusqu’à frôler la neige. Pendant une quinzaine de minutes, Anita aide chacun à prendre conscience de son corps. «La montagne, avec son paysage somptueux et son air pur, offre un cadre idéal pour pratiquer le yoga pranayama, qui met l’accent sur la respiration», précise-t-elle. On repart ensuite plus détendu, attentif aux empreintes d’animaux et au silence, seulement rompu par le bruit feutré des raquettes. Plus loin, c’est la posture de la salutation au soleil. Un long et ressourçant déroulement du corps, pratiqué plusieurs fois, après avoir déchaussé et s’être installé sur un petit tapis de yoga, prêté par Anita. Les deux autres pauses zen sont consacrées à des exercices respiratoires et à de la méditation, assis en tailleur. Lancées l’an dernier au départ de la station de Val Thorens, ces randonnées bien-être hebdomadaires, de trois heures, affichent complet. Les clients? Souvent des femmes, n’ayant jamais pratiqué le yoga ou même les raquettes, mais curieuses de découvrir cette balade hybride. Morzine mise aussi sur l’engouement autour du yoga. Probablement inspirée par la station suisse d’Engadin St. Moritz qui lançait en 2014 la première piste de yoga du monde, Morzine propose cet hiver la piste des yogis, un itinéraire bleu de 2400 mètres jalonné de dix emplacements pour pratiquer des postures relaxantes, sans forcément ôter ses skis. Enfin, sous le nom de marche afghane, évocateur de montagne loitaine, la station de Samoëns invite à une sortie en raquettes accompagnée par un professionnel. Durant cette randonnée, le travail constant sur la respiration facilite la gestion de l’effort en altitude et relaxe. Les activités bien-être en montagne ne se résument plus à des papouilles et des bains bouillonnants dans des centres aqualudiques mais tirent parti, enfin, d’un environnement unique. Voir l'article sur le site de Libération

    Le paradoxe Vegan de la femme branchée.

    2 novembre 20152 novembre 2015
    83241
    Assez régulièrement ( et de plus en plus ) je vois des gens arriver à un mode de vie vegan ( ce qui en soit est plutôt bien ) mais ce que je trouve étrange c’est souvent le paradoxe éthique assez flagrant et parfois cliché.
    Pour commencer, beaucoup des végan avec qui j’ai les échanges les plus houleux sont souvent des filles, entre 20 et 30 ans, « converties » depuis assez peu de temps.
    Autant je crois sincèrement aux bienfondés de ce mode de vie lorsqu’il est choisi et pensé de bout en bout, autant je suis souvent confronté à des situations de fort malaise lors de nombreux échanges.
    Cela se manifeste par plusieurs choses récurrentes : le prosélytisme, la suffisance et l’incohérence.
    Je vais dresser un portrait caricatural pour essayer de bien faire comprendre ça … ( pour ce faire je ne vais que juxtaposer des éléments issus de posts ayant défilé sur mon fil d’actualité perso )
    Faisant la queue pour avoir son café-pumpkin starbuck, elle attend en faisant un petit selfie marrant pour montrer son nouveau bonnet en coton bio.
    Elle poste ça en ligne avec son nouvel iphone.
    Un peu plus tard elle rentre chez elle, se fait un petit smoothie banane, mangue et lait de coco, le tout dans un super blender trouvé sur amazon.
    Un petit tour sur son compte instagram nous fera découvrir sa garde robe pour constater que toutes les fringues sont bio. Comme tout est bio, le label "équitable" est apposé sur son chocolat, son café et ses épices.
    Plus tard, un passage sur son compte facebook nous montrera de nombreux partages militant où on voit combien l'industrie agro-alimentaire est trash (les vidéos le montrent très bien assurément … (ne pas aller sur une page d'une végan à l'heure du repas !).
    On la verra également se réjouir de la fermeture d'un abattoir, voyant le signe d'un réel progrès pour "la cause".
    Elle prend soin d'elle, les statistiques publiées sur ses joggings grâce à l'application embarquée dans ses nike en sont la preuve ! Et après une bonne douche avec un savon Lush elle sent super bon le fruit de la passion.
    Et ce soir après cette belle journée elle se fait un petit plaisir : un steak végétal. Tellement bien fait qu'on dirait trop de la viande (mais sans la souffrance animale) ! Un petit bout de "Faux-mage" à base de noix de cajou et un avocat. Et en dessert un petit bout de chocolat équitable.
    Elle a le sourire en préparant ses vacances en Thaïlande en achetant sont billet en ligne sur son macbook, avec son chat sphinx qui ronronne sur ses genoux et peux enfin aller se coucher, en paix avec elle-même et ses convictions … aujourd'hui encore, elle n'a été la cause d'aucune souffrance animale.
    Et là je vous vois venir avec un "Heuuu mais Samten, il est où le problème, je ne vois pas trop où tu veux en venir … elle a l'air plutôt cool la nana là … non ?"
    Oui oui elle est cool ! Et c'est vraiment chouette que par son véganisme elle se sente impliquée dans la cause animale, le progrès et l'évolution de l'humanité à des hautes sphères de conscience et d'empathie !
    MAIS … Et hélas c'est là que le bât blesse…
    Son café est issu de la souffrance des hommes, d'une production qui détruit l'environnement dans lequel il est produit et contribue au déséquilibre nord-sud où la domination occidentale est vécue de plein fouet par les producteurs-esclaves.
    Son téléphone est issu d'une production où les métaux rares sont également issus de productions où les hommes sont traités en esclaves dans des mines aux conditions abominables. En plus l'obsolescence perçue fait qu'elle changera de téléphone alors même que ce dernier sera encore tout à fait fonctionnel.
    Elle se réjouit de la fermeture d’un abattoir sans réaliser que le nombre d’animaux abattus restera inchangé ... le seul changement sera que ces pauvres bêtes devront parcourir encore plus de distance dans le transport final ... l’élément souvent le plus traumatisant pour l’animal (mais aussi pour l’éleveur qui respecte ses animaux).
    La banane de son smoothie provient d'équateur, issue d'une terra-formation imposée par les États-Unis pour que ces pays ne viennent pas concurrencer la production de maïs OGM. La mangue provient d'Inde et a peut-être véhiculé des parasites qui détruisent nos vergers. L'avocat provient d'Israël et le lait de coco de Thaïlande, finançant les deux des régimes politiques discutables. Les transport “bio” n’existe pas ... les bateaux délestent en pleine mer, les camions brulent du gasoil et dans les deux cas il y a un paquet de dommages collatéraux. Ben oui, combien de dauphins pris dans les pales des bateaux, de biches , d’oiseaux, de hérissons percutées, écrasés pour que nos fruits exotiques arrivent à bon port ?
    Son blender vient de chine, assemblé dans une usine où les gens sont traités comme de la marchandise et payés une misère et acheté sur un site qui bafoue le droit du travail à longueur de temps.
    Ses habits, comme sa nourriture, ont parcouru des milliers de kilomètres pour être parfois produit avec des produits chimiques (malgré les labels bios affichés) et cousu par des enfants, au même titre que ses nikes.
    Sa fausse viande et son faux fromage sont issus de productions industrielle et chimique pas forcément très saine et de loin pas locale
    Son chat provient d'un élevage de croisements génétiques et nourrit avec des boites industrielles (et là autre paradoxe : doit-on imposer le véganisme aux animaux … ah ben non ce serait aller à l'encontre de leur nature, dans ce cas là c'est pas pareil)
    Son billet d'avion compensera le bilan carbone de son véganisme.
    A côté de ça j'essaie d'imaginer une personne qui consommera bio, local, de saison avec, certes de la viande de temps en temps (mais qui vient d'un paysan qui connaît toutes ses bêtes) qui portera ses fringues jusqu'à l'usure, n'aura que le strict nécessaire chez lui, pas de robots ménagers dans tous les sens, pas d'ordi, pas de fruits exotiques … et qui pourtant sera la "cible" des végans en raison de son manque de conscience et de sensibilité… et là je me dit qu'il y a un soucis dans la manière qu'ont les végans de mener leur "combat" …
    Je me dois de rajouter un GROS P.S. à ce texte : je ne me considère absolument pas comme étant moi-même éthiquement irréprochable, loin de là ! J'essaie de faire au mieux ma part en restant un maximum cohérent entre mes convictions et mes capacités de consommation. Mais par contre l'issue de mes réflexions, de mes pensées, mes idées, je les PARTAGE. J'espère que parfois ma vision des choses en convainc certain mais je considère toujours que les choix éthique sont personnels et que nous ne pourrons jamais être irréprochables sans devenir extrêmes et sans s'extraire totalement du système, ce qui n'est pas ma volonté, au contraire, j'espère pouvoir être le témoin d'évolutions du système dans "mon" sens quitte à devoir faire des compromis, mais que je choisis.
    EDIT : suite à l’engouement et aux nombreux comm qu’a suscité cet article aux différents endroits où il a été partagé et comme ça a dépassé le cercle des gens qui me connaissent, je me dois de me présenter pour permettre de contextualiser éventuellement cet article. Pour commencer je dois moi-même faire face à de nombreux paradoxes de consommation lié à mon choix de travail : étant photographe j’ai en effet beaucoup de matériel technologique ( ordinateurs, tablette, appareils photos ... ) qui ont un cout éthique important. Je n’ai pour le moment pas trouvé de solution pour ce pan là. J’ai passé plusieurs période de ma vie à appliquer un régime végétarien et un mode de vie assez proche des principes végétaliens sous pas mal d’aspects. Je me considère comme étant assez impliqué dans les domaines de la réflexion sur nos modes de vies, nos interactions avec l’environnement. J’ai un très grand intérêt pour la permaculture, les productions équitables ( je ne parle pas des labels qui spolient le terme ). Suite à de nombreuses réflexions j’en suis venu à avoir un mode de vie où les choix alimentaires et de consommation générale sont souvent mis dans la balance du pour et du contre au moment de l’acte d’achat. J’ai également un régime alimentaire qui est aussi très “fashion” car j’ai une alimentation principalement axée sur les principes du Dr Seignalet, à savoir sans gluten, sans produits laitiers, sans sucres raffinés ( mais je n’en fais pas un dogme, je m’accorde des exceptions si je n’ai pas le choix ou même si simplement j’en ai envie), je suis venu à ce régime il y a plus de 7 ans pour des raisons de santé et il m’a apporté beaucoup de choses ( j’en discute volontiers avec ceux qui s’y intéressent ). D’autres principes alimentaires font également parti de mes convictions, principalement le fait de consommer local, de saison et bio ( et dans ma région ça veux dire qu’il faut aimer le choux et les poireaux ). Je porte avec moi un assez lourd bilan carbone car j’ai beaucoup voyagé, mais ces voyages m’ont permit en contre partie d’apprendre énormément de choses sur l’humain, la nature, les interactions entre les deux, mais surtout pour réaliser qu’il n’existe pas de valeurs “universelles” ... partout les gens ont des convictions qu’ils sont parfois prêt à défendre avec armes et sang ! J’ai aussi vu qu’il y a un réel angélisme de la part des gens qui vivent leur conviction depuis le fond de leur canapé ikéa ... car à travers le monde j’ai été témoin de la violence , partout sous un nombre inimaginable de formes ! Les seuls moments où j’ai eu la sensation de m’en extraire on été ceux où j’ai été seul face à la nature, loin du fait des Hommes ! J’ai vu plus d’amour et de respect chez une productrice de bœuf bio en France qu’envers des vaches “sacrées” au Népal. J’ai recommencé à manger de la viande en voyage, lorsque j’ai été reçu par des gens qui n’avaient rien d’autre à me proposer et qu’il aurait été plus que déplacé de dénigrer ce geste pour mon petit confort intellectuel. Et puis j’ai appris à reconnaitre qu’il y a de réelles différences entre les modes de production et que cela impact directement nos valeurs et notre environnement, j’y suis de plus en plus attentif et rencontre des gens merveilleux depuis. Comme je l’ai dit à de nombreuses reprises, je trouve merveilleux que de plus en plus de gens s’intéressent aux modes alimentaires “alternatifs” ( qu’ils soient végan, végétariens, sans gluten, bio ... ) car ça montre que les gens ne prennent plus tout pour argent comptant. Mais je prône également la coexistence et l’évolution douce. C’est souvent en ça que mes avis divergent avec les militants ( végan ou autre) sur les manières d’agir : Les études en neuroscience montrent que face à une démonstration de la violence (vidéo d’un abattoir par exemple), le cerveau d’une personne non préparée, vivra ça comme une agression ... mais au lieu d’obtenir un électrochoc contre le système, le trauma sera dirigé contre la personne qui lui aura fait vivre ce trauma... avec un effet inverse à celui désiré... mais je m’égare à parler de ça.
    Bref, je tente juste de faire avec les outils à ma disposition pour rester le plus cohérent possible entre mes choix, mes croyances, mes moyens et mes aspirations. Jonglant moi-même avec certains paradoxes.
    EDIT 2 :
    Je n’ai hélas rien inventé pour créer ce personnage fictif ! juste pris quelques éléments sur différents posts de mes contacts ... j’ai même été assez soft pour qu’on ne pense pas que j’exagère le trait ! Et pour celles et ceux qui me font la critique d’avoir choisi une femme plutôt qu’un homme c’est pour la même raison ( qui n’est pas lié à une réalité statistique et objective ) : je n’ai pas eu autant d’occasion de voir ce type de posts et de profils dans mon fil d’actualité.